Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 20:03

Le monde va beaucoup mieux

que vous ne le croyez !

Jacques Lecomte

Editions Les Arènes

Jacques Lecomte n’est pas un doux rêveur perché ; pour étayer son propos il a compilé des données d’organismes tels que l’ONU, l’OMS, l’Unicef ou la Banque Mondiale et toutes les études vont dans le même sens. Il y a de sérieuses raisons d’espérer, en tout cas des motifs de ne pas s’attrister. L’Humanité a réalisé des progrès inespérés.

Certes tout n’est pas rose mais des processus que l’on croyait irréversibles ont été stoppés. Le trou dans la couche d’ozone a commencé à se résorber et si des famines continuent de décimer certaines populations, l’extrême pauvreté est en régression.

Son propos vise à nous interpeller nous alertant sur le rôle des médias principalement animés par le réel souci de privilégier les mauvaises nouvelles occultant volontairement ce qui pourrait générer de l’optimiste.

Si une catastrophe peut avoir un effet boostant lorsqu’elle reste un cas isolé, les avalanches médiatiques de mauvaises nouvelles ont un effet anesthésiant nous renvoyant à notre impuissance. Or la force de l’individu réside en sa capacité à se fédérer pour tenter d’agir. Anesthésié par le négatif chacun se replie sur soi se défiant de l’autre. Le désespoir s’installe ouvrant le champ libre aux manipulateurs (pouvoirs politiques ou religieux ou autre !) qui ont tôt fait de se poser en sauveurs ! Nombreux sont ceux qui ont compris qu’en isolant les individus, en les amenant à se jalouser par la création de disparités, par la manipulation de l’information, ils annihilaient toute résistance, tout espoir. La littérature, le cinéma, le monde du spectacle se sont engouffrés dans la brèche pour formater le goût du public qui pourtant si l’opportunité lui en est donnée plébiscite ce qui est porteur d’espoir.

L’optiréalisme se fonde sur une autre démarche : la psychologie positive.

Informer en ne privilégiant ni le sensationnel ou le laid et encore moins le négatif.

Eduquer en opposant la coopération et la solidarité à la compétition.

Si Jacques Lecomte est l’inventeur de l’optiréalisme d’autres se sont déjà engagées dans cette attitude car il est intéressant de constater que lorsque quelque chose vibre juste, dans différentes sphères pourtant éloignées les unes des autres émergent les mêmes idées comme des découvertes synchrones ou l’évolution simultanée d’espèces pourtant éloignées géographiquement ! Ceci n’a rien en soi d’étrange puisque tout est une question d’ondes et plus précisément de physique quantique.

Alors n’ayons pas peur de paraître dégénéré et continuons à traquer ce qui est source de beauté, ce qui est porteur d’espoir. La fréquence de ce ressenti vibrera au fin fond de l’univers pour en revenir amplifié.

Il y a quelques jours, nous avons, enfin !, réussi à voir le film « Moi, Daniel Blake ». Ce film est vraiment excellent, plein d’émotions. Les héros sont pauvres mais grands, la société les enfonce à plaisir. « Il y a plus d’humanité dans œil d’un chien qui remue la queue que … » vous connaissez la suite ?! Dans ce film la solidarité joue à plein, ils s’entraident, se réchauffent dans un univers kafkaïen et le spectateur se dit que tout est possible. On se plaît à espérer et vlan !

La faucheuse s’invite dans la distribution !

Nous sommes restées scotchées devant l’écran, qu’est-ce que cela aurait changé de faire finir le film sur une légère touche d’optimiste. Une bonne vieille crise cardiaque certes, mais dont il réchapperait pour leur laisser le temps de croire que le meilleur est à venir ! Après tout dans la réalité tous les accidents cardio-vasculaires ne sont pas mortels !

Une touche d’optimiste dans un nuage de réalisme, est-ce trop demandé ?

Do

Repost 0
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 07:56

Le printemps est arrivé à n’en plus douter !

Ce matin il était là tout près sans doute dans le terrain voisin.

Animant le quartier le ronron de sa perceuse couvrait même le joyeux babille de ceux qui avaient pris leurs quartiers hivernaux dans nos jardins.

De nombreuses sous espèces ne devraient plus tarder à le rejoindre, migrateur à ponceuse, à scie sauteuse, le plus redoutable restant à venir le migrateur à meuleuse !

Trêve de plaisanterie, les hirondelles ont fait leur apparition ! Pour celle des faubourgs cela reste à vérifier.

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans humour
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 21:12

Jadis les bateaux embarquaient comme vivres des animaux vivants ! Les poules sur le pont supérieur, les moutons, cochons, chèvres … dans l’entrepont au milieu des hamacs de l’équipage.

Au fait connaissez-vous le terme technique désignant un hamac dans le glossaire maritime ? Un branle ! d’où a découlé l’expression « branle-bas de combat » !

Pour en revenir à nos moutons l’Hermione d’aujourd’hui n’embarque pas d’animaux vivants, congélateurs et réfrigérateurs suppléent largement. Enfin, c’est ce que  croyait l'équipage !

Lors de l’escale aux Canaries pour la première expédition et avant la traversée de l’Atlantique, le plein de vivres fut refait par l’équipage en vue d’assurer leur autonomie alimentaire !

A l’arrivée à Norfolk en Virginie, si l’Hermione reçut un accueil enthousiaste d’une foule enflammé, il en fut tout autrement des « Coast Guard ».

Au nom de la sacro sainte sécurité, eaux territoriales américaines obligent et bien que le contenu des réfrigérateurs et congélateurs n’ait pas pour vocation de descendre à terre, 300 kilos de nourriture durent être passés par dessus bord et au cas où des provisions aient pu être cachées, à chaque escale US le contrôle des Coast Guard se répéta !

Une chose est certaine, si l’on peut douter du bien-fondé de la dimension sécuritaire, le côté économique ne fait aucun doute. 300 kilos de nourriture durent bel et bien être rachetés aux États Unis et pas au même prix qu’aux Canaries !

Pour info, en 2016 46 millions d’américains fréquentaient la banque alimentaire !

Les chiffres ne devaient guère être mieux en 2015.

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 08:10

Il y a quelque temps, tout à mon grand ménage y compris au sein de nos photographies, j’ai sélectionné les photos qui me parlaient le plus au coeur décidée à vous présenter au travers un petit film ce Pays Catalan que nous parcourons depuis 1968 !

 

Pays de cocagne, régal pour les yeux et l’âme, nous y avons nos coins de paradis.

La Balmette près des Bouillouses, l’Ermitage St Guillem de Combret en Vallespir, Prats Balaguer en Conflent, les Caranques de Laroque des Albères ... nous y accourons régulièrement pour nous y ressourcer, nous régaler le corps et l’esprit avec toujours la même émotion !

Si vous connaissez bien les Pyrénées Orientales, vous remarquerez que certains « intrus » se sont invités, Puilhaurens Lapradelle, Leucate, Bugarach … il aurait été dommage de rester confiner aux limites géographiques du département !

Pour le plaisir des yeux, nous vous offrons ce film illustré musicalement par Jordi Barre, Charles Trenet et de sardanes dont la Santa Espina, hymne des catalans ! Installez-vous confortablement, respirez, c'est si beau et bon !

https://youtu.be/VvmFRvSu9iw

Dominique et Frédérique

Repost 0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 07:57

Depuis quelque temps nous recevons en commentaires à certains articles de notre blog des propos vantant les mérites d'un marabout avec coordonnées téléphoniques (à l'étranger qui plus est) et adresse mail. Ces commentaires n'ont, en plus, rien à voir avec le thème de l'article, hier c'était en réponse à celui sur la chasse !

Nous avons donc activé la modération afin d'éviter une avalanche de commentaires inappropriés sur des dizaines d'articles. Cela n'a rien à voir avec le fait de croire ou non, ce n'est pas le rôle de ce blog qui n'a pas pour vocation de faire de la publicité ou de conseiller telle ou telle personne pour des "soins" (énergétiques ou autres) que nous n'aurions pas validés personnellement. Si nous avions un conseil à suggérer il est par ailleurs évident que cela ne passerait pas par le canal du blog. Merci de trouver un autre "hébergeur" !

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 20:53

Aujourd’hui randonnée au-dessus de Port La Nouvelle, dans les Corbières, au sein d’une végétation vraiment typiquement méditerranéenne, petits chênes verts, lentisques, quelques pins, du thym, du romarin à foison et une explosion de fleurs, des iris riquiquis mauves, jaunes, blancs.

Une zone classée « Natura 2000 » d’où ont été éradiquées les cabanes jugées inesthétiques mais qui faisaient jadis le bonheur des petites gens qui avaient la chance de ne pas posséder ces grandes baraques ostentatoires ni de costard à 6000€.

La campagne est aujourd’hui livrée à quelques randonneurs téméraires, de ceux qui ne craignent pas d’endosser le gilet fluo sous ou sur leur sac à dos, et aux chasseurs !

Des chasseurs qui semblent s’être mués en éleveurs … de sangliers !

Abreuvoirs en pleine garrigue d’une facture effroyable, franchement les cabanes marquaient mieux (quand elles étaient encore sur pied car partiellement démantibulées, on a un peu l’impression de se balader en zone bombardée!) et cultures à gibier.

Et là vraiment je ne comprends pas. D’un côté on nous raconte que les sangliers pullulent et qu’il faut réguler leur population et d’un autre, là où ils survivraient sans doute difficilement, on les fixe artificiellement SANS OUBLIER TOUTEFOIS DE METTRE EN PLACE TOUT UN RÉSEAU D’AFFÛT POUR MIEUX LES TIRER !

Mais les chasseurs sont les protecteurs de la nature !

Ecœurant !

Do

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 20:24

Ça bouge à L'Ecritoile en ce mois de Mars !

Le 25 à 15h30 Frédérique sera en compagnie de Laurent Counord, autre écrivain mondialement connu à St Génis, à la médiathèque de Laroque des Albères. Ils vous présenteront chacun leur dernier roman, répondront à toutes vos questions ! Je crois même avoir entendu parler d’un petit café, offert en cette occasion.

Quant à moi, jusqu’à la fin du mois de mars, je vous « invite au voyage » au travers une sélection de toiles, toutes des coups de cœur ! Et comme je suis décidée à continuer à m’alléger, ces coups de cœur peuvent même être à vous !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans lectures peintures
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 17:31

Mais pour qui on va voter????

Repost 0
Published by Do Fredo - dans humour
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 17:28

L’Hermione est une superbe frégate qui dût une première fois sa célébrité au non moins célêbre Gilbert De La Fayette. Si son soutien aux nordistes américains connut le succès que l’on sait, l’action ne visait en fait qu’à ébranler la suprématie anglaise. La guerre d’Indépendance ne fut qu’un faux prétexte né de ces vieilles rancœurs qui s’exaspéraient entre la France et la perfide Albion. Revenue toute auréolée de victoire en France, elle coula bêtement au large du Croisic le 20 septembre 1793 à cause d’une erreur d’appréciation du pilote embarqué pour négocier la passe !

Si l’épave ne put jamais être renflouée, l’Hermione a retrouvé une seconde vie et son ancre d’une tonne et demi lui fut rendu en 2005 au terme d’une campagne de fouilles.

 

Un peu plus de 200 ans après sa triste fin, l’idée folle de lui redonner vie a germé dans la tête de passionnés et 17 ans plus tard elle reprenait la mer sur les traces de La Fayette.

65 mètres de long, 3 mâts dont un de plus de 54 mètres, 26 canons, l’Hermione est une frégate de « 12 », référence aux boulets de 12 livres que tiraient ses canons.

Nous l’avions manquée de peu lors de notre précédente venue à Rochefort, cette fois elle nous attendait et sa visite nous a permis de passer un très agréable après-midi en compagnie d’une petite dizaine de visiteurs et d’un charmant guide.

 

 

 

Ayant fait partie de l’équipe de bénévoles qui a travaillé à la reconstruction puis embarqué pour la première traversée, on ne pouvait rêver mieux que ce jeune homme pour nous guider dans cette découverte. Accessoirement il avait un je ne sais quoi de notre violoniste préféré à en rester coites.

La première Hermione fut construite en 6 mois, sa réplique en 17 ans !

Plusieurs raisons justifient cet écart de durée dans la construction. La première tient au contingent de main d’œuvre disponible, 80 personnes en 1997 et plus de 200 en 1778, des bagnards corvéables à merci ! Par ailleurs à cette époque les chantiers navals tournaient à plein, les réserves de bois étaient conséquentes. En 1997 il fallut trouver les arbres adéquats, les couper, les débiter et les faire sécher avant de pouvoir les utiliser. Imaginez que 75 % du bois ainsi coupé ne fut jamais utilisé ?!

L’absence de plan fut un autre défi qu’il fallut relever.

L’Angleterre qui dès le XVIIIe siècle pratiquait l’espionnage industriel sauva la mise. Flûtes, galions, frégates … étant tous construits selon les mêmes plans, celui piraté d’une frégate contemporaine de l’Hermione, d’une minutie exceptionnelle, permit de reconstruire quasiment à l’identique la frégate de La Fayette, les seules différences imposées, l’ayant été, soit-disant, au nom de la sécurité !

Deux moteurs équipent donc la frégate pour, entre autre, suppléer aux bagnards qui hâlaient les bateaux de Rochefort jusqu’à la mer, 3 semaines contre 3 heures aujourd’hui, et faire face à certains imprévus.

Autre dissemblance, les canons ! Leur nombre n’a pas varié mais ils ont dû être bouchés notre législation l’exigeant, dans le cas contraire, la frégate entrait dans la catégorie bâtiment de guerre. De quoi rire quand on sait ce que cela suppose comme manœuvres, temps et précautions que de tirer le canon ! Enfin, la loi, c’est la loi !

Par contre côté couleur, rien n'a été changé, c'était aussi kitsch qu'aujourd'hui.

Construire l’Hermione a demandé de savoir inventer un nouveau mode de construction notamment en raison du temps de séchage du bois. Les bordages ont été boulonnés et non rivetés afin de pouvoir assurer une étanchéité correct du bordé.

Par contre, les moindres détails ont été restitués même les lieux d’aisance situés à la proue du navire, sous le mât de Beaupré sont opérationnels, tout l’équipage s’est fait un plaisir de les tester !

L’Hermione a aussi son chat comme toute embarcation en bois qui se respecte, une chatte très exactement qu’il fallut cependant débarquer à Brest lors de la première traversée. Victime du mal de mer elle a retrouvé depuis ses bonnes vieilles habitudes. Chaque couchette est la sienne, elle est partout chez elle sur la frégate.

L’Hermione en quelques chiffres, c’est 4 hommes pour barrer par forte mer, une heure pour faire demi-tour, des centaines de poulies, cordages, pièces de bois dont il faut connaître les noms, les spécificités, 2200 m2 de voilures.

Le pont de Batterie est sympathique même si l’omniprésence des canons paraît incongrue au néophyte et on s’y verrait sans peine y casser la croûte. Quand au troisième pont accueillant les couchettes et hamacs, à quai, il est somme toute cosy et doté de douches et lieux d’aisance là où étaient cantonnés avant les animaux embarqués. Une nette amélioration sur le plan olfactif !

Si l’envie vous tente de naviguer sur l’Hermione, vous pouvez postuler pour sa prochaine sortie, en 2018 en Méditerranée. Peu d’exigence si ce n’est de ne pas être sujet au vertige. Il vous sera demandé de faire la preuve que vous pouvez sans problème grimper les 54 mètres de gréements, le plus souvent sans sécurité car affaler les voiles, les rouler en cas de coup de mer ne laisse pas vraiment le temps de jouer du mousqueton ! Sachez également que si le sort vous attribue un hamac comme couchage, en cas de mauvais temps ils ne balancent pas tous dans le même sens ! Gare aux collisions !

Voilà, vous êtes prévenus et si cela ne vous sourit guère il reste possible de la visiter à Rochefort ou en 2018 sur les vives de la grande bleue. Il n’est pas impossible en ce qui nous concerne que nous fassions un saut jusqu’à Barcelone, nous y retrouverons peut-être notre charmant jeune homme ?!

Do

 

Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 21:10

Ce matin une fois réveillée la dernière phrase entendue dans mon rêve résonnait très fort à mes oreilles : « La démocratie c’est quelque chose de fragile ! ».

Je revoyais nettement la scène, une pièce lumineuse et un homme qui me parlait, d’un danger, d’une menace.

Je ne peux pas vous dire comment j’ai « su », de la même manière sans doute que je peux dire que je vois, j’entends ... des voix, des défunts, des choses. Cela arrive au cerveau sans passer par les sens, cela touche la zone du cerveau concerné, sans intermédiaire. J’ai compris mon rêve, il comportait un enseignement à partager … avec vous.

« La démocratie n’est pas acquise une fois pour toute.

On peut nous la confisquer, il en coûte énormément pour se la réapproprier.

Et encore n’est-ce pas assuré !

Il faudra réfléchir avant de voter les 23 avril et 7 mai »

Un message clair à mon sens. Tous les partis politiques ne se valent pas, il y a une hiérarchie dans l’immonde. On ne revient pas toujours aisément d’une descente aux enfers à plus forte raison si la « Force » a été accaparée par un seul camp. Un risque toujours possible.

C’est un scénario ressemblant à celui du film « Missing » de Costa Gravas qui m’a été conté !

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=2529.html

Le bleu couleur de marine n’est pas sans danger ! Encore est-ce un euphémisme !

Do

Repost 0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche