Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 12:56
Roncal
Roncal

La France n’est maintenant plus très loin et le radieux soleil nous invite à la rêverie. Nous envisageons quelques randos à mettre au programme des jours à venir au Pays Basque. Nous avons un temps envisagé de filer sur Pampelune par la Foz de Binies où une belle marche nous tentait jusqu’à ce que l’on nous en dissuade fermement.

« Una carretera que es une preciosidad pero muy peligrosa ».

Vale !

Si c’est dangereux, on n’insiste pas, nous découvrirons cette merveille par un autre itinéraire une autre fois ! Nous prenons le chemin du retour, via Roncal où nous faisons une première halte.

Aragon-Navarre, jour 10, El Ultimo !

Gros bourg de montagne, la météo fait mentir le guide. Pas de brume ou de brouillard, la beauté du coin n’a rien de mélancolique ou d’austère. Nous repérons tout de suite les énormes cheminées rondes coiffées d’un toit rappelant les espantabrujas aragonaises. Ville natale du célèbre ténor Julian Gayarre, (totalement inconnu de nous, et vous ?) après en avoir découvert les points d’intérêt nous finissons au cimetière pour découvrir le mausolée du chanteur érigé à la fin du XIXe siècle. Le moins que l’on puisse dire est que le sculpteur s’est « lâché ». Le Bernin n’aurait pas fait mieux. La « Musique » y est figurée inconsolable par la mort du chanteur que pleurent Harmonie et Mélodie pendant que le génie du Renom étend ses ailes sur le cercueil !

Mausolée de Julain Gayarre
Mausolée de Julain Gayarre

Bigre ! Nous en restons baba, on s’interroge aussi sur cette curieuse représentation de Jésus trouvée sur une tombe « ordinaire » ! Lui aussi semble ébranlé !

Aragon-Navarre, jour 10, El Ultimo !

Nous reprenons la route pour Isaba, village qui se révèle très sympa.

Roncal, bis.

Cela monte, descend, il faut regarder où l’on met les pieds car le sol en galets bien que d’un bel effet est périlleux. Certes nous commençons à en avoir la pratique mais le moindre écart est douloureusement sanctionné.

Ochogavia, un des ponts
Ochogavia, un des ponts

Nous avons beau retarder l’échéance la frontière approche, Ochagavia sera notre ultime halte ibérique et notre belle salle à manger ! Il paraît que l’église est belle, bon ! Nous nous arrêtons plutôt pour admirer les intérieurs des halls d’entrée des demeures. Toutes les portes sont entre-ouvertes, les sols de galets cirés donnent l’illusion de tapis et accueillent des décors rustiques parfois cossus, signes extérieurs de richesse ?!

Entrée particulière
Entrée particulière

Nous remarquons aussi una estacion patatera et il me revient avoir lu que dans ces villages de montagne, les récoltes étaient ainsi mises à l’abri, collectivement !

Estacion patatera
Estacion patatera

Nous allons regagner le fourgon quand un objet incongru attire notre attention !

Oeuvre d'Art !
Oeuvre d'Art !

Un gros ballon orangé se balance au gré du courant du rio Salazar, est-ce un clin d’œil à l’Euro de foot ? Nous en doutons toutefois car partout où nous sommes passées l’Euro ne semblait pas marquer les esprits. Pas l’ombre d’une « Fanzone », pas de retransmission dans les bistrots, pourquoi ce ballon ? Pour surveiller le niveau de l’eau ? En cas d’inondation ne va t’il pas se coincer sous une arche et faire bouchon ?

Nous rodons à la recherche d’une explication quand nous avisons un affichage. Bingo !

Ce ballon est une œuvre d’art ! Nous devons cette intervention artistique à Albert Gusi … ainsi lit-on : "L’artiste a placé ce ballon géant de plage pour stimuler notre imagination et notre perception de l’environnement … sa taille est conçu pour en interdire l’escalade, le déplacement y compris le passage sous les ponts !"

La France n'est plus loin
La France n'est plus loin

Reparties sans avoir poussé jusqu’à la Musquilda, un promontoire qui a accueille un lieu de pèlerinage nous filons vers la frontière et tous nos espoirs de découverte du Pays Basque sous le soleil s’envole.

Notre chemin de la scierie !
Notre chemin de la scierie !

Sous la pluie, dans les nuages nous nous demandons un bon moment où est la frontière.

Si état d’urgence il y a, toutes les forces de l’ordre doivent être concentrées sur les stades.

Pas de douanier, de contrôle policier, même pas de panneaux indiquant que nous sommes en territoire français mais juste un indice, ça saute, ça cahote, c’est plein de trous. On se croirait chemin de la scierie !

Nous sommes en France !

Evidemment c'était il y a maintenant quelques 3 semaines, sans nul doute tout est-il bouclé aujourd'hui ! Do

Et un grand merci à Jean Paul Dugene dont le blog a constitué pour nous une mine inépuisable de renseignements pour préparer notre découverte!

http://www.jpdugene.com/index.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Do Fredo - dans récits de voyage
commenter cet article

commentaires

jlb 19/07/2016 06:55

Parfois le concept dépasse la fiction... voire l'affliction... Mais c'est peut-être un geste gratuit de l'artiste !

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche