Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 19:39

La journée suivante sera consacrée à la visite de plusieurs villages et nous commençons par celui que nous n’avons pu atteindre hier à pieds depuis le camping : La Fresneda.

Tous ces villages présentent des similitudes, avec leurs rues étroites, leurs passages couverts, arcades et porches monumentaux, leurs maisons anciennes ornées de balcons de fer forgé superbement travaillé ; les gouttières sont remarquables, qu’elles soient en métal ou en pierre sculptées. Egalement classé parmi les « pueblos mas bonitos », nous passons beaucoup de temps à rôder dans la Fresneda, poussant jusqu’aux ruines du château qui surplombent le village. Calle Mayor, plaza Mayor, ayuntamiento du XVIème siècle et vaste lonja. Le village sert souvent de décor aux cinéastes, et on comprend vite pourquoi. Son charme authentique séduit d’emblée les visiteurs que nous sommes, d’autant que l’ambiance y est vivante et chaleureuse. On y trouve tout le nécessaire : épicerie, boucherie, boulangerie et plusieurs endroits où faire le plein d’huile d’olive et de miel de la région. Nous ne nous privons pas.

Du haut du château, nous apercevons un peu plus loin, perché sur une butte voisine, l’ermitage de Santa Barbara où nous irions volontiers si nous avions un peu plus de temps. Mais on reviendra, on reviendra !

Nous quittons le village à regret pour la découverte suivante, Alcañiz, deuxième ville de la province de Teruel, en Aragon. Son origine remonte à l’occupation arabe, son nom en témoigne, ainsi que de nombreux vestiges comme le château qui domine la cité, et est transformé en Parador de tourisme.

Nous tournons un bon moment avant de trouver une place pour nous garer, longeant la rivière Guadalope, un affluent de l’Ebre, et admirant au passage les tours de l’ancienne enceinte fortifiée. Puis, enfin stationnés, nous nous lançons à l’assaut de la butte en direction du Parador. Plus nous nous élevons et plus nous découvrons la vue sur les vieux quartiers et l’imposante cathédrale, et là, c’est l’émoi : il y a des cigognes partout !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous découvrons plusieurs nids sur l’immense édifice religieux, puis comme à Huesca, nous en repérons d’autres, un peu partout dans la ville, notamment sur les antennes de téléphonie mobile. Nous admirons leur majestueux ballet et je m’étonne toujours de constater à quel point il laisse indifférent les autres passants. D’accord, ils sont peut-être habitués… J’espère en tout cas pour ma part ne pas m’y habituer et toujours continuer à m’en émerveiller.

Après avoir tourné autour du château de los Calatravos, et admiré le panorama, nous redescendons vers les quartiers anciens, l’ensemble médiéval de la Plaza de Espaňa où se dressent le majestueux hôtel de ville, ses halles pittoresques et l’imposante ex-collégiale, Santa Maria la Mayor. Elle est ouverte, mais avant d’y entrer, nous passons un long moment à suivre les manœuvres intrigantes d’une cigogne qui va et vient au dessus de nos têtes, un bout de bois dans le bec, sans trop savoir où le déposer. A-t-elle perdu son nid ? Cherche-t-elle à piquer celui d’une autre ? La branche est-elle coincée dans son bec ? Elle se pose, repart, se repose… Et c’est au moment où nous nous décidons à pénétrer dans l’édifice religieux que le bout de bois atterrit sur le parvis, presque sur nos têtes ! Nous ne saurons jamais ce qu’elle cherchait à faire avec, mais nous remarquons au passage que le parvis est jonché de petites branches… L’endroit est dangereux !

Dans la cathédrale, tout est prêt pour la Semaine Sainte. Jésus, Marie et tous les Saints, sont parés pour le défilé, installés sur leurs « pasos », autels richement décorés qui seront portés à dos d’hommes au cours du défilé, prêts au départ. Impressionnant. Et dire que pour un peu, nous tombions en plein dans les festivités ! Cela ne nous avait même pas effleurés.

Nous sommes plutôt contents de repartir. Pour tout dire, à part les cigognes, nous avons moyennement aimé Alcaňiz. Chacun ses goûts.

Par contre, l’après midi, nous découvrons un autre petit bijou, Valderrobres. Encore un « Pueblo mas bonito » ! Muy, muy bonito… Verdad !

Et alors là, ils savent vivre, il y a même une aire de camping-car au bord du rio Matarraňo qui borde la ville ! Nous sommes tout près du noyau antique que l’on atteint par un vieux pont médiéval, puis en franchissant une impressionnante tour de défense. Comme d’habitude, les ruelles étroites, sinueuses, bordées d’édifices remarquables, mènent à l’imposant château qui domine l’ensemble, construction massive du XIVème siècle.

 

Fermé. Tant pis ; de toute façon, comme aurait dit Jeannine, « on n’en verra pas plus ! ». Et toc !

Avant de gagner notre halte du soir, nous faisons un détour par Beceite… Bof…

Nous nous rendons ensuite au camping d’Arnès, superbe camping ouvert toute l’année, doté de charmants petits bungalows, et d’où il est possible de gagner à pieds, très rapidement l’intéressant village d’Arnès. Encore un bel ensemble architectural à découvrir.

Nous voilà de retour en Catalogne avec, non loin de là, de surprenants refliefs…

Frédérique

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Do Fredo - dans récits de voyage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche