Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 18:53

Nous voilà arrivées à la fin de notre séjour, bien qu’il nous reste encore un certain nombre de kilomètres à parcourir pour rentrer chez nous. Ayant décidé de revenir par l’Allemagne, et donc, par la Bavière, nous avons cherché ce que nous ne connaissions pas encore dans cette région, afin de prolonger nos découvertes. C’est ainsi que nous avons échoué à Oberammergau, et visité le plus petit des châteaux de Louis II de Bavière, le Linderhof, ou « villa royale », à proximité de la frontière autrichienne. Une fois de plus, donc, nous avons fait une petite incursion au Tyrol. Et peut-être pas la dernière !

Oberammergau est un village typique des Alpes bavaroises, à proximité de Garmisch-Partenkirchen, que nous avons déjà visité maintes fois. Situé dans une belle vallée dominée par de hauts sommets, c’est une petite agglomération paisible, touristique, certes, mais au charme authentique, et qui doit sa réputation à l’abondance et à la magnificence de ses maisons peintes.

sur le thème du petit chaperon rouge

On appelle cette expression artistique typique de la Haute Bavière et du sud Tyrol, le Lüftlmalerei, une technique inventée par des artistes italiens, consistant à peindre des fresques et des trompe-l’oeil sur du crépis calcaire frais pour favoriser la pénétration des couleurs et en garantir plus longtemps la conservation. Ainsi, chaque habitation est une véritable œuvre d’art, représentant généralement des scènes religieuses ou de la vie quotidienne, mais ici, à Oberammergau, on trouve quelque chose d’exceptionnel en plus et de vraiment enthousiasmant pour les anciennes institutrices de maternelle que nous sommes : plusieurs maisons décorées sur le thème de célèbres contes pour enfants : Hansel et Gretel

Hansel et Gretel se font réprimander par la sorcière
Et hop! Dans le four, la sorcière!

le loup et les sept petits biquets,

Il était une fois, une vieille bique qui avait sept petits biquets...

le petit chaperon rouge et les musiciens de la ville de Brême (j’en oublie sûrement !).

Les musiciens de la ville de Brême

Ça, nous avons adoré, car pour tout dire, nous sommes un peu saturées de scènes religieuses. Un peu de fraîcheur et de naïveté, ça fait du bien (encore que la cruauté ne manque pas dans les contes de fée !).

Nous avons longuement traîné dans Oberammergau, nous félicitant de ce choix et nous étonnant de ne pas y avoir fait halte plus tôt ! Nous retiendrons en particulier de cette visite le souvenir d’un échange sympathique avec des artistes sculpteurs (cuivre et bois)

sculpteur sur cuivre

exerçant leurs talents dans la maison « Pilate », superbe édifice consacré aujourd’hui à l’artisanat dont les fresques, réalisées en 1784 par Franz Seraph Zwink, représentent le procès de Jésus Christ sous Ponce Pilate. La bâtisse, qui a failli être rasée en 1980 pour y installer un parking, est bordée d’un petit jardin à la française d’où l’on peut admirer un superbe double escalier peint en trompe-l’œil.

La maison Pilate

A l’intérieur, ateliers vivants et quelques collections d’art intéressantes, à voir librement ! Que du bonheur.

J’ajouterais que le camping d’Oberammergau constitue une halte tout à fait satisfaisante, avec des sanitaires exceptionnels !

Le lendemain, après avoir fait un crochet dans le village pour rendre nos bouteilles consignées dans le second magasin bio rencontré au cours de ce voyage (oui, c’est peu… On dit toujours que les autrichiens et les allemands sont les champions du bio… Voilà qui nous parait aujourd’hui très exagéré comme réputation ; de ce côté-là, il faut l’avouer, nous sommes meilleurs !) nous filons vers la frontière autrichienne. Rien à faire nous n’arrivons pas à quitter ce pays !

Le Linderhof se trouve à quelques kilomètres de la frontière, sur la route de Reutte. A l’origine, ce n’était qu’une simple ferme familiale, reprise et rénovée par Maximilien II, le père de Louis, pour y pratiquer la chasse. Devenu roi, Louis II affectionnait particulièrement cet endroit, non pas pour la chasse qu’il détestait (ce qui nous le rend éminemment sympathique !) mais pour fuir la cour (et ses responsabilités) et s’isoler.

Vue sur le temple de Vénus

Dans le hall, trône une statue équestre de Louis XIV et partout, de nombreux portraits évoquent les personnages importants de la cour française. La chambre à coucher s’inspire de celle du roi soleil, avec une balustrade séparant le lit à baldaquin du reste de la pièce pour permettre à la cour d’assister au coucher ou au lever du roi, à ceci prêt que Louis II, lui, ne voulait voir personne. A tel point que dans la salle à manger, un mécanisme ingénieux permet de faire descendre la table à l’étage inférieur où se trouvaient les cuisines, pour la garnir et la remonter, sans que le roi n’aperçoive le moindre serviteur !

En bref, Louis II venait là pour avoir la paix. Le château n’est pas très grand, la visite des intérieurs (en allemand ou en anglais) est assez rapide. La décoration est luxueuse, fantasque, excessive, débridée… Ors, céramiques, ivoire… Mais photos "verboten"!

Ici, aucune trace de la cousine favorite du roi, Sissi. Mais dans le parc,

immense, sauvage et peuplée d’arbres majestueux, le bien aimé Wagner est omniprésent (bien aimé de Louis, pas vraiment de nous). La grotte de Vénus, que nous n’avons pu voir, a été crée artificiellement pour illustrer un épisode de Tannhäuser ; Louis aimait s’installer dans sa barque pour y écouter ses airs favoris. La hutte de chasse,

die « Hundigshütte », rustique à souhait avec son décor de peaux de bêtes et l’arbre qui pousse en son centre, s’inspire de la Walkyrie et l’ermitage de Gürnemans,

L'ermitage

sorte de chapelle rustique, sort tout droit d’un décor de Parsifal. On trouve aussi un pavillon mauresque, ancien pavillon présenté par la Prusse à l’exposition universelle de 1867

le pavillon mauresque

, et un pavillon marocain que le roi fantasque habitait occasionnellement. La promenade dans le parc se termine pour nous par le temple de Venus qui domine le château dans son décor sophistiqué : double escalier de marbre orné de sculptures, jardins à l’anglaise, terrasses et fontaines majestueuses. 

Le Linderhof, vu du temple de Vénus
On s'y voit déjà! Les châtelaines...

 

La visite s’achève et nous retrouvons notre petit château à roulettes sur le parking réservé aux camping-cars. En notre absence, un énorme « wohnmobil », comme on dit ici, s’est garé à côté. Du coup, Tibus et le fourgon voisin, identique au nôtre, semblent avoir rétréci.

C'est qui le plus beau? C'est notre Tibus! (le premier, à gauche...)

Tandis que nous mangeons, les propriétaires arrivent ; ce sont des français de Loire atlantique et comme nous le pensions, ils ne sont que deux. A titre de curiosité, allez donc voir les prix de ces camping-cars « Condorde » (360000€, en moyenne)…

Après la visite, nous faisons un court passage en Autriche, longeant d’abord un torrent complètement assèché (impressionnant !), puis le vaste lac de Plansee où nous espérions un peu faire trempette avant de découvrir ses eaux sombres et peu engageantes. La route contourne ensuite Reutte avant de longer la Lech, dont le niveau est aussi particulièrement bas et de revenir en Allemagne. Cette fois, nous n’irons pas à Füßen. Nous connaissons trop bien. Nous filons vers l’est… Prochaine halte, Salem, dans la région du Bodensee. Et là, nous n’avons qu’un conseil à vous donner : évitez, tout comme la région du Titisee devenue infréquentable pour cause de tourisme de masse.

Allez, auf wiedersehn, tchüß… Bis bald ! (Vielleicht!)*

Frédérike.

* au revoir, salut, à bientôt! (peut-être !)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche