Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 13:29

 

Le Burgenland est le land d’Autriche le plus oriental du pays et le plus plat. Jusqu’en 1920, cette région était rattachée à la Hongrie et encore aujourd’hui, une petite partie, au sud, a refusé l’annexion et est restée hongroise. La plus grande ville du land est Eisenstadt ; elle possède un joli château, agrémenté d’un vaste parc à l’anglaise où le musicien Joseph Haydn possédait même une petite vigne !

La vigne de Haydn

Nommé chef d’orchestre au service de la famille Esterhazy, propriétaire du château, Haydn a vécu pendant douze ans dans une jolie maison baroque que l’on peut visiter aujourd’hui. Pour notre part, nous nous sommes contentées de l’admirer extérieurement et de faire le tour du parc, à la recherche d’un peu de fraîcheur. En vain.

oriel peint à Eisenstadt

 

Nous n’avions pas vraiment prévu cette étape dans le Burgenland ; on peut dire que cela nous a pris brusquement, sans doute parce que Danielle nous en avait vanté les charmes. Et puis c’est vraiment tout près de Graz, 150 kilomètres, environ. Nous ne sommes vraiment plus à cela prêt.

Le Burgenland, c’est avant tout, dans un bassin fermé, un lac immense, le Neusiedlersee : 315 m2 de surface (240 en Autriche, 75 en Hongrie). 36 kilomètres de long pour 6 à 12 de large. L’évaporation y est parfois très forte et il est même arrivé que ce lac disparaisse complètement. Il faut dire que jamais sa profondeur n’excède 2 mètres.

le lac et sa ceinture de roseaux

Outre la natation, on peut y pratiquer la navigation, à voile ou à moteur, et en hiver, sur sa surface entièrement gelée, le patinage et le char à glace. Des bateaux de tourisme font régulièrement la navette entre Rust ou Mörbisch am see, sur la rive ouest, et Illmitz, à l'est. Par ailleurs, ses eaux sont poissonneuses et de nombreux pêcheurs y exercent leur activité.

Bien évidemment, une foule d’oiseaux dont de nombreux migrateurs y trouvent leur paradis. Nous avons surtout vu des cigognes et des oies cendrées, innombrables et culottées, fréquentant particulièrement les lieux de baignade dans l’espoir, peut-être d’améliorer leur ordinaire.

Le Burgenland, c’est un bout d’Autriche qui ne ressemble à aucun autre. Plat, couvert de roseaux, marécageux. La maison traditionnelle ressemble à la maison gardianne ou à la bourrine vendéenne.

cabane de pêcheurs dans les roseaux

Les eaux sont chargées de sel et de boues sédimentaires. La ceinture de roseaux est très importante sur son pourtour et il est difficile de l’apercevoir lorsque l’on fait le tour en voiture. C’est bien entendu ce que nous avons fait pour tenter d’avoir un aperçu complet de ce biotope si particulier.

Basées au camping d’Oggau, - camping agréable où l’on parle français, avec accès gratuit à la piscine, et quelle piscine, là encore !-, sur la rive ouest, nous avons tenté de longer le lac en commençant par le bas, visitant au passage la jolie petite ville de Rust dont nous avions découvert le port en vélo la veille),

Hauptplatz de Rust, et un nid de cigogne, un!

capitale des cigognes (on trouve dans les commerces les mêmes cigognes en peluche qu’en Alsace… Made in China !), mais si les routes au bord du lac, à partir de Mörbisch am see,  existent bel et bien sur la carte et dans la réalité, à la frontière hongroise, il est impossible de les emprunter. Seuls les cyclistes ont le droit de passer. Il faut faire un tour immense, remonter pratiquement jusqu’à  Eisenstadt pour s’engager vers Sopron, première ville hongroise de la région, enclavée comme un éperon dans le territoire autrichien.

Nous passons la frontière sans essuyer le moindre contrôle, ni autrichien, ni hongrois.

Nous avions dans l’idée de nous arrêter et de visiter la ville, mais nous avions négligé quelques détails que nous ignorions : pas de parking aménagé pour les véhicules d’un certain gabarit comme le nôtre, des parcmètres partout et surtout, pas d’euros mais des forints ! Nous nous sommes donc contentées d’un tour de boulevard circulaire autour du centre historique, manifestement intéressant. Tant pis !

Sans trop de difficulté, nous avons retrouvé la route qui suit la rive (de loin), traversant des villages hongrois où le niveau de vie semble beaucoup plus bas qu’en Autriche. Il y a bien une piste cyclable qui fait le tour du lac, même ici en Hongrie, mais elle suit la route et n’a rien de bien attractif. Après une trentaine de kilomètres hongrois, nous retrouvons l’Autriche, à la hauteur d’une petite poste frontière déserté par les hongrois ; mais les autrichiens sont là et veillent au grain. Petit contrôle, petit coup d’œil à l’intérieur (on pourrait cacher quelques migrants !) et nous arrivons bientôt à Illmitz.

Tout est très mal indiqué et ce n’est pas sans mal que nous parvenons enfin à la « schwimmbad » aménagée sur les bords du lac. Parking et baignade sont payants jusqu’à 17 heures. Qu’à cela ne tienne, nous acquittons la taxe ; il fait tellement chaud que nous ne rêvons plus que de nous tremper.

Cafés, restaurants, ombrages abondants et vastes pelouses ponctuées de cacas d’oies (verts pour les plus frais !)

, et le lac à perte de vue, comme une petite mer intérieure. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’eau n’est pas limpide ; debout, avec de l’eau à la ceinture, on ne voit même pas ses pieds, à peine ses cuisses ! Pour y accéder, il faut franchir une digue en béton qui ne fait pas vraiment joli dans le paysage. Des escaliers permettent ensuite de descendre progressivement (elle est un peu fraîche…). On ne voit rien, mais on sent bien les cailloux au fond ! Ici, on partage l’espace avec les oies, sur terre et dans l’eau. Elles sont omniprésentes.

Quelques naïades au sortir du bain

La suite de la découverte se fera à vélo. Par une chaleur pareille, c’est certain, chez nous, nous n’aurions même pas l’idée de les sortir ! Mais ici, nous nous élançons gaillardement à la découverte du parc national.

Ce parc national constitue le point de départ de la steppe hongroise, la célèbre puszta. Nous apercevons  quelques typiques puits à balancier 

; tout autour du lac, noyé dans les roseaux, de nombreuses mares asséchées trahissent par leur blancheur la présence abondante de sel.

De temps à autre, nous apercevons des oiseaux que nous n’identifions pas forcément. Nous pédalons ainsi pendant près de deux heures et demie et nous nous offrons une seconde baignade à l’arrivée ! Il est 16h30, et le gardien est déjà parti.

Après celle longue halte à Illmitz, nous terminons le tour du lac sans nous arrêter, rien ne nous motivant vraiment par cette chaleur très dissuasive.

Vue typique... Ici, pas de grand champ... mais des petites bandes cultivées alternant vignes, maïs, blé, jachère... Les uns protègent les autres des intempéries. Futé!

Nous ne sommes pas fâchées de retrouver le camping où nous avons fait la connaissance d’un couple de lorrains ; comme nous, ils partent demain, mais dans la direction opposée : nous, nous montons vers le Danube et eux, se dirigent vers le lac Balaton, en Hongrie. En ce qui me concerne, le peu que j’ai vu de ce pays ne m’a pas franchement donné envie d’en approfondir la découverte. A partir de maintenant, nous allons nous acheminer doucement vers l’ouest. Cette fois nous prenons notre décision : nous reviendrons par l’Allemagne et l’Alsace.

"Ici tout est calme, paix, volupté..."

Frédérique

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche