Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 19:58
Anse Cristina
Anse Cristina

Il y a quelque temps, nous découvrions la grande colère du maire du Barcarès devant le spectacle de désolation qu'offrait la plage. Nous venions de subir un épisode tempétueux et les fleuves, ces indélicats, avaient déversé en mer des tonnes de détritus, déchets verts arrachés aux berges des cours d'eau et saloperies de toutes sortes témoignant de l'indélicatesse humaine qui prend la nature pour une poubelle ! La tempête en question s'est déchaînée fin novembre 2014, cela commence donc à faire un bail mais force est de constater que de nombreux sites demeurent immondes. Si vous voulez constater de visu ce que j'affirme, aller donc faire un tour à Port-Vendres, sur le sentier littoral en démarrant votre balade à la hauteur du stationnement pour camping-cars. Je ne m'attarderai pas sur le problème des différents bâtiments en bord du littoral qui font tache dans le décor. L'ancien hôtel des Tamaris, le restaurant le Gibraltar près de la digue n'en finissent pas de tomber en ruines et depuis la tempête le restaurant le Poisson Rouge s'est mis au diapason. En plus d'avoir les pieds dans l'eau, maintenant il a la véranda sur le toit ! Passons, il y a sans doute des contraintes administratives qui nous échappent !

Abords de la redoute Mailly
Abords de la redoute Mailly

Par contre l'état des plages est affligeant, le sentier côtier face au centre de plongée est une vraie poubelle et les abords de la redoute Mailly, propriété de la ville de Port-Vendres et inscrite à l'inventaire des monuments historiques (comme l'indique un des panneaux d'information qui ponctuent le tracé du sentier), sont remarquablement mis en valeur par un tas de vieilleries carbonisées en bordure du sentier qui filoche ensuite au milieu de tas de gravas arrachés aux anciens blockhaus du coin. Nous avons même fait des photos, beurk !

Sentier littoral
Sentier littoral

Qu'attendent les autorités pour venir nettoyer les plages, une prochaine tempête qui emportera ce que la précédente a déposé ? Côté débris de végétaux, ceux qui ont le plus œuvré au nettoyage des plages dans un premier temps sont les gens comme vous et moi ! Aujourd'hui, il ne reste plus que ce qui ne peut être brûlé ET … des pneus, des bidons, des matelas, des canettes, des bouteilles, des plastiques, des carcasses de vélos …

Plage du Poisson Rouge
Plage du Poisson Rouge

Messieurs les responsables, j'ai une suggestion à vous faire : donnez-nous des gants, des sacs, mettez à notre disposition des camions, des bennes et lancez un appel aux bonnes volontés, nous allons vous nettoyer vos plages et même que dans la foulée nous pourrons aussi étendre notre action en direction des nombreux torrents qui dévalent la montagne parce que là aussi, il y a du boulot. Un exemple ? Allez donc en direction de Valmy puis du camping des mimosas, garez vous dans les parages et empruntez la piste qui démarre à gauche avant le pont sur le rec de l'Abot. Vous pourrez y découvrir un effroyable enchevêtrement de troncs arrachés par le bucolique petit torrent. Aux prochaines fortes pluies, cela va faire un sacré barrage qui, s'il lâche d'un coup submergera tout en aval ! Comme à Lamalou, dans la vallée heureuse de Sorède !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 17:55
A lire, suggestion de Mi

LA GRANDE ANTHOLOGIE DES CHAMBRES CLOSES ET DU CRIME IMPOSSIBLE

Tome 1

Roland LACOURBE

(préface de Martin Winckler)

(Ed. Manannan, 2014)

Vous avez lu et adoré « Double assassinat dans la rue Morgue » d’Edgar Allan Poe (1841) ? alors vous avez lu la première histoire de meurtre en Chambre Close de la littérature policière, si ce n’est pas le cas, vous avez encore plus de chance : il vous reste à le lire ! Ce genre, relativement peu connu en France est surtout le fait d’auteurs anglo-saxons alors qu’un des meilleurs spécialistes du genre est français, il se nomme Roland Lacourbe* et depuis plus de 20 ans il multiplie anthologies et ouvrages de référence. C’est lui (avec sa complice Danièle Grivel, traductrice) qui a fait connaître en France l’écrivain américain John Dickson Carr (Ed. Le Masque), grand maître de la littérature policière et du meurtre en Chambre Close. Comment expliquer l’inexplicable ? Comment mystifier le lecteur, l’égarer dans les labyrinthes de la Chambre Close et du Crime Impossible, et lui proposer enfin une solution logique à tous les mystères qui l’ont fasciné ? Le meurtre en Chambre Close est un exercice de style qui fait appel, comme tout bon polar, à la logique et au raisonnement mais cherchant à répondre à la question du « comment » invite le lecteur à faire jouer son imagination. Quelqu’un a été assassiné dans un lieu hermétiquement clos (fermé de l’intérieur) : kilafé ? komenkilafé ? Bref, du plaisir à l’état pur. *ceux et celles qui voudraient aller plus loin peuvent « piocher » dans sa bibliographie

 

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 16:41
Les voies du hasard

Hasard ? Voici une histoire vraie qui n'en finit pas de nous interpeller. Il y a deux ans, Liliane s'est séparée de son mari après l'avoir trouvé dans une position équivoque avec une jeune stagiaire de l'établissement où il travaillait. Bien qu'il lui ait juré que ce n'était pas ce qu'elle croyait et malgré le mutisme de l'étudiante, elle avait quitté sur le champ le domicile conjugal pour trouver refuge sur les bords de la Méditerranée où le couple avait retapé la maison héritée de ses parents. Elle avait toujours apprécié cet endroit et elle comptait bien y redémarrer une nouvelle vie. Elle avait supporté au nom du « quand dira t'on » un mari dragueur mais cette fois ce n'était plus possible ; en repensant à la scène dont elle avait été le témoin le mal-être diffus qui était le sien depuis longtemps s'était exacerbé. Réfugiée dans son sud natal elle tentait de se reconstruire malgré les innombrables discussions avec ses fils à qui il lui était impossible de faire entendre qu'elle ne comptait pas reprendre la vie commune. Il jugeaient les frasques masculines sans réelle importance, soit ! Elle pouvait admettre ce point de vue communément partagé, mais ne se voyait pas leur révéler ses doutes ; elle était convaincue que ce qu'elle avait vu n'était pas un cas isolé. Toutefois si Les Sables d'Olonne appartenait au passé en ce qui la concernait, il y avait des obligations auxquelles elle n'imaginait pas déroger. A plusieurs reprises elle s'était donc préparer moralement à y retourner mais à chaque fois un imprévu l'avait obligé à annuler ses projets. Cela avait commencé par la disparition du chat à la dernière minute, une panne de voiture inexpliquée avait compromis sa deuxième tentative !!! Elle en était venue à penser que cela ne pouvait pas être le simple fait du hasard lorsque son troisième essai tourna court : une gastro foudroyante l'avait mis KO. Elle en était arrivée à la conclusion que sa présence là-bas ne semblait pas souhaitable et qu'il était inutile de persévérer quand la paix familiale vola en éclats. La jeune stagiaire avait craqué et s'était confiée au service social de l'Université dont elle dépendait. Une assistante sociale s'était emparée du dossier et une procédure pour harcèlement sexuel et psychologique était en cours ! Les langues se délièrent et quelques semaines plus tard Liliane retourna alors aux Sables sans rencontrer le moindre problème. Une fois là-bas elle refusa cependant toute entrevue avec son époux, celui-ci étant écroué après que d'autres plaintes pour le même motif aient été déposées. L'enquête suivit son cours et il fut vite évident que le doute n'était plus de mise. Liliane était effondrée, comment avait-elle pu ne rien voir ? Depuis tant d'années ! Quasiment 2 ans après l’arrestation, ce fut enfin le jugement. Liliane revenue sur la côte méditerranéenne ne s'y était pas rendue mais à l'annonce du verdict, elle se sentit mal. La peine était assortie d'un sursit qui couvrait presque en totalité le séjour en préventive par contre l'amende était « salée ». Aurait-elle le courage d'aller accueillir son mari le jour J comme elle s'y était engagée auprès de ses siens qui ne voulaient plus entendre parler de lui. Le travail fait sur elle-même depuis le début des évènements portait ses fruits mais si elle avait totalement admis son statut de victime elle ne se voyait pas manquer à la parole donnée. Anxieuse Liliane attendait de connaître le jour de sa sortie. Elle avait l'impression de vivre hors du temps. Chacun de ses gestes était un peu déconnecté de la réalité ; elle planait, ne se sentait plus en harmonie avec elle-même. Devait-elle libérer sa famille de la charge même temporaire du père ou aller de l'avant pour vivre sa vie ? Bien incapable de se préférer à eux, elle se préparait à retraverser l’hexagone pour en finir avec son passé. Néanmoins, pour afficher symboliquement sa détermination à vivre comme elle l'entendait, elle décida de transformer sa salle de bains. Une envie de longue date que son mari, il l'était encore le divorce n'ayant toujours pas été prononcé, avait toujours qualifié de stupide. C'est ainsi qu'elle se retrouva de bon matin sur le parking de Castorama. Alors qu'elle venait de sortir de sa voiture et se penchait pour attraper son sac, une décharge électrique lui vrilla le dos. Pétrifiée, elle attendit que la douleur reflue puis à la vitesse d'un paresseux entreprit de s’asseoir sur un bout de banquette. Le temps s'était arrêté et elle aurait pu rester là indéfiniment si une jeune femme ne l'avait remarquée. Rapide, efficace elle prit en mains la direction des opérations puis attendit avec Liliane l'arrivée des secours. Huit jours s'étaient écoulés quand Liliane, de retour chez elle, appris que son mari sortait à la fin de la semaine ! Un intense sentiment de satisfaction l'envahit rendant la douleur toujours présente étrangement supportable. Si elle voulait éviter l'opération, tout déplacement lui était formellement interdit pendant au moins 3 mois ! Elle n'aurait pas à manquer à sa parole et se moquait bien de savoir qui la remplacerait à la sortie de la prison, une assistante sociale sans doute ! Ce qui rendait Liliane heureuse c'était la certitude que cet accident ne devait rien au hasard. « On » avait décidé pour elle ! Cette hernie discale était à ranger dans la même catégorie que la gastro, la fugue du chat … tous ces contre-temps qui l'avaient empêchée de retourner au domicile conjugal avant que n'éclate l'affaire. Une chose était sûre, elle ne tenterait plus d'aller contre son ressenti, allez donc savoir ce qui lui pendait au nez si elle s'obstinait à ne pas vouloir comprendre qu'il est important de faire ce qui est bon pour soi ?! En tout cas, chose extraordinaire, depuis qu'elle avait tranché et décidé de se protéger, elle récupérait à vitesse grand V. Ce que notre amie a vécu, d'autres l'ont expérimenté, nous aussi. Ainsi l'an passé alors que nous nous étions résignées à participer à une réunion familiale qui ne nous souriait pas du tout, j'ai chuté. Rien ne pouvait expliquer cette chute et au moment où j'avais presque réussi à récupérer mon équilibre, une sensation de poids sur les épaules a rendu la gamelle inévitable. Entorse ! Comme les choses sont bien faites, Frédo en canalisant les rayons m'a permis de retrouver une motricité presque normale en peu de jours. Juste le temps de laisser passer la fiesta parisienne ! Depuis plus que jamais, et comme Liliane aujourd'hui, nous écoutons nos intuitions, les prenant très au sérieux ! Do

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 21:02
A protéger !

En Pays catalan et plus spécialement en Vallespir, chaque année l'ours est fêté que ce soit à Prats de Mollo, St Laurent de Cerdans ou Arles sur Tech. Il est même question de faire inscrire cette manifestation, la plus ancienne du folklore européen semble t-il, au patrimoine de l'Humanité ! Des milliers de personnes assistent en cette période à ces fêtes qui ont une valeur culturelle et identitaire forte. Une inscription au patrimoine immatériel de l'Humanité signerait la préservation pour toujours de cette fête de l'ours. De cette fête mais pas de l'ours car en ce qui concerne l'animal, ce n'est pas gagné et c'est quand même paradoxal ! En 2013 il y avait 24 ours recensés avec une situation critique dans les Pyrénées occidentales où il ne reste plus que 2 mâles. Toutefois même si sur les Pyrénées centrales et orientales la situation est moins critique, la population n'est pas viable pour autant. Il y a un déficit de 17 pour arriver au chiffre fatidique de 50 à partir duquel une population est viable. Si la fête de l'ours remonte, parole d'homme, à la nuit des temps, l'ours était présent depuis 250 000 ans. Il était là bien avant le mouton qui a été domestiqué il y a environ 10 000 ans. Ne mériterait-il pas d'être lui aussi classé au patrimoine de l'humanité et d'être réellement protégé ? Les dégâts subis par les bergers sont majoritairement causés par les chiens errants et tous les témoignages recueillis par les éleveurs s'accordent à dire que les brebis tuées par un ours étaient isolées, égarées par mauvais temps donc non protégées par les patous or les constats sont unanimes un ours agressant des brebis cèdent la place devant 2 patous. La présence de ces chiens s'est traduite par une baisse de 90 % des attaques. Alors ? On fait quoi ? On protège l'ours ou juste la fête ? Do

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 17:17
Galop d'essai

Bien, hier nous avons sauté le pas et fait la mise à jour recommandée, pas sûr que ce soit judicieux mais c'est fait, donc affaire à suivre.

Une chose est sûre, si cela est trop galère nous allons adopter une formule particulière, à savoir, puisque nous avons la liste de nos abonnés, écrire des articles, les mettre en forme et les envoyer par émail !

A part cela rien de neuf, si ce n'est le coup de vent monstrueux subi en revenant de Leucate, la route a été submergée au moment où nous passions, impressionnant d'autant que le ciel noir d'encre ne nous incitait pas à lanterner !

Bien espérons juste que la neige qui nous boude ne tombera pas demain que je puisse accrocher les toiles et photos !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 08:54

Hier soir nous avons regardé l'hommage à Jacques Chancel que nous avions enregistré car plus de 3 heures d'émission à partir de 22h50, à nos âges, ça fait un peu tard !

Quel bonheur de retrouver un plateau de télé diversifié avec des artistes de tout bord, des répliques qui font mouche, des intellos pétillants. Aaaah !

Faut-il souhaiter le décès d'autres Jacques Chancel pour se régaler devant la télé avec autre chose qu'un bon film ?

jacques_chancel.jpg

Et puis une confirmation à ce que nous pensions il fut un temps où en « prime time » on pouvait s'éveiller en regardant la télé. Reverrons-nous un jour des « Droits de réponse », « Marche du siècle », « Apostrophes », « Grand échiquier » aux heures grand public ? J'adore cette expression.

Parce que comme l'a dit dans cet hommage, je ne sais plus qui, Jacques Chancel pensait avec raison que l'on peut être un pékin lambda et s'apercevoir que tous les genres sont à notre portée. Faire découvrir, apprendre à pouvoir tout entendre pour savoir enfin de compte que ce que l'on aime pas ce n'est pas uniquement parce que l'on ne le connaît pas !

 

« Je n'ai pas l'habitude de faire de la télévision intelligente, y'a même l'air d'avoir un public éveillé » a dit Nicolas Bedos au cours de ce Grand Échiquier particulier.

Il a tout résumé. Qui veut gagner des millions, vendredi tout est permis, les (grands) bêtisiers de tous ordres, ça fait peut-être rire mais je crains qu'à haute dose, cela affecte les neurones.

« Panem et circenses », la célèbre expression de Juvénal : du pain et des jeux (du cirque), dénonçant la politique mise en œuvre par les empereurs romains pour s'attirer la bienveillance de l'opinion populaire en le flattant est toujours d'actualité !

Do et Frédo

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 20:43

Depuis 1968 nous arpentons le département, autant dire que nous étions en droit de croire que l'un dans l'autre nous ne risquions pas de tomber sur des lieux dont nous n'aurions jamais soupçonné l'existence. De Laroque nous connaissons le vieux village, les vestiges de moulins, la fontaine minérale, le dolmen, le site de Roca Vella et plein d'autres choses mais une chapelle perdue dans la végétation entre Roca Vella et les mas catalans, nous n'en avions jamais entendu parlé.

Nous avons donc suivi les explications approximatives reçues et emprunté un chemin soit-disant privé, donc interdit, avant de remarquer que nous étions en fait sur un chemin de randonnée ! Tiens ! 

Suivant les marques jaunes nous sommes arrivées à une intersection dotée de panneaux illisibles. Au pif, il est assez efficace, nous avons commencé à grimper au milieu des chênes verts et liège suivant grosso modo le court d'un torrent canalisé grâce à un remarquable appareillage de schistes. Nous sommes tombées sur les restes d'un orry accolé à un énorme bloc puis sur un superbe bassin dont il nous a été impossible de savoir s'il est alimenté par une source ou par l'eau du torrent canalisé, mais quel bonheur ce doit être en été !

St-Laurent-de-Galice--7-.JPG

En levant les yeux, nous avons repéré des murs d'une épaisseur remarquable et un tout petit panneau mentionnant St Laurent de Galice !

Partout alentours, des terrasses qui ne dataient pas d'hier et délimitaient encore de petits espaces sans doute cultivés dans le passé comme partout dans les Albères. Nous avons alors découvert les restes d'un édifice religieux de belle taille, une chapelle préromane du Xe siècle. Impressionnant !

St-Laurent-de-Galice--3-.JPG

En revenant sur nos pas jusqu'à Roca Vella nous avons reconnu le chemin de randonnée emprunté jadis à cheval et que nous n'avions jamais réussi à retrouver ! Privé ou pas ? Un promeneur rencontré semblait en douter.

Rentrées nous sommes allées à la pêche aux infos. La récolte a été maigre, nous avons juste appris que jadis se trouvait là un village appelé Alemanys (y a-t-il un lien avec les invasions wisigothiques qui ont fortement marqué le territoire ?) puis Torrents ! Des recherches à poursuivre !

 

Le chêne liège comme fil directeur nous avons quitté les Albères pour les Aspres, les bien nommées. Un jour de retour de balade nous avions repéré dans les frondaisons, près de Caixas, un clocher mur dont nous ignorions tout. Il y a une petite semaine par un jour de tramontane démentielle, plus de 140 kilomètres heure, avons-nous appris (et pas d'alerte météo, nous avons l'habitude et les arbres sont bien collés), nous avons mis le cap sur le Mont Hélène. Décoiffant mais l'itinéraire passait par la chapelle que nous recherchions. Nous avons donc été doublement récompensées, le site d'un village évaporé et un brushing très réussi pour chacune de nous !

Caixas-Chapelle-St-Marc--1-.JPG

Caixas est une commune particulière, plutôt regroupement de plusieurs hameaux (veïnats), peuplée dès la préhistoire comme l'attestent des gravures rupestres, l'église paroissiale n'est pas celle du village initial. Pour trouver le site primitif, il faut crapahuter sur le versant nord du mont Hélène. Là dans un bois de chênes se niche l'ancienne chapelle St Jacobi et St Cucufat (ce n'est pas revenu à la mode ! Bizarre!). Édifice préroman du Xe siècle, surélevé puis fortifié sa hauteur intérieure est extraordinaire avec une curieuse croix gravée sur l'arc triomphal.

Caixas-Chapelle-St-Marc--9-.JPG

La porte en bois ornée de ferrures traditionnelles catalanes est sculptée, on y trouve le lion de St Marc puisque tel est son nom maintenant.

Caixas-Chapelle-St-Marc--3-.JPG

Au retour, traversant Montauriol, nous est venu l'idée de revenir traîner dans le coin pour y rechercher les ruines d'une chapelle que nous avions découverte en 1994.

1994-Ste-Marie-de-valpuy.jpg

Ce mardi, donc, nous sommes parties carte IGN en main sur les traces du passé, nous avions approximativement défini où se trouvait notre but en retrouvant d'anciens clichés. Aux environs de Montauriol le chêne liège s'impose mais par endroits il cède encore la place à une végétation très lumineuse de cistes, arbousiers, oléastres, le maquis quoi ! Très rapidement nous avons retrouvé notre chapelle … totalement restaurée mais doublement verrouillée, une grille et la porte en bois.

Chapelle Ntre Dame de Valpuig (1)

Cette chapelle n'a jamais été un lieu de culte, il s'agit en fait d'un tombeau de famille, celui de la famille Coste. Si depuis 9000 ans le chêne liège est présent sur le territoire des Pyrénées Orientales, dès l'époque romaine sa culture a reculé pour laisser place à celle de la vigne. A partir du Moyen âge les forêts de Chênes liège étaient réduites à peau de chagrin et ne servaient plus que pour accueillir les chasses seigneuriales. Il a fallu que l'épidémie de Phylloxéra décime le vignoble pour que le chêne liège retrouve ses lettres de noblesse et ce fut Laurent Coste qui fut l'artisan de cette résurrection. Laurent Coste est donc inhumé dans cette chapelle lui qui fut à l'origine du renouveau des plantations de chênes liège dans la région. Par le trou de la serrure nous avons quand même vérifié que c'était bien la même chapelle. Pas de problème.

Chapelle-Ntre-Dame-de-Valpuig--2-.JPG

Enfin pour le plaisir des yeux, je terminerai cet article avec une jolie photo de Notre Dame del Coll, dans les Aspres, près de Caixas. Elle domine une mer de Chênes liège, celle des Aspres et au loin, des Albères.

Caixas-Nte-Dame-del-Coll--4-.JPG

Do


 


Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 17:41

Bien, demain c'est le saut dans l'inconnu comme d'autres blogueurs !

Cela fait presque un mois que nous nous interrogeons, faire ou non la mise à jour ?

L'an passé certains l'ont fait et ce fut la cata, pertes des données (archives, liens vers les blogs amis, liste des inscrits).

Nous nous sommes données jusqu'à demain pour nous décider.

Si à partir du 1 février c'est le silence radio de notre part, vous saurez que nous avons fait le mauvais choix à moins qu'un météorite nous ait pulvérisées dans un tir très ciblé !

Haut les coeurs, adeu !

Do et Frédo

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 17:33

 

Pour en finir avec la rayonnance j'aimerais vous faire part de nos dernières cogitations !

 

Après la parution du premier article, un de nos fidèles lecteurs et scientifique de surcroît, Pierre pour ne pas le nommer, nous avait laissé ce commentaire :Il s'agit de concentrer « une énergie qui est disponible effectivement sous forme d'onde magnétique et (ou) lumineuse (c'est in fine la même chose) puis cette énergie [onl'a met]à la disposition de quelqu'un. Cette énergie canalisée est alors captée par les cellules du corps de la personne qui la reçoit et se met à aller mieux à la fois mentalement et physiquement. Tout à fait explicable par les lois classiques de la physique ... »

 

chindai.jpg

 

Quelques jours après c'est une amie, Andrée, qui nousraconte que cette technique ne lui est pas étrangère car elle avait pratiqué le Chindaï qui permet par des enchaînements de mouvements, les katas, de prendre conscience de son corps énergétique et donc de travailler son énergie vitale. Cette gestuelle associe la respiration, la concentration, la visualisation active des couleurset des éléments naturels. Je suis allée à la pêche aux infos sur Google et j'avoue avoir été séduite !

Cliquez ! Le site me semble inoffensif !

http://www.chindai.org/presentation/art-philosophie

 

voie-spirituelle.jpg

 

Je terminerai cet article en précisant que,comme c'est par le biais d'une personne spirite que nous avions connu en premier cette rayonnance - elle canalise des enseignements émanant de personnes ascensionnées, les maîtres de ces rayons (chohans) ou d'archanges, chaque rayon étant lié à l'un d'eux - la Rayonnance a tous les atouts dans sa manche pour nous permettre à nous pauvres mortels de cheminer sur les voix de la sagesse et de la guérison. Utiliser les rayons de la Lumière est donc possible qui que l'on soit et quelles que soient nos croyances !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:38

 

Rubrique nécrologique aujourd'hui … décès de madame Jeanne Clique !

 

Madame Jeanne Clique claque !

 

Et bien, oui, nous lui demandons pardon, mais on a ri !

 

Shocking ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo
commenter cet article

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche