Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 17:25

Bon, sans doute trouverez-vous l’article sur le bouquin de Frédéric Lenoir (j’entends déjà des « encore lui !!! ») indigeste d’autant que cela pêche par manque d’illustrations.

Tant pis !

De toute façon, vous avez 3 semaines pour le lire, au moins 3 semaines, car le blog des brebis prend des vacances.

 

La-Kleinwalsertal.JPG

Pour tout dire, nous avons déjà l’esprit ailleurs et caracolons en pensée sur la Deutsche Alpenstrasse. A nous Salzburg, Hallstatt, Graz et plus si affinités !

 

Bis bald !

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 16:57

Comme je vous l’avais laissé entendre il y a quelque temps, nous allons tenter de contrer la morosité ambiante chaque fois que faire se peut en privilégiant les bonnes nouvelles.

 Pas facile ! Mais en voici une cependant.

Un conte de fées dont nous avons été les témoins directs.

 corinne

Alexia est une toute petite brunette de presque 7 ans. Née d’un viol, rejetée avant même sa naissance par sa mère biologique, une toute jeune femme de 16 ans que l’on comprend par ailleurs, elle a été placée en famille d’accueil à l’âge de 5 jours.

Juges, assistantes sociales, éducateurs ont pris en main sa jeune vie, décidant des modalités de rencontres avec sa mère, de l’organisation de son temps, de ses vacances toujours loin de sa famille d’accueil.

Garder ses distances, ne pas s’attacher, tels sont les maîtres mots !

Des consignes plutôt difficiles à accepter tant par l’enfant que par sa nouvelle « famille » ! Pourtant, elles ont été respectées scrupuleusement.

Régulièrement au moment des vacances scolaires, Alexia quittaient le cocon familial pour intégrer temporairement une nouvelle famille. Lorsqu’elle a commencé à grandir, les rencontres avec sa mère en milieu protégé (quand elles avaient lieu car cette dernière ne venait pas souvent) ont cessé et le juge a décidé qu’elle pouvait lui rendre visite à son domicile, le temps d’un week-end. Les choses sont alors devenues difficile à vivre, aucun vécu partagé avec sa mère, la violence avec un beau-père vigile et cogneur, puis l’arrivée d’un petit frère (pas mieux loti qu’elle).

Révulsé de devoir imposer à l’enfant une situation qui perturbait gravement son équilibre psychique, son « tonton » a fini par contacter les assistantes sociales leur demandant d’accompagner elles même Alexia chez sa mère. Il ne supportait pas de la voir dans cet état, il était convaincu de trahir la confiance de l’enfant.

Cris et pleurs, crises d’angoisse, traces de mauvais traitements ont fini par alerter la justice. Dans un premier temps, la petite a été « dispensée » de voir sa mère, une enquête a été diligentée … Le temps a passé, la mère d’Alexia a finalement décidé d’abandonner sa fille. Alexia est devenue adoptable.

La famille d’accueil a immédiatement fait une demande d’adoption, ce n’était pas forcément gagné, les avait-on averti. Ils ont été entendus et depuis peu de temps, Alexia a un père et une mère épatants, 2 grands frères et une grande sœur. Elle est la coqueluche de sa « yaya » et de son « yayo ». Elle est à l’aise dans sa nouvelle vie comme un poisson dans l’eau, d’ailleurs Alexia a un rêve, quand elle sera grande elle sera sirène !

Et pourquoi pas ! Il faut croire en ses rêves !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 19:37

Comme certains d’entre vous ne figurent pas sur notre carnet d’adresses et ne sont joignables que par l’intermédiaire du blog, afin que personne ne puisse dire “on ne savait pas”, au cas où vous envisageriez de suivre les retransmissions de la coupe du monde de foot, voir même de vous offrir le voyage, je vous invite à prendre connaissance de cet article publié par le Témoin en Guyane”.

Allez jusqu’au bout, c’est édifiant.

Sans doute parlera t’on un jour de “génocide au Brésil”, mais ce sera trop tard !

Majoritairement la population brésilienne n’aura pas les moyens d’assister à un seul des matchs, réservés donc aux seuls touristes et fortunés, peut-être pourrions nous lancer un appel au boycott des retransmissions !

Un clic, donc !

http://www.un-temoin-en-guyane.com/nettoyage-social-avant-la-coupe?trck=notif-10724667-1048923-10SWk

Au fait le témoin a changé de serveur, peut-être étiez-vous abonné et ne recevez-vous plus ses notifications ? Un remède, s’inscrire à sa nouvelle newsletter !

Do

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 14:52

 

LES ENDORMEURS

Anna ENQUIST

cvt_Les-endormeurs_4071-1-.gif(Arles, Actes Sud, 2014)

(traduit du néerlandais par Arlette Ounanian)

 

 

   L’auteure, Anna Enquist (née en 1945 à Amsterdam) est poète et romancière, longtemps psychanalyste, elle se consacre aujourd’hui à l’écriture. En postface du livre, elle déclare : «Dans ma profession, la psychanalyse, nous partons du principe que, dans la plupart des cas, le patient gagne à savoir ce qui se passe en lui. …L'anesthésiste, lui, épargne les sensations douloureuses, il considère qu'il a bien fait son travail si le patient n'est absolument pas conscient de la souffrance qu'on lui a infligée. Ce contraste me fascinait depuis des années.»

  Ainsi les personnages principaux de ce livre sont un frère et une sœur. Lui est psychothérapeute, elle anesthésiste, c’est dire que les deux travaillent sur la douleur, la soignent, celle du corps, celle de l’âme.

  Dans un contexte familial douloureux, un patient difficile va chambouler un équilibre déjà précaire. Les chapitres s’ordonnent selon un rythme régulier alternant un consacré au frère, l’autre à la sœur tricotant ainsi un maillage régulier.

  Au fil du livre, dense, quasi clinique, on se rend compte que ni l’un ni l’autre ne sont capables d’apaiser leurs propres douleurs.

  C’est un livre beau, fort et austère dans lequel sentiments et organes sont disséqués au scalpel. Ce roman n’est pas facile, surtout dans sa première moitié, mais si on s’accroche c’est une belle récompense. 

 

 

« Les Endormeurs », publié aux Pays-Bas en 2011, répond d'abord à une commande du département « littérature et médecine » du centrehospitalier de l'université libre d'Amsterdam. Invitée à s'immergerdans un service, la romancière a choisi l'anesthésiologie.

 

Mi

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans lectures
commenter cet article
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 18:04

Dire que ces élections européennes nous motivent particulièrement serait mentir mais cette fois, vu le nombre de candidats, disposant d’un certain choix nous nous sommes acheminées vers le bureau de vote ! S’il nous arrive parfois d’arriver avec notre bulletin, histoire de ne pas se salir les mains en prenant certains bulletins pour noyer le poisson, ce coup ci cela s’est révélé impossible ! Le matériel de vote reçu ne contenait pas toutes les professions de fois des candidats, ni tous les bulletins. A nous deux nous n’avions même pas réussi à reconstituer « le paysage électoral » soumis à notre appréciation !

Arrivées au bureau chacune a donc cherché LE bulletin qui l’intéressait, en vain. Second passage, pour trouver notre bonheur, second échec ! Pensant tout haut : « c’est mes yeux, ou quoi ? » je m’apprêtais à un troisième passage lorsque le secrétaire de Mairie nous a précisé qu’il manquait bien des bulletins et reprenant les consignes données par la Préfecture, il nous a invitées à retourner chercher notre matériel chez nous ou à l’imprimer ou à en trouver un autre !  

6 candidats sur 25 n’étaient pas représentés.

«  J’m’en fous, j’vote pas ! » telle a été ma première réaction avant que Frédo me ramène à la raison.

Evidemment nous étions les seules à faire du foin, les seules à trouver que l’Egalité républicaine avait vraiment du plomb dans l’aile. Nous avons juste réussi à faire admettre à l’une des adjointes qu’il était pour le moins bizarre que les enveloppes électorales n’aient pas toutes le même contenu. Elle a admis qu’ils pourraient le faire remonter à la Préfecture !

Sic !

Comment le prouver même si nous savons pertinemment que d’autres ont émis un constat identique, mystère !

 

images13GN6GYR.jpg

Quittant le bureau de vote nous nous sommes décidées à faire un envoi massif de SMS pour alerter nos contacts sur ce curieux fonctionnement de la Démocratie. Nous avons eu pas mal de réponses et ce soir nous sommes un peu moins ignares et un peu plus désabusées.

Les petites listes ne reçoivent aucune subvention publique, elles ont donc à prendre en charge tous leur frais et comme, cerise sur le gâteau, elles n’atteignent que très rarement le score de 3% des suffrages, elles ne sont même pas rembourser ! Logique !

Par ailleurs l’accès aux médias est faible, le principe d’équité est souvent bafoué, et même pas sanctionné par les autorités. Au mieux le CSA (conseil supérieur de l’Audiovisuel) publie une "vive alerte" recommandant aux diffuseurs (médias) de remédier aux déséquilibres, au pire il ne répond pas !

Il ne reste donc qu’à ces candidats (au sein duquel se cache peut-être l’HOMME PROVIDENTIEL de demain) qu’une faible marge de manœuvre : le bénévolat, les dons et faire imprimer les bulletins par les électeurs. SAUF QUE : encore faut-il que ces bulletins soient conformes aux prescriptions légales, grammage et couleur du papier, dimensions ...

 

Du coup nous nous posons quelques questions :

  • Est-ce que c’est comme ça uniquement en France ?
  • Est-ce que c’est voulu pour éviter l’émergence de nouvelles têtes susceptibles de faire de l’ombre à toutes ces crapules (Do), brigands (Frédo) que l’on nous ressert de scrutins en scrutins ?
  • Est-ce que c’est pour favoriser à coup sûr la montée de « La Marine » ?

 

Toujours est-il que tout est fait pour embrouiller les électeurs et empêcher l’accès au vote à tous ceux qui ne maîtrisent pas les nouvelles technologies, notamment les personnes âgées !

 

Do

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 19:40

Vous serez sans doute d’accord avec moi, la prose des toilettes publiques est le plus souvent d’une poésie plus que douteuse. Une prose décoiffante dont syntaxe et grammaire sont raccords. Le style des graphismes, généralement très dépouillé, souvent maladroit, a au moins le mérite d’être parlant. Quant aux idées, au raz des pâquerettes, elles ne méritent pas vraiment que l’on s’y arrête, mais !

Mais ce n’est pas la généralité.

 Il y a des exceptions partout !

Nous avons trouvé les WC, les plus poétiques, les plus philosophiques qui soient. Perdus en Manche, sur … l’Île de Batz !

 

1-copie-1.JPG

Fais de ta vie un rêve, fais de tes rêves une réalité ! Les philosophes ne disent rien d'autre.

 

2-copie-1.JPG

 

 

Comme quoi, on peut être visité par la Sagesse même dans les lieux les plus inattendus !


Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 19:45

 

Hier, alors que nous revenions cool d’un tour dans le village, deux chiens de voisins ont profité de l’inattention de leurs maîtresses pour foncer sur nous. Nous n’avons pas réagi immédiatement, erreur, car en une fraction de seconde ils étaient sur Virgile dont les hurlements ont alerté le voisinage. Bien qu’ayant réagi au quart de tour, il a été mordu sauvagement. Encore heureux que ce soit un chien de petite taille et doté d’une bricole car nous n’aurions jamais réussi à le lever à bout de bras pour le soustraire à la furie des chiens.

Les chiens hors d’état de nuire, nous avons eu à subir la « connerie » ordinaire.

    -   « Non mais il voulait juste jouer ! ». Vu les traces de crocs, on peine à y croire ! Dois-je également comprendre que lorsque le chien m’a sauté sur le dos pour tenter d’attraper Virgile, il avait simplement l’humeur joyeuse ?!

 

Virgile-aux-Valberes-2.JPG


    -   « Ah, c’est un fox le vôtre, pourtant c’est dominant ces chiens là. » avons-nous entendu d’un mec inconnu, planté là comme un chou au milieu de la route. Le rapport de force étant de 1 contre 7 environ, quelle tête ferait-il si 7 balaises lui tombaient sur le râble ?

    -   « Il faut porter plainte. ». Non merci, nous n’allons pas voir les flics !

Chacun y est allé ensuite de sa remarque, alors que nous avions comme priorités, établir un inventaire des blessures pour passer à l’action et couper court aux règlements de compte qui commençaient à émerger. Règlements de comptes car dans le quartier la situation est assez conflictuelle entre le voisinage et les 2 « filles aux chiens ». Les bêtes ne sont en fait que le prétexte trouvé pour en découdre avec elles. Leur marginalité dérange et comme par ailleurs elles n’ont trouvé comme seule réponse que la provocation, la situation est constamment tendue.

Il est vrai qu’elles nous ont beaucoup perturbées aussi. Nous n’arrivions pas à comprendre la raison de leur attitude à notre endroit. Elles nous en voulaient semble t’il, mais de quoi ? Si l’une d’elle était une parfaite inconnue à son arrivée il y a quelques mois dans le quartier, nous avons vu grandir l’autre depuis une vingtaine d’années. Je l’ai initié aux subtilités du B, A, BA puis ses fugues, son mal de vivre manifeste, nous avaient incitées à lui proposer parfois de venir nous voir si elle avait besoin d’oreilles amies.

En tout cas, partisans de la Manif pour tous dans le quartier ou pas, mystère, mais il est certain que leur homosexualité exacerbe les passions.

Il y a peu, lassées de les voir nous faire la tronche, nous avons souhaité une rencontre et pof ! Le hasard, qui n’en est pas un, nous les a mis sur notre route.

Nous avons discuté un bon moment, de leurs difficultés à trouver un emploi, de l’aménagement de leur fourgon. Nous leur avons refilé quelques tuyaux quant à des employeurs potentiels, un autre pour se faire aider à équiper le fourgon.

Depuis sans être à tu et à toi, nous nous parlons et ça étonne !

 

Virgile-dans-le-colis--1-.JPG


Pour en revenir à l’agression, nous n’avions pas envie d’en découdre. En premier lieu parce que deux chiens constituent déjà une meute et que leur instinct naturel les porte à attaquer. Par ailleurs, il n’y avait pas eu intention manifeste de nuire. En fait, le seul reproche que nous pouvions leur faire est de ne pas attacher leurs chiens, mais ils sont nombreux dans ce cas à semble-t’il ignorer la Loi.

Les voisins sont montés sur leurs grands chevaux. Il était évident que chacun était manifestement content que ce soit arrivé parce qu’ils le pensaient depuis longtemps.

Les insultes pleuvaient de part et d’autre, nous n’arrivions pas vraiment à nous faire comprendre. Il n’était pas question de porter plainte, nous allions soigner Virgile nous même à coup d’huiles essentielles et de bon sens ! Cela a été le coup de grâce pour l’un des voisins !

   -   « Vous allez le tuer ce chien ! » il a tourné les talons, furieux. Contre nous et plus du tout contre les filles.

 Nous en sommes restées babas ! Et encore ignorions nous à cet instant que de victimes nous étions passées au statut de coupables.

Coupables d’avoir refusé de les suivre dans leur délire et leur hargne !

 

Aujourd’hui, nous avons été ignorées superbement et si on s’en badigeonne le nombril avec un tibia de langouste, est-ce ridicule à votre avis d’envisager que si un jour, par malheur, un autre accident de ce genre se reproduit on nous en mettra la responsabilité sur le dos, juste pour avoir refusé de porter plainte cette fois.

Vraiment, c’est difficile d’être en Paix et dans l’amour avec son prochain.

 

Je vous donne quand même des nouvelles du Pépère : ce soir, Virgile commence à récupérer, ça grogne même un peu du côté du canapé !

Oui, il est mal élevé, et alors !

Do

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 19:13

Parce qu’une vision positive du Monde a un effet bénéfique sur notre moral et par voie de conséquence sur notre santé, parce que y’en a marre du matraquage des médias qui nous déversent à longueur de journée de mauvaises nouvelles génératrices de stress, submergés par nos émotions et le sentiment d’impuissance qui va avec, la morosité nous plombe … nous avons décidé de vous offrir à chaque fois que cela sera possible une bonne, belle nouvelle qui vous fera sourire, chaud au cœur !

Pour aujourd’hui le cadre en sera l’Opéra de Paris, le motif la toute dernière création de cette auguste maison : Daphnis et Chloé, le sujet le patronyme du nouveau directeur : Benjamin Millepied !

images-copie-3.jpg 

Si ce n’est pas un nom prédestiné pour qui est appelé à diriger quadrilles (petits rats), coryphées, sujets, premiers danseurs et étoiles, soit 154 personnes, s’appeler Millepied, c’est vraiment le pied !

 

corps.jpg

 


Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 14:09

 

 

 

 

 

L’âme du monde

 

Frédéric Lenoir

 

Editions NIL

 

 l--me-du-monde-2000732-250-400-1-.jpg

 

 L’Âme du monde… On pourrait aussi dire Dieu, ou parler simplement du destin, de cette force universelle qui pousse chacun, chaque être vivant sur cette terre, à vivre sa vie, quelle qu’elle soit.

 

Qu’est-ce que l’Âme du Monde attend de nous, les humains ? Voilà la question à laquelle sept sages, représentant chacun un grand courant de pensée, philosophique ou religieux, réunis par une force mystérieuse dans un monastère tibétain, vont tenter de répondre. Alors que chacun pressent l’imminence d’un cataclysme planétaire, quel message universel, commun à  chacune de ces grandes cultures qui ont forgé le monde depuis la nuit des temps, faut-il transmettre aux générations futures afin de leur permettre de faire renaître la civilisation sans réitérer les erreurs du passé ?

 

Emaillant son récit de contes issus de la tradition populaire, Frédéric Lenoir nous livre les clefs de la sagesse avec une lumineuse simplicité. Parviendront-elles un jour à changer le monde avant que l’irrémédiable ne se produise ?

Frédé

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans lectures
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 14:04

 

RETOUR DE GUYANE

Léon-Gontran DAMAS

(Ed. José Corti, Paris, 1938)

(réed. Jean-Michel Place, 2003)

 

 51K10DYJ5GL. [1]

   Le directeur du Muséum du Trocadéro confie en juillet 1934 au jeune guyanais Léon-Gontran Damas, une mission ethnographique d'étude des survivances africaines en Guyane ; Les revues Vu et Lu lui proposent de rédiger un compte rendu de son voyage. Ce sera « Retour de Guyane ». Cet essai, paraît un an après son premier volume de poésie, « Pigments » (1937) un succès préfacé par Robert Desnos : « « Il se nomme DAMAS. C’est un nègre… DAMAS est nègre et tient à sa qualité et à son état de Nègre […] »

  Comme il est souligné dans la préface : « c’est très exactement entre les récits d’André Gide écrivain voyageur (« voyage au Congo, 1927 ; retour de l’U.R.S.S., 1936) et « cahier d’un retour au pays natal » d’Aimé Césaire paru en 1939 que prend place le perspicace et impertinent « retour de Guyane » ».

  Il s’agit d’un travail journalistique complet et rigoureux de la situation guyanaise - problème qui s’applique à l’ensemble des Antilles - dans son intégralité sous la plume d’un poète. Richesses exceptionnelles, histoire, sociologie, urbanisme, transportation. 

  Damas affiche son opposition à la perspective de l’assimilation. Pour la Guyane française, c’est le « désastre », l’aliénation et l’impasse quant à une réelle décolonisation.

  Exposé réaliste de l’état socio-économique de son pays, « Retour de Guyane » est un brûlot que le pouvoir interdit. Face à la faillite économique politique et sociale de la France en Guyane, Damas mettra la puissance coloniale en demeure : « La Guyane, l’aménager ou l’évacuer » ; « …le bagne guyanais ne sert que les fonctionnaires qu’il nourrit » (page 56).

Il fermera en 1946.

 

******************

Léon-Gontran Damas, écrivain, poète et homme politique français (élu quelques années député SFIO, Damas reste assidument un militant radical, un anticolonialiste et un anticlérical invétéré). Il fut le co-fondateur avec Aimé Césaire et Léopold Sedar-Senghor du mouvement de la négritude. Né le 28 mars 1912 à Cayenne, mort le 22 janvier 1978 à Washington, DC.

 Mi.

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche