Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 17:42

Dur dur, la vie du cycliste par chez nous !

Image-16[1] 

Samedi dernier, pour saluer l’arrivée du beau temps, malgré une petite tramontane annoncée à 60 km/h, nous avions décidé d’aller à St Cyprien en vélo.

Cela a commencé très fort : à peine arrivées sur la D2, à la sortie du village, un automobiliste a entrepris de nous doubler en dépit des voitures qui arrivaient en face… Il nous a rasé les m… moustaches ; ça fait un peur. On se sent parfois fragile sur la petite reine, tout de même.

Pour aller à St Cyp’, à partir de chez nous, nous avons le choix : passer par Argelès, ou par Palau et Elne. Il fut un temps - très bref - où nous avons bénéficié d’une piste cyclable pour rallier Argelès. On l’a rêvée, ils l’ont faite. Mais voilà, le bonheur n’a même pas duré un an ! Alors que nous l’avions empruntée pour la première fois en juin 2011, les fortes pluies du 21 novembre de la même année lui ont porté un coup fatal : deux passerelles ont été emportées par la rivière de Laroque et la Riberette, provoquant de gros dégâts du côté de Palau. Plutôt légères, ces passerelles étaient censées être équipées d’un système leur permettant de pivoter en cas de montée des eaux pour libérer le flot, tout en restant sur place. Soit le système n’a pas fonctionné, soit il n’a pas été mis en place. Elles ont été emportées, se transformant plus loin en barrages qui ont fini par céder… On imagine bien le résultat. Les agriculteurs dont les terres ont été ravagées ne sont pas vraiment satisfaits.

Quelques mois plus tard, nous découvrions qu’il était de nouveau possible d’emprunter la piste… Yes ! A la place des deux passerelles, on nous avait installé des passages à gué. Pas si bête, finalement, et peut-être plus adapté à la région (encore que dans la Salanque, réputée pour ses inondations, ils ont jeté des passerelles au dessus des cours d’eau… du costaud ! On dirait des petits « Golden Gate » !). Mais bref, les passages à gué, c’était chouette ; on pouvait même aller à pieds jusqu’au « Carrefour » en vingt minutes à peine, sans risquer de se faire écraser sur la départementale.

Hélas, il a suffi d’un nouvel épisode pluvieux (et pas si intense, non) pour avoir raison des deux passages à gué. Je ne suis pas une spécialiste, mais il faut dire que le travail n’était pas trop fignolé. Une toute petite couche de béton jetée sur le lit de la rivière… Tout à fait représentatif de la considération que l’on peut avoir pour les piétons ou les cyclistes.

Voilà. Coupée en deux endroits, plus de piste cyclable entre Saint Génis et Argelès. Pas de bol.

Nous avons donc décidé de passer par Palau en empruntant une petite route barrée en son milieu, « le bosc de Villeclare ». Seuls les riverains, les deux roues et les piétons peuvent l’emprunter. Il peut y avoir aussi quelques égarés, trompés par leur GPS qui leur indique cet itinéraire pour aller de Palau à St Génis (c’est arrivé deux fois à des amis de passage) mais c’est rare. Enfin, au moins, on s’y sent en sécurité !

Une sécurité chère payée : des trous, des bosses… Les postérieurs sont soumis à rude épreuve. Chaque année les pluies emportent un nouveau bout de macadam ; peu à peu, la petite route que nous empruntions souvent lors de nous premiers séjours ici (bien pratique en juillet et août pour éviter les bouchons) se transforme en piste à peine carrossable. Mais ce n’est pas grave, ça ne sert plus qu’aux piétons ou aux cyclistes.  Aux exploitants agricoles du coin aussi, mais les pouvoirs publics s’en fichent tout autant.

Dans Palau, en direction de Elne, le cauchemar continue (je me demande qui, de Palua ou de Sorède remporte la palme des routes défoncées ?). Mais il faut choisir : avoir mal aux fesses ou se faire accrocher par une voiture (encore que… voir plus loin !).  Donc, nous poursuivons sur les petites routes ; en suspension sur les pédales !

Sur le pont du Tech, nous retrouvons la nationale. Heureusement, la bande d’arrêt d’urgence est large ; on se sert bien sur la droite. Deux cyclistes doublent Dominique en lui aboyant à l’oreille (allusion à peine déguisée à la présence de Virgile, derrière dans son panier) ; quel humour décapant ! Un coup à se casser la figure quand on ne s’y attend pas et qu’on a le bruit des voitures et du vent dans les oreilles… Il y a vraiment des cons.

L’état du macadam ne s’améliorera qu’à la sortie de Latour Bas Elne… Hélas ! La route est étroite et dangereuse ; pour faire  ralentir les fous du volant, ils ont mis des bandes rugueuses ; alors ça saute encore. On est maudites.

St Cyprien, enfin. Piste cyclable… Front de mer ensoleillé. Pique nique au bord de l’eau. Ouf !

Pour le retour, nous avons opté pour Argelès.

Evidemment, le vent a forci et le retour a été un peu plus difficile. Nous avons retrouvé la voie verte (espace partagé piétons, vélos) du côté de Taxo, et paradoxalement, c’est là qu’une automobiliste a failli arracher le panier de Virgile en prenant un virage à toute allure. Elle l’a quand-même touché et ne s’est même pas arrêtée ; il faut le faire.

Tout cela pour dire que ce jour là, nous étions vraiment contentes de rentrer chez nous.

Oui, vraiment, la vie du cycliste est difficile dans les PO ! Et pourtant, si toutes les petites routes qui relient les villages entre eux étaient maintenues dans un état correct, est-ce que ce ne serait pas le paradis pour tous ceux qui, de temps en temps, renoncent à avoir un volant entre les mains ? Et la sécurité pour les collégiens de St André assurée !

Bon, allez, Fredo, arrête de rêver…

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 17:39

Minibib de face

Autant l’avouer, nous sommes un peu déçues. Après un début triomphal (article dans l’Indépendant, congratulations diverses et variées… il parait que l’idée était géniale), notre Minibib’ n’attire guère les foules. Force est de constater que la lecture n’a pas le vent en poupe. Ayant constaté lors des manifestations auxquelles nous avons participé que le lobby du vin se porte bien mieux, nous avons pris une grande décision : la Minibib’ a vécu… Vive le Minibar !!!

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 19:58

Si je vous dis Kallisté, qu’est-ce que cela vous évoque ?

Rien ?

Kallisté signifie « la très belle » et c’est le nom de légende attribuée à l’île de Santorin. Ce n’est pas le seul d’ailleurs ! On l’a aussi désigné, sous le nom  de Strongylé, la ronde, mais ronde, elle ne l’est plus vraiment depuis que le volcan qui formait l’île éclata XVIe siècle avant Jésus Christ.

Par contre très belle, elle l’est encore et toujours.

Lorsque l’on y aborde par voie de mer, elle ressemble à une mousse au chocolat couronnée de chantilly. La terre y est torturée, les villages pétillants de blanc s’accrochent au flan du précipice, c’est sublime !

Je porte cette île en moi et n’ayant pu y retourner, encore, plus d’une fois j’ai tenté d’en restituer la lumière.

Je lui dois ma première aquarelle en 2007 … pas vraiment terrible, même si j’en fus fière.

Santorin.jpg

Ma première huile sur toile … une oeuvre de jeunesse ... passons.

Oia.JPG

Et ma dernière création … 5 mois de gestation … que j’ai baptisé … Kallisté !

Kalliste.JPG

Elle ne m’appartient déjà plus puisque Frédo l’attendait depuis le 25 janvier et elle a vécu aujourd’hui sa première sortie dans le monde, à l’occasion de la manifestation « Balades en terre d’artistes ».

Hyper sympa, un grand moment d’échanges, de belles rencontres, que du bonheur ! Certains avaient suivi, intrigués le fléchage, d’autres passant là par le plus grand hasard sont revenus accompagnés par un ami, l’accueil du cloître en a même « tuyauté » deux venus de Montescot.

P1000588.JPG

Kallisté trônait à la place d’honneur !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans peintures
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 06:56

Eguisheim-19---Copie.JPG

 

 

 

¨Pinot, Kuglehopf, Choucroute, Bretzel, Schiffala, Baeckoff, Riesling, Bredele, Munster ....

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 19:55

Voici en avant première pour vous le nouveau quartier chic et choc de Montpellier tout près de l’Odysséum, sortie 39 sur la A9.

Mais d'abord un aperçu de la situation géographique (sous la flèche, c'est le quartier qui vous attend).

odysseum-ter.jpg

Ah oui, j'oubliais, la mer est facilement accessible!

Pour ceux qui ne connaissent pas, l’Odysséum est un super méga centre commercial. Ikéa, Célio, Armand Thierry, Swarovski, Marionnaud, Séphora, Nature et Découvertes, Décathlon … et tant d’autres y ont pignon sur rue.

Du ronfland, des palmiers, le tout à deux pas de quartiers résidentiels ...

Odysseum.png

et ...

 photomontpellier-1.jpg

 

Et maintenant voici le nouveau quartier résidenciel qui vous attend ...

Montpellier-quartier-de-l-Odisseum-1.JPG

 

Montpellier-quartier-de-l-Odisseum-2-copie-1.JPG

 Excusez les photos mais seules les deux dernières ne sont pas empruntées …

Alors ça vous tente ?

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 16:35

Après essai (transformé), juste un petit article pour rectifier les quantités.

En effet, la recette que je n'avais pas encore expérimentée (un tort, je sais) donne les quantités pour un moule de 20 cm, ce que nous avons. Or, avec les quantités donnés, j'ai pu faire 2 Kugelhopfs !!!

Alors, soit vous prenez un moule plus grand, soit vous diminuez les quantités de moitié, soit vous séparez la pâte en deux, pour doubler le plaisir. A vous de voir...   

Repost 0
Published by Do Fredo - dans recettes
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 16:45

Vous êtes vous déjà posé la question de savoir comment étaient faites les maisons à pans de bois ?

Moi, cela ne m’avait jamais effleurée et il s’en est fallu de peu que je ne zappe l’explication même si, penserez-vous ce n'est pas vital que d'être au courant.

C’est en visitant l’Eco musée d’Alsace que j’ai découvert cette invraisemblable technique que voilà.

facade-maison.JPG

Déjà, le bois servant à l’ossature de l’édifice était coupé depuis belle lurette lorsque qu’il était utilisé pour la construction. Coupé à la sève descendante, donc avant l’hiver, il était remisé plusieurs années pour bien sécher.

Jadis, l’outillage que nous connaissons n’étant pas aussi perfectionné, les poutres étaient façonnées à la main et leur tracé suivait le fil du bois, c’est ce qui explique que l’on trouve des poutres complètement courbes sur les plus vieux édifices ! Un moyen assez imparable pour repérer les fausses vieilles maisons des vraies.

architecte--1-.JPG

Lors de la mise en œuvre, on commençait par tracé un plan. Le charpentier préparait alors les 4 façades de la maison en ajustant la longueur des poutres selon les directives du plan, découpant tenons et mortaises, perçant les trous pour les chevilles. Chaque poutre avait un nom et toutes étaient numérotées à la hache, d’où l’utilisation des chiffres romains.

L’assemblage SE FAISAIT A PLAT, tout était posé à même le sol !

architecte--2-.JPG

Ensuite, les façades étaient amenées in situ, REDRESSÉES puis réunies pour donner corps à l’habitation … mais ce n’est pas tout !

redresser.JPG

Il fallait boucher les trous.

bout-de-bois.JPG

Dans les espaces délimités par les poutres, des bouts de bois étaient fichés à intervalles réguliers puis avec des colombins de torchis, mélange de glaise et de paille, on réalisait le remplissage des vides. La tâche était facilitée par l’existence de ces morceaux de bois qui permettaient une meilleure tenue des galettes de torchis et une plus grande régularité de la répartition du torchis.

remplissage.JPG

Ensuite une nouvelle couche, à la manière d’un enduit, colmatait les petits interstices et uniformisait les façades (intérieur, comme extérieur).

C’est simple mais il fallait y penser.

Je n’affirmerais pas que l’ossature de toutes les maisons à pans de bois de par le vaste monde est ainsi faite mais pour ce qui est des maisons alsaciennes, c’est sûr.

Reste un point de détail soulevé par Frédo : y avait-il des fondations ?

En ce qui concerne celles démontées et remontées au musée, oui, pour les anciennes encore debout, mystère !

Si cet article est très didactique, tant mieux, les profs ou assimilés pourront toujours s'en inspirer !

Do

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les petits dessous de nos grds parents

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 19:03

Nous voici revenues d’un séjour de plusieurs jours des deux côtés du Rhin : un régal !

Nous allons donc vous distiller quelques petits articles afin de partager avec vous certaines de nos impressions.

Toute chose ayant un début, nous commencerons logiquement par le trajet suivi tant à l’aller qu’au retour.

Premier volet, la Nationale 7.

Comment gagner l’Est de l’hexagone au départ de Perpignan, en un minimum de temps ? La réponse est simple : en empruntant le réseau autoroutier soit une énumération de A … A9, A46, A37, A36 … A7

A7 entendons par là, l’ex Nationale 7.

Il est bien loin le temps où Charles Trenet nous la chantait.

nationale-7.jpg

Phagocytée par l’autoroute, elle a même en certains endroits complètement disparue pour, sur d’autres tronçons, changer de rive.

Et si l’on peut toujours chanter « Route des vacances … qui fait d’Paris un p’tit faubourg d’Valence et la banlieue d’St Paul de Vence », ce n’est plus du tout pour les mêmes raisons !

Considérant ce que sont les environs de Paris où grandes surfaces, entrepôts, usines, barres d’HLM sont au touche-touche, il est certain qu’à partir de Lyon, ce n’est guère différent, même Saint Paul de Vence est complètement noyé par les buildings !

Je dirais même que c’est pire qu’en région parisienne !

La campagne est quasi inexistante tout au long de ce désespérant ruban d’asphalte. Les carrières grignotent les monts voisins, Feyzin empuantit l’atmosphère sur des kilomètres et de Vienne à Orange ce ne sont rien moins que 5 centrales nucléaires qui plombent l’ambiance !

centrale-nucleaire.png

Une tous les 40 kilomètres !

Tous ces fourneaux du diable ont éclipsé les merveilles antiques de Vienne, Orange, les jolis villages de Grignan, St Paul les trois châteaux ne semblent guère tentants vus de l’autoroute …

Est-ce vraiment cela le progrès ?

D’autant que si la Nationale 7 a disparu, la A7 qui l’a supplantée a tout perdu du semblant de charme qu’elle eut un jour ! Il fut un temps, lointain, où les aires d’autoroute avaient un peu d’âme, las ! C’est tout juste si maintenant les voitures arrivent encore à y stationner. Les poids lourds ont tout envahi, les Mac Do y ont fleuri. On ne voit quasiment personne, hormis de péquins pressés de se recaler le derrière dans leurs autos pour avaler les kilomètres. En prime, les gares de péage sont automatisées.

Parties du Boulou, à deux pas de la frontière espagnole, nous avons quitté le réseau autoroutier un peu avant Mulhouse et rencontré UN seul et unique poste de péage abritant un(e) employé(e) aux environs de Belfort ! Du coup, trop contentes, on s’est taillé une bavette.

Tout cela m’amène à un triste constat : l’automatisme gagne du terrain, partout : les hôtesses de caisses de supermarchés disparaissent au profit de scanners, les stations service n’ont même plus de caissier (ou caissière) ... et tout cela pour aller toujours plus vite, pour gagner du temps !

Mais que va-t-on en faire de ce temps lorsqu’il n’y aura plus de travail et donc plus de « sous » à dépenser ?

On supprime consciemment des emplois et, hypocrisie suprême, on s’étonne que le chômage grimpe en flèche.

Vive le progrès !

 

Deuxième volet : Ça saute et ça se saute ! Qu’est-ce que c’est ?

Réponse : un millier de participants à une partie de jambes en l’air que nous avons pu reluquer tout à loisirs lors d’une de nos randos alsaciennes et qui ont transformé le lac du Fischboedle, non loin de Münster, en lupanar !

Fischboedle.JPG

Un lac de montagne devenu réserve à grenouilles, garde-manger pour cigognes.

Fortiches, les batraciens, ils sautent, nagent, se baladent en s’accouplant comme si de rien.

Batraciens.JPG

Bon, vu le nombre d’œufs couvrant le lac et les précautions prises localement pour les protéger, signalétique routière adaptée, les cigognes ne sont pas près de mourir de faim !

Cigogne.JPG

Par contre, je me demande si leur pêche est autorisée. Enfin en ce qui me concerne, cet étalage de cuisses, m’en a quelque peu dégoûté, même en persillade.

Fredo-et-la-Wurrmsa.JPG

Je terminerai avec un petit mot sur la rando, quand même du genre sportive. Déjà, la fonte des neiges ayant emporté une passerelle, traverser la Würmsa bouillonnante derrière un Virgile bondissant, car ragaillardi par le froid, ne fut pas de la tarte, ensuite la signalétique du club vosgien (toutes mes « confuses ») ne vaut pas un pèt de lapin !

Nous avons fait 4 randos, nous nous sommes perdues 4 fois !

Les codes ne sont pas les mêmes que partout ailleurs concernant les changements de direction ou le codage des GR et autres circuits :

Les principaux types de balisages de randonnes

Ça, ils ne connaissent pas et comme leurs petits panneaux sont fichés sur des arbres qui parfois les ont phagocytés ou sont tombés, nous avons fait beaucoup d’aller-retour parfois pour nous y retrouver. Si nous y revenons, nous embarquerons une carte IGN et promis, nous ne critiquerons plus les petits manquements que nous constatons parfois dans les PO !

 

Troisième Volet

7 ans quand même que nous n’étions plus retournées en Allemagne !

Navigation-sur-le-Forggensee.JPG 

Un tout de force pour nous qui y faisions naguère de fréquentes incursions.

J’avais oublié et j’ai déjà envie d’y retourner.

Parce que, il n’y a pas à dire mais c’est quand même autre chose. Je ne parle pas des paysages même si j’avoue que ça me parle toujours aussi fort au cœur.

Côté nourriture, je ne dirai pas grand-chose non plus même si j’adore leur charcutaille (hum ! le leberkäs), les spätzle, le pain noir, le fromage sur sa tranche d’ananas. Ils sont juste nuls pour le café, vraiment pas fortiches sur ce coup pour qui l’aime à l’italienne !

Non, ce n’est pas ce qui m’enthousiasme à ce point mais plutôt la manière dont tout semble pensé pour faciliter les relations et la vie de tous les jours.

C’est nickel, même les bords de route en rase campagne sont entretenus. Les villes et villages ont toujours un petit côté opérette, j’adore. Et puis ce n’est pas tout ! Des aires de covoiturage partout (et pleines), des trains, trams à foison, des pistes cyclables (espaces partagés piétons et vélos) à la pelle reliant les villes et villages entre eux et traversant mêmes les centres urbains loin des axes routiers, permettant aux piétons et aux cyclistes d’être en sécurité !

Skt-Trudpert.JPG

En Forêt Noire (au moins) nous avons pu constater que chaque petite ville avait sa maison de retraite et pas installée en rase campagne, implantée en centre ville. Là nous avons carrément rêvées !

Pouvoir aller au bistrot facilement sans avoir à prendre de voiture, se promener aisément avec le fauteuil roulant sans devoir ahaner comme une bête sur une petite route de montagne défoncée et loin de tout. Des aînés restant encore dans la vie, conservant leurs repères, ouahou !

Vous me direz que je ne sais pas tout et que ce n’est peut-être pas toujours aussi idyllique que cela en a l’air, peut-être mais il y a quand même des signes qui ne trompent pas et ce que nous avons vu, nous ne l’avons pas rêvé.

Se faire regarder comme des bêtes de foire parce que vous vous baladez avec une dame âgée, nous l’avons connu même si depuis quelque temps nous arrivons à nous fondre mieux dans le paysage. L’usage du déambulateur, comme moyen de sauvegarder la motricité, est une évidence alors que nous avons eu à batailler avec le médecin pour qu’il en prescrive un. Il y en a à la pelle et personne ne semble y prêter attention.

Il y a juste un « truc » qui nous a surprises, le nombre de jeunes femmes ne semblant pas travailler et accompagnées d’enfants ! Les incite t’on à rester au domicile ou est-ce un choix de vie ? Est-ce une façon de pallier à un manque de système de garde des enfants, à une organisation du temps scolaire particulière, à un manque de travail ?

Nous creuserons la question, histoire d’en savoir plus, mais si d’aucuns parmi vous ont la réponse, dîtes le nous !

Toujours est-il que nous y étions bien. Titisee, Todnau, Freiburg ...

chute-de-Todnau.jpg 

Nous ne nous sommes jamais senties non désirées avec notre fourgon. Dès lors que l’on respecte les emplacements, il est possible de visiter n’importe quoi comme n’importe quel automobiliste. Les chiens et leurs propriétaires ne sont pas montrés du doigt comme chez nous (et encore c’est pire en Espagne) mais par contre il y a des poubelles et des distributeurs de sacs à crottes (ce n’est pas poétique mais c’est pratique) partout. A Saint Genis, si votre chien à le bon goût de faire sa crotte au début de la balade, je vous mets au défit de ne pas revenir de la dite promenade avec le sac odorant à bout de bras. Notre cher maire peste contre les déjections canines mais a fait retirer TOUTES les poubelles !!!

Bon, nous avons donc sur le feu de nouveaux projets outre Rhin, des courts et un TRÈS long. Mais là, c’est encore le point d’interrogation même si l’on y pense très fort. Le motif : aller sur Graz en Autriche via la Bavière, histoire de revoir le Neuschwanstein, pour y découvrir le village de nos ancêtres maternels. Après qui nous empêchera  de filer plein nord sur Brême et Lübeck, Frédo en rêve depuis si longtemps !

A suivre ...

Do

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 20:19

Il y a quelques jours prenant connaissance d’un nouvel article sur le blog du Témoin en Guyane (site ami), intitulé églises et discernement (à retrouver si vous le souhaitez en cliquant sur le lien suivant http://www.un-temoin-en-guyane.com/article-eglises-et-discernement-117267170.html), il m’est revenue en mémoire la drôle de trouvaille que nous faisons à répétition depuis cet été sur un petit banc, derrière la résidence des Valbères, dans la montagne.

Semblant nous attendre, régulièrement, nous trouvons une publication émanant des Témoins de Jéhovah coincée sous une pierre. Intitulée « Réveillez-vous ! », si j’osais (j’ose) je dirais plutôt qu’avec cette revue l’on cherche à nous endormir !

Connaissant bien son contenu, notre Tante a été très consciencieusement « rackettée » par eux pendant des années, j’imagine facilement ce que contient une revue des Adventistes, revue dont parle le témoin en Guyane.

Toujours est-il que cela m’a amenée à me pencher sur le sujet et que j’ai envie de partager le fruit de ces cogitations avec vous.

Les dogmes religieux, mais aussi politiques, ne les oublions pas, m’ont toujours semblés aliénants et qu’importe l’ « Eglise ». Pourtant force est de constater que certains en ont besoin, même si quelques uns d’entre eux s’en libèreront, comme après un passage obligé.

Je reconnais aussi, même si appartenir à une confession n’est pas ma tasse de thé que sans la Religion, il manquerait à l’Humanité une certaine dimension.

Pour ne parler que de ce que je connais le moins mal, si le catholicisme a donné naissance à l’Inquisition, on lui doit aussi de grands hommes, de belles idées … C’est l’expression de la Foi, quel que soit le Panthéon, qui a le mieux servi l’éclosion de l’Art sous toutes ses formes. Une anecdote pour justifier mon propos : à quoi (qui) devons-nous la BD ? Aux peintres du Moyen Âge qui ont été les premiers à incérer des écrits dans leurs tableaux, écrits bibliques certes mais écrits véhiculant des messages complétant la teneur du tableau !

Padre-pio.png

Dernièrement, nous avons visionné un film retraçant la vie de Padre Pio (vous trouverez en fin d’article deux liens pour visionner les deux parties de ce film, si vous le souhaitez). L’attitude de l’Eglise y est scandaleuse, magouilles, mesquineries, brimades, injustices ... Je ne cessais de me demander pourquoi il n’avait pas fait dissidence et puis j’ai réalisé ! Anonyme, il n’aurait sans doute pas été reconnu pour ce qu’il est, son œuvre nous serait peut-être inconnue. Qui aurait su les miracles qu’il opérait régulièrement ?

Les Eglises ne me dérangent pas dans la mesure où personne ne cherche à convaincre, forcer la main. Ce que je ne comprends pas c’est, malgré les discours qui tentent à prouver le contraire, cette absence d’Amour, de compassion ou de respect qui ressort dès lors que pratiquer est synonyme d’Intolérance. Il est évident que de tout temps, politiques et religieux ont assis leur pouvoir par la peur.

Dès le début du monothéisme, les sermons des prêtres, pasteurs, imams, rabbins (et tribuns politiques) … allaient tous dans le même sens.

Pour en revenir à nos moutons et laisser momentanément le laïc de côté, l’Art religieux avait pour vocation d’instruire le « peuple » mais aussi de le contraindre par la peur. Sculptures, vitraux, tapisseries … tout était prétexte pour inciter à se soumettre aux dogmes. Tout était codifié comme par exemple les représentations démoniaques et autres symboles laïcs à l’extérieur du lieu de culte (tympan, chapiteaux) pour amener les pécheurs à comprendre que le salut était dans le giron de l’Eglise !

Notre-Dame-de-Vie-Villefranche--15----Copie.JPG 

La notion de péché va de paire avec la notion d’obéissance à la Loi. En ce qui concerne le christianisme, c’est l’Eglise de Rome qui a dressé le catalogue des règles étroites auxquelles les chrétiens devaient obéir et ces Commandements sont inscrits dans le droit fil de ceux de Moïse, donc du judaïsme.

St-Paul.png

C’est d’ailleurs ce que dénonçait Saint Paul dans ses épitres : Nous savons que tout de que dit la Loi, elle le dit à ceux qui sont sous la Loi afin que toute bouche soit fermée et que le monde entier soit reconnu coupable devant Dieula Loi ne donne que la connaissance du péché … nous (St Paul) estimons en effet que l’homme est justifié par la foi, indépendamment des œuvres de la Loi.

Cela a le mérite d’être clair et ce sont ces propos qui ont fait de lui pendant quelques siècles un proscrit. Si le sujet vous intéresse, lisez « l’Avorton de Dieu » d’Alain Decaux. Cela se lit comme un roman, c’est un super voyage dans le temps !

Mais s’il y a le pire, il y a le meilleur !

Oui, je crois en Dieu, en dehors d’une appartenance à une quelconque Eglise mais j’admire certaines personnalités qui ont pu éclore au sein de cette mouvance, Jean-Paul II, Mère Térésa, Padre Pio, Sœur Emmanuelle, l’Abbé Pierre, Monseigneur Lustiger ...

Quant aux miracles (il n’en manque pas et outre les très médiatiques, il y a les petits miracles quotidiens) nombreux sont ceux qui affirment que ce n’est pas une question de récompense pour avoir bien appliqué la Loi mais de Foi.

Découvrir des miraculés parmi ceux qui ne sont aux yeux de certains que des « mécréants », peut paraître injuste, mais avoir la Foi, ce n’est pas respecter la Loi.

C’est d’ailleurs le réveil auquel nous sommes entrain d’assister en ce moment.

Fini le tout scientifique, le rationnel bon teint. S’il fut un temps ou tout n’était que religieux, nous assistons à un rééquilibrage, un réveil de la Spiritualité.

La Spiritualité n’est pas (que) la religiosité et ce n’est surtout pas l’occultisme.

Ce réveil semble beaucoup déranger, les purs et durs des sectes ou Eglises assimilées, mais aussi les pouvoirs politiques qui craignent de perdre la main et le contrôle de la masse populaire que nous représentons.

C’est de cela que j’ai le plus peur, non de sectes ou de l’obscurantisme de certains courants religieux.

Pour preuve de ce que j’avance cet interview du président de la mission interministérielle de lutte et de vigilance contre les dérives sectaires, trouvé ce matin, je vous le livre avant de vous exposer ce que cela m’inspire  :

« L’an dernier, nous avons reçu plus de 2.600 signalements à la Miviludes, dont 72% qui nous parviennent par Internet. C’est une augmentation de l’ordre de 10 à 15% environ. Donc, oui, nous pouvons dire que la menace sectaire grandit en France. Elle évolue aussi comme nous l’avions déjà observé ces dernières années ... La menace est beaucoup plus diffuse, donc plus grave à mon sens. Les pratiques non conventionnelles, notamment dans le domaine de la santé, augmentent. Le Sénat a d’ailleurs consacré un rapport à ce sujet en particulier. Les choses sont assez simples en fait. Auparavant, quand quelqu’un poussait la porte de l’Eglise de Scientologie, on le repérait très rapidement. Et on pouvait donc agir en conséquence. Mais aujourd’hui, quand quelqu’un rencontre un pseudo psychologue spécialiste de telle médecine parallèle, il nous est très compliqué de le voir.

Comment faites-vous avec ce genre de cas?

Bien souvent, ce sont les proches de la victime qui nous alertent. Des enfants qui craignent pour leurs parents. Ou l’inverse. A ce moment-là, on prend connaissance de tous les éléments. Le problème est que de nombreux petits groupes se sont formés et ils diffusent notamment leurs idées via Internet ...

Vous allez remettre votre rapport jeudi à Jean-Marc Ayrault. Qu’allez-vous lui demander?

D’abord, je voudrais lui demander plus de moyens pour les associations de victimes. Et puis, je pense qu’il faut accélérer la formation, notamment dans les écoles de police et de gendarmerie, ce que nous faisons déjà …

Ces propos me font peur !

Les pratiques non conventionnelles, notamment dans le domaine de la santé sont elles toutes des dérives sectaires ?

Qu’est-ce que des pratiques non conventionnelles en matière de santé lorsque l’on sait que la phyptotérapie est dans le collimateur des autorités sanitaires, que l’on réduit la pharmacopée homéopathique etc…

Que faut-il entendre par pseudo-psychologue de médecine parallèle ? Nous avons pendant plusieurs années été en relation avec un psychothérapeute psycho chamaniste, il n’y avait aucune dérive sectaire là-dedans et le bénéfice que nous en avons retiré a été immense. Qu’en sera t’il si la suspicion s’installe envers tout ce qui n’est pas « conforme » à la norme …

Les écoles de police, de gendarmerie … la répression … à partir de quel stade en arrive t’on à la dérive totalitaire ? Va t’on chercher le moyen de contrôler le Net ?

Non, décidément Adventistes, Jéhovah et les autres me gênent moins que cet embrigadement qui se profile, cette dérive de notre société qui tend à l’uniformisation, à tout contrôler, au tout sécuritaire.

Pour en finir et quitte à être hors sujet, je reprendrai le débat sur le mariage pour tous pour vous demander si, au fond, l’instituer n’est pas le meilleur moyen que de recenser tous ceux qui l’aurons contracter … de créer un super fichier !

Do

Liens pour le film sur le Padre Pio

http://fr.gloria.tv/?media=208747/

http://fr.gloria.tv/?media=209092/

Repost 0
Published by Do Fredo - dans spiritualité
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 16:08

De retour d'Alsace, je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager une petite gâterie... Le Kugelhopf! En voici donc la recette, sachant que pour le réussir, il vous faudra le moule adapté; c'est mieux pour la cuisson.

Allez, au travail, vous verrez, ça vaut le coup!kugelhopf-aux-raisins-secs-_2708-1-.jpg

Pour un moule d’environ 20cm de diamètre :

500 g de farine

75 g de sucre

10 g de sel fin

150 g de beurre

2 œufs

20 cl de lait

20 g de levure de boulanger

75 g de raisins de Malaga épépinés

40 g d’amandes entières

Facultatif : un peu de Kirsch

25 g de sucre glace pour la saupoudrage

Veiller à ce que tous les ingrédients soient tempérés. Préparez d’abord le levain en mélangeant la levure avec la moitié du lait tiède et la farine nécessaire pour obtenir une pâte de consistance moyenne et laissez-la reposer dans un endroit tiède.

Réunissez dans une terrine la farine restante avec le sel, le sucre, les œufs et le restant du lait tiède. Mélangez énergiquement. Battez pendant 15 minutes cette pâte en la soulevant avec la main. Ajoutez le beurre ramolli dans les mains et le levain qui aura doublé de volume. Battez encore pendant 5 minutes cette pâte : il faut qu’elle se détache des parois ; couvrez-là d’un linge et laissez-la reposer dans un endroit tempéré pendant environ 1 heure.

Tapotez la pâte, « cassez »-la, ajoutez les raisins de Malaga épépinés et préalablement trempés dans du Kirsch ou de l’eau. Puis ajoutez (facultatif) le petit verre de Kirsch.

Dans un moule à Kougelhopf bien beurré et fariné, déposez au fond, dans chaque cannelure une amande (si possible pelée et essuyée). Déposez la pâte dans le moule et laissez reposer une seconde fois. Il faut que la pâte affleure à hauteur du moule. Faites cuire dans un four chauffé à 200-210 (th 7) pendant 50 minutes. Si le Kougelhopf se colore de trop, couvrez-le en cours de cuisson d’une feuille de papier sulfurisé ou réduisez la chaleur à 180° (th 6).

 Démoulez et saupoudrez de sucre glace. Bon ap'... Fredo

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans recettes
commenter cet article

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche