Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 15:52

Depuis que l’on nous abreuve d’informations sur la dette de la Grèce ou sur celle des Etats-Unis, nous avons découvert en surfant sur le net que tous les pays ( à l’exception de la Chine, peut-être) ont une dette… Celle de la France atteignait presque 85 % du produit intérieur brut en juin 2011.

Mais il y a des pays pour lesquels c’est moins grave que d’autres, indépendamment du montant de la dette. En fait, l’astuce, c’est de savoir « gérer » sa dette. La France a une dette, mais contrairement à la Grèce, elle, elle gère ! images-7-.jpg

Je sais que les états et les particuliers, ce n’est pas noté pareil, mais je m’imagine à découvert à la banque, annonçant tranquillement à mon banquier : « Ne vous inquiétez pas, je gère ! ». Au banquier, ou au percepteur… Je ne suis pas sûre qu’ils seraient rassurés pour autant.

La solution, ce serait de faire comme les USA. Relever régulièrement le plafond de la dette. Je dirais : « J’ai un découvert autorisé de 1000 €… Mon découvert effectif est de 1500 €… Allez, vous me remontez le plafond de mon découvert à 1800, 2000 €, et tout le monde est content ! »

Cool…

Oui, mais, et après ?

Et voilà, c’est justement la question qu’on se pose avec les américains ! Et si le Congrès finit par accepter de remonter le plafond (ce qui n’est pas gagné), qu’est-ce qui va se passer après ? La dette sera toujours là, juste un peu plus importante. Et si le Congrès refuse ? Alors là, tout le monde est d’accord… Ce sera la caca… la cata… Ce sera la catastrophe !

images-3-.jpgOn en saura plus dans moins d’une semaine…

 

Enfin, pas de souci : de toute façon, tout ça, ce n’est rien que des chiffres… Qu’est-ce qu’il y a derrière ? De l’argent ? De l’or ?... Non, rien. Du vent. Rien que du virtuel. Les dettes des pays, nos comptes en banque, nos économies, TOUT EST VIRTUEL ! Et d’ailleurs, s’il vous prend la fantaisie de vouloir acheter un lingot d’or (si vous en avez les moyens, aussi…) vous ne rentrerez chez vous qu’avec un bout de papier attestant de la transaction. Le lingot restera à la banque. Est-ce qu’il existe seulement ?

 

Bon enfin, moi, j’aurais bien une solution…

On dirait qu’on annulerait toutes les dettes de tous les pays et qu’on repartirait à zéro !!!

 

 

Fredo

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 16:57

Je ne sais pas vous, mais nous, les noms de villes et de villages nous ont toujours interpellées.

Il y en a des moches : « Montcuq », « Couillon », « Cucuron » …

Il y en a qui nous laissent baba, « Bizous », diantre !

Pourquoi ce nom ?

Pour d’autres, pas de casse tête !

abondance.jpg

C’est lumineux, les noms parlent tout seul !

« Villelongue », « Puivert », « Castenau » ou « Châtillon », « Cognac », « Sichamps ».

Et il y a les énigmatiques. Sans être particulièrement férues d’étymologie, les quelques petites notions que nous possédons nous suffisent généralement pour nous faire une petite idée de ce qui justifie tel ou tel nom.

Par exemple « Nébias », cela fait penser à neblina, niebla, nube en espagnol. Brouillard, brume, nuage … lorsque l’on voit la situation de ce village montagnard à quelques encablures de la frontière espagnole nul doute que le climat y est rude et que les nuages y volent bas. Voilà ce que raconte ce « Nébias » !

Pour notre dernier périple en ce mois de juillet frisquet, nous avons repris pour la sixième fois en quelques mois le même trajet. Les noms de certains villages ne nous étonnent vraiment plus.

« Catufet », « Touille », « Soula » !!!

C’est rigolo et il y en a d’autres.

Mis bout à bout et dans l’ordre où nous les avons traversé cela devient franchement désopilant, enfin, pour nous !

A vous de voir !

Voici ce que les villages traversés nous ont conté, l’ordre a été respecté.

Avant de vous laisser découvrir ces deux petites histoires, un conseil : oubliez l’orthographe pour ne vous attacher qu’à la phonétique.

Seule la ponctuation a été rajoutée.

On y va.

Voici pour le trajet aller :

Catufet Montgaillard ? Touille Saligos !

Quant à celui du retour :

Lalaurence Perri Soula Cheze.

Voilà, peut être aurez-vous souri, si oui, j’en suis ravie.

Si non, tant pis !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 16:48

... certes l’expression n’est pas de moi mais je n’ai rien trouvé de mieux pour traduire mon ressenti.

Pour preuve ce qui suit.

Mi, qui vous livre ses états d’âmes littéraires sur le blog, vit près de Paris.

C’est un petit bout de femme qui n’a rien d’un judoka.

Souhaitant se mettre au vert en notre compagnie, elle a eu recours aux services d’Air France pour « descendre » dans le midi.

Voilà la situation posée.

 

220px-Air_France_svg.png

 

Comme cela se fait maintenant le billet a été acheté via Internet.

Fini la jolie pochette cartonnée que nous recevions, jadis, quelques jours avant le voyage et qui était à elle seule un bout de rêve. Nous pouvions palper le billet et le coupon de réservation en rêvant à la carte d’embarquement qui viendrait s’y ajouter le jour J.

Réservation faite sur le Net, il vous appartient d’imprimer vous-même les documents relatifs au voyage : feuillet de réservation et carte d’embarquement aller, pour le retour il faudra attendre.

Cela suppose une certaine dose de stress, une erreur est toujours possible, après tout nous ne sommes pas des pros ! Après avoir lu, relu, rerelu, on lance fébrile l’impression des documents. Cela a au moins un avantage, tant qu’à faire on peut toujours en imprimer plusieurs, au cas où l’on en perdrait un !

Ensuite il n’y a plus qu’à espérer que tout ira comme sur des roulettes, pas de grève, de retard, de panne informatique qui viendraient contrecarrer le processus.

 

ya-t-il-un-pilote-dans-l-avion.jpgMi est donc partie de Paris sur un vol Air France et s’est vue attribuer la place 11, près d’une issue de secours, sur les ailes.

Au moment du décollage elle a été avertie par un stewart, qu’en cas de problème il lui incomberait d’ouvrir la dite porte.

Perplexité, incrédulité. Etait-ce une blague ?

Mais non, rien que du sérieux.

Mi a fait valoir sa faible carrure, son absence de formation, le bonhomme n’en a pas démordu et lui a suggéré de chercher une autre place !

Du domaine de l’utopie lorsque l’avion est plein !

Finalement son voisin s’est dévoué acceptant, « le cas zou » de déverrouiller l’issue de secours.

Je ne sais pas quel serait votre état d’esprit si pareille situation vous arrivait, mais moi, je serais dans mes petits souliers. Imaginez que le type s’endorme ou panique au moment du crash final ?

Certes comme disait un cousin qui bossait à l’Aéroport de Paris « sur Air France, on meurt sans souffrance », et puis Paris Perpignan est un vol court !

Il n’en reste pas moins vrai que je n’ose m’imaginer rallier les Antilles investie de cette responsabilité. Au moindre trou d’air, je serais sur la brèche la main scotchée à la poignée de la porte, le cœur en capilotade !!!

Et si tu ouvres trop tôt ?

Mi a atterri sans encombre, fermement décidée à ne pas renouveler l’expérience. Restait à réceptionner par imail la carte d’embarquement pour le retour.

L’attente n’a pas gâché le séjour mais une certaine tension l’a étreinte la veille du départ.

Pas d’imail donc pas de carte d’embarquement !

Le matin de son retour pour Paris, elle a tenté plusieurs fois de contacter Air France.

Galère de l’attente, une bonne dizaine de minutes à entendre « ne quitter pas nous allons donner suite à votre demande » (ou similaire) puis la connexion étant établie est arrivé le grand moment. Comme les temps sont aux économies, il n’y a plus de standardiste. Une voix « OFF » l’a invitée à prononcer le nom du service souhaité. Un truc du genre « si vous voulez joindre un conseiller dite  C O N S E I L L E R ».

On dirait qu’ils s’adressent à des débiles.

Là dans le cas qui nous occupe il fallait dire B I L L E T. Cela a l’air simple mais dans les faits cela ne l’est pas car l’appareil ne comprenait pas. Donc, Mi a répété B I L L E T en variant intonation, accent...

42-19706356.jpg

J’imagine toujours le jour où pour joindre les pompiers nous tomberons sur un message de ce style : s’il y a le feu chez vous dites F E U, s’il y a un électrocuté dite E L E C T R O C U T I ON, si vous êtes victime d’un malaise dites … on aura le temps de trépasser avant d’avoir été seulement mis en relation !

Mais je m’égare et pour revenir à notre amie après avoir réussi à joindre un conseiller quant à son absence de billet elle a dû subir l’étonnement du quidam qui ne cessait de lui répéter « pourtant vous auriez dû recevoir votre imail ».

C’est sûr, cela te fait une belle jambe de savoir que la situation n’est pas normale !

Enfin Mi a obtenu le document manquant, a bien insisté pour ne pas récupérer la place 11 et a fait, je vous rassure, un bon voyage mais vraiment nous vivons une époque épatante !

Tout est informatisé, on a remplacé les hommes par des machines, nos interlocuteurs sont des robots et si par miracle il reste quelques humains pour vous renseigner, ils bossent à l’autre extrémité de l’hexagone quand ce n’est pas à l’étranger. Résultat des courses il arrive même que l’on ne les comprenne pas, nous n’avons pas les mêmes accents, on arrive juste à imaginer parfois d’où ils sont natifs, Asie, Afwique !!!

C’est épatant, non, vraiment !!!

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 18:39

 

Ouah, penserez-vous, quel nom !

Et bien ce samedi 2 juillet, c’est pour l’atteindre que nous avons fait sonner le réveil à 6 heures du matin.

Impossible de partir plus tard, la nationale qui rallie Perpignan au Capcir ou à la Cerdagne, est presque complètement saturée tant le trafic est dense et aléatoire.

Beaucoup de touristes, c’est normal, vue la période et des travaux !

Voilà que les circulations alternées ont refleuri sur cet itinéraire.

Si je peux comprendre qu’il n’y ait pas de périodes pour entreprendre des travaux de consolidation des parois à Thuès et (ou) à Villefranche, j’avoue avoir du mal à admettre que les autorités compétentes aient choisi de refaire le revêtement de la route entre la sortie de Prades et la traversée de Ria, fin Juin, début Juillet !

Toujours est il qu’il nous a fallu 2 heures et demie pour arriver au point de départ de la randonnée : Espousouille.

Aujourd’hui nous allons surtout vous laisser admirer quelques clichés après un bref topo quant à ce que nous avons découvert.

Il nous aura fallu 7 heures de marche pour boucler notre périple.

Etang-du-diable-vallee-des-Pierres-Ecrites.jpgN’ayant pu atteindre le refuge de la Jassette en voiture, la piste étant trop défoncée, nous nous sommes avalées un bon bout de piste pédibus. A l’aller, portées par l’enthousiasme nous avons tracé gaillardement, au retour nous étions moins fringantes. Il n’y avait bien que Virgile à trotter sec, pressé d’avoir sa gamelle.

Nous nous sommes également rallongées le tour en nous plantant même si cela nous a permis de rencontrer des marmottes et nous étions assez décomposées en atteignant la vallée des Pierres Ecrites.

8 grandes dalles de schiste témoignent de la présence humaine depuis des temps immémoriaux.

La région de Formiguères était fréquentée 40000 ans avant JC et l’on sait que les populations se sont sédentarisées entre 7000 ans et 5000 ans avant JC.

Depuis cette date, l’homme a laissé sa trace.

Etang-du-diable-Pierres-Ecrites--8-.jpgOn trouve là, comme en Garrotx ou dans les Aspres (précédents articles du blog), des signes qui font penser à la célébration de culte païen mais ce qui est nouveau ici c’est que ces dalles portent plein de noms de personnes ayant vécu dans ces lieux. Des bergers, sans doute car comment ne pas penser au pastoralisme, les mêmes noms reviennent à des dates variées, y ont inscrit leurs noms et la date de leur présence sur les lieux.

La plus ancienne date discernable est 1609 mais il est dommage que les touristes y gravent maintenant leurs noms au risque d’y effacer ces témoignages d’un autre âge.

Rafraîchies par la halte, nous avons attaqué le dernier raidillon pour découvrir l’Etang du Diable.

Une merveille !

 

Etang-du-diable-1.jpg

Tout rond au fond d’une cuvette aux bords très pentus, il n’est alimenté par aucun cours d’eau visible et ses eaux ne s’écoulent en apparence nulle part.

Il représente selon la tradition ancestrale, la Porte de l’Enfer. Il est aussi dénommé « le mangeur d’animaux » !

Pour ce qui est de l’Enfer, je doute, nous y avons pris un beau moment de repos mais comme mangeur d’animaux, c’est certain. Celui qui tombe dedans, ne peut en sortir. Les rives sont abruptes, instables et il n’y a aucune accroche sûre.

Y a-t-il des poissons là-dedans, des plantes ?

Mystère !

En tout cas, si la réponse devait être positive, il est certain que c’est de nature endémique puisqu’il n’y a aucun contact avec l’extérieur.

Je verrais bien Nicolas Hulot y faire un plongeon !

D’ailleurs ce serait moins dangereux pour lui que la course à la présidentielle, il n’y a qu’à voir le cas de Coluche !!!

Etang-du-diable-Pierres-Ecrites-Arnica.jpgVraiment ce fut une belle journée, une de nos plus belles randos avec de jolies découvertes. La flore était splendide, nous avons même admiré de belles touffes d’Arnica et pour saluer notre départ, un cerf nous a fait l’honneur de traverser notre route en marquant un petit temps d’arrêt … pour nous saluer.

 

 

 

 

 Comment apprécier après les bords de mer ?GR-11-refuge-de-l-Orry-l-Estanyol--9-.JPG

 

La Faune n’y aura jamais la grâce des Isards que nous avons vu de si près la semaine passée quand à la Flore même si elle est un peu coquine, on lui pardonne son sapin fessu !

Etang-du-diable-Pierres-Ecrites-sapin-fessu.jpg

 

 

 

 

 

 

Do

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 18:35

La Rhune

 

La Rhune est le sommet mythique du Pays Basque. Pour y accéder, il y a 2 possibilités, à pied ou en train.

Cremaillere.jpgEn ce qui nous concerne nous avions décidé de faire « fifty fifty » : monter par la crémaillère et de redescendre pédibus.

Prendre les tickets s’est révélé aisé. C’est très bien organisé, pas de resquille possible, la queue serpente dans le hall de la gare.

C’est après, une fois sur le quai, que ça s’est compliqué, la foire d’empoigne !

Tout le monde voulait monter, en même temps et au même endroit.

Je me suis retrouvée derrière un mec qui me barrait l’accès à un compartiment, vide d’occupant. Ils voyageaient à plusieurs et ne pouvaient ni ne voulaient être séparés durant la demi-heure de montée … et ils n’aimaient pas les chien m’a-t-il asséné !

Précision, les chiens paient, comme les enfants, mais restent à terre !

Je me suis insurgée lui faisant remarquer que moi j’étais là, ce qui n’était pas le cas de ses supposés collègues  … peine perdue, le chef de gare, arrivé sur les entrefaites m’a virée, tout simplement me priant d’aller voir ailleurs.

Le bonhomme a occupé tout seul un compartiment destiné à au moins 10 personnes !

Cela vous gâche la balade ! Déjà parce que ce n’est pas juste mais pas uniquement !

Que n’ai-je eu la sagesse d’abandonner la discussion, après tout des cons y en a partout !

 

LLa-Rhune--1-.JPGà-haut, c’est envahi : 2 cafétérias, des antennes relais mais le panorama est d’enfer : Biarritz et la cote landaise s’offraient à nous, Saint Jean de Luz, Bayonne …

Nous avons repéré le chemin d’accès côté Espagne qui déploie ses lacets en un large ruban ondoyant et le tracé français. Nettement plus sportif, il attaque pleine pente au milieu du chaos rocheux.

L’activité volcanique a modelé la Rhune, soulevant un vieux massif de type vosgien où les hommes ont ensuite laissé leur empreinte. Aux temps préhistoriques des hommes ont érigé des Cromlechs, les armées napoléoniennes nous ont laissé des Redoutes, nos contemporains de belles bergeries de pierres sèches.

bergerie.JPG

Des brebis hippies squattent la montagne en compagnie de petits chevaux préhistoriques que les touristes viennent déranger.

 La-Rhune-brebis-basque.JPG

Passées les Redoutes étoilées, le GR descend droit devant sur le col de Saint Ignace. C’est raide à souhait et à l’arrivée les gambettes sont ramollos à se demander si l’on arrivera à retrouver une allure compatible avec notre état de bipède du XXI ème siècle !

 

En tout cas même si ce petit train est chouette, nous ne pouvons que nous féliciter que notre sommet mythique à nous, Le Canigou, n’en soit pas doté !

Déjà que la fréquentation les jours de Trobade est ahurissante, cela deviendrait démentiel !

OUf !

Do

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:52

Si, comme Do et moi, vous avez envie d’explorer la dimension spirituelle de la vie, découvrez vite « La revue du troisième millénaire » …

 

couv100reduite_optweb-1-.jpgElle a été fondée il y a vingt cinq ans, à raison d’un numéro par saison, par Philippe Muller, un collègue perdu de vue depuis à peu près autant de temps.

 

Nous avons fait nos débuts ensemble, à l’Ecole Normale de Garches, en 1976. (C’était le bon temps !) A l’époque, déjà, il nous parlait de Lobsang Rampa, de voyage astral… Ses exposés étaient parfois très complexes et nous l’écoutions avec perplexité, comme s’il nous parlait une langue étrangère… Nous n’étions pas encore assez mûrs !!!

Philippe est toujours enseignant (lui !)… Sa revue est sa passion et il s’efforce de nous la faire partager.

 

Le thème du numéro 99 est « guérir l’âme et le corps »…

Qu’est-ce que la santé, qu’est-ce que la maladie ? La médecine occidentale traditionnelle est-elle apte à soigner nos maux ?

 

Dans la famille, nous nous sommes toujours méfiés de l’allopathie. (A ce propos, une petite précision pêchée au hasard des articles : «  Allo » signifie « autre, contraire »… L’allopathie, c’est l’utilisation de médicaments produisant des effets contraires à ceux de la maladie. L’allopathie traite donc les effets de la maladie en ignorant généralement la cause.)

 

L’homéopathie, par contre, à laquelle notre mère a eu recours pour nous soigner dès notre plus jeune âge, respecte le point de vue d’Hippocrate selon qui un médecin digne de ce nom doit prendre en considération la totalité du sujet, son histoire et son environnement pour pouvoir le guérir. (« Retrouver la vie de la vie », de Bernard Wæsteland).

 

Mais nous sommes persuadées depuis longtemps qu’il faut aller encore plus loin et que pour guérir le corps, il faut déjà (aussi) soigner l’esprit.

 

Je ne saurais faire la synthèse de tous ces textes ; j’aimerais juste éveiller votre curiosité  en évoquant quelques thèmes abordés au travers d’eux, tous reprenant plus ou moins l’idée de la vision traditionnelle universelle : « Il n’est pas possible de séparer les éléments corporels de leur signification spirituelle »

Comment apprendre à dompter son mental pour accéder à une plus grande sérénité… Comment ne pas se laisser submerger par des pensées négatives, ces pensées qui nous ramènent vers le passé et génère la nostalgie, le mal de vivre…  ou nous propulsent vers le futur en nous faisant vivre dans l’angoisse et la peur…

Comment dépasser notre ego ? (Quelques petites définitions de l’ego au passage : « fonctionnement qui nous est propre, miroir imparfait de l’esprit, état de conscience de soi même qui n’est pas en soi mauvais mais qui cause dans la réflexion une tournure vers le sujet et non vers l’objectif… C’est la mauvaise utilisation de sa propre intention » ; « fait de voir le monde à partir du sentiment d’un moi séparé »)…

Je vais juste citer un extrait…

« Au niveau de l’ego, elles (les pensées négatives) vous donnent votre sentiment d’identité. Elles font de vous quelqu’un de singulier. C’est le jeu de lego qui vous rend unique. Votre souffrance vous rend unique. Ce que vous croyez, votre façon de vous diminuer ou de vous valoriser vous rend unique, particulier. La plupart des gens vivent encore au niveau de l’identification avec leur ego, ce qui veut dire identification avec leurs pensées, leurs sentiments, leurs réactions. A ce niveau, il n’y a pas d’éveil, nous sommes tout simplement un ordinateur. Nous ne sommes pas conscients. Tel est le stade du développement humain à ce jour. Le viol de la planète et des femmes vient de là. Les guerres de religion viennent de là. C’est dans nos têtes. Nous créons cela. » Richard Moss.

 

Une des clefs de la sérénité semble être de développer sa capacité à vivre pleinement l’instant présent… Mais comment faire ? La revue nous apporte des pistes intéressantes, parfois complexes, mais à raison d’un numéro par trimestre, on a le temps de se pencher sur la question !

 

Fredo

Lien utile : le site de la revue...

 

 http://www.revue3emillenaire.com/accueil/accueil.php?pid=1

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans spiritualité
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:41

Avez-vous remarqué que les informations sont essentiellement basées sur des suppositions, des hypothèses, des interprétations ?

28 juin 2011… « Lactalis devrait prendre la main sur Lactalat et devenir le n°1 mondial du marché de lait… » ; « Gignac pourrait quitter l’OM » ; « Fuite du bac… La source présumée en garde à vue »… « Joly serait devant Hulot aux primaires écolos »… Et c’est tous les jours comme ça : une info sur deux est formulé au conditionnel… Une info sur deux est donc inutile.

Un autre exemple, il y a un peu plus d’un mois : les boîtes noires du vol Rio Paris viennent enfin d’être repêchées…  A deux ou trois jours d’intervalle, on apprend : «  il n’y aurait pas eu d’erreur de pilotage » puis « l’accident serait dû à une erreur de pilotage » ! On aurait peut-être pu faire l’économie d’une info en attendant un peu, non ? On aurait même carrément pu attendre les résultats définitifs qui ne seront connus que dans quelques jours…

Le problème, c’est que ces suppositions peuvent avoir des conséquences graves, comme dans l’affaire des concombres espagnols et la bactérie E Coli…

Premiers malades, premiers décès, premières « infos » : « Un lot de concombres espagnols pourrait être en cause… » Haro sur les concombres, et par extension sur les tomates, les salades…   Les espagnols sont touchés, mais pas seulement… Les français aussi… Et très vite, c’est tout le marché des primeurs qui est en chute libre… Pour les producteurs, c’est la catastrophe…

Les allemands s’étaient trompés. Les concombres espagnols n’y étaient pour rien ! Hélas, le mal est fait et les annonces visant à les réhabiliter ne changent rien à l’affaire… Le consommateur se méfie. On dit bien qu’il n’y a pas de fumée sans feu…

Mais les médias ne désarment pas et annoncent rapidement une nouvelle piste : l’épidémie de diarrhée mortelle serait peut-être provoquée par des graines de soja… « Serait »… C’est reparti ! Rien ne sert donc de leçon ?

colucherire-1-.jpgCe que je dénonce aujourd’hui, ces informations dont nous sommes abreuvés, qui ne nous apprennent rien mais véhiculent la peur, influent sur nos comportements, Coluche en parlait déjà il y a des années… Vous vous souvenez  peut-être du fameux « On s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’un accord secret pourrait être signé… » L’accord est secret, donc on n’en dira rien, et, en plus, c’est même pas sûr !

Hé bien rien n’a changé et on a encore envie de leur dire : « quand on n’en sait pas plus que ça, il vaut mieux fermer sa gueule !!!

 

http://www.youtube.com/watch?v=eExHp56S32k

 

Fredo

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 20:31

 

Si vous aimez Paris, si l’Histoire vous branche et que vous avez besoin de réviser, si vos connaissances historiques sont au raz des pâquerettes et qu’en élever le niveau vous tente, j’ai un livre est pour vous :

 

« Métronome » de Lorànt Deutsch.

 

 

9782749912530.gif

 

 

21 chapitres et autant de stations de métro pour couvrir 21 siècles.

L’auteur nous balade au fil de la Seine, des Gaulois à notre époque en une boucle parfaite. Tout commence à Nanterre et se termine à la Défense, même latitude, même longitude !

On y apprend plein de petits trucs, comme l’origine du mot « Louvre », le Loewer des Francs. Les rois et les reines mérovingiens ont des prénoms comme on les aime lorsque l’on est enfant : Clodomir, Théodebert, Ultrogothe, Caribert, Bertrude !!!

C’est ludique et pour qui connaît Paris, c’est comme un jeu de piste !

Saviez-vous que c’est Saint Louis qui a inventé le concept de maire de Paris et qu’entre 1871 et 1977 Paris resta sans maire par décision des gouvernements successifs échaudés par l’insurrection de la Commune ?

100 ans sans rien et hop, Chirac !

 

On n’arrête pas de se dire « Ah oui !!! » comme par exemple en découvrant que « L’Hôtel des Invalides » a été édifié sous Louis XIV pour accueillir tous les invalides, victimes des guerres royales !

Lumineux, non ?

Je vous souhaite un bon bol d’air parisien aux senteurs de RATP.

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 09:49

Pourquoi ?

Voici un article sous forme d’interrogations diverses, le tout en vrac.

J’attends vos réponses, si vous en avez !

 

grece.jpgQuasiment tous les pays au Monde sont endettés : en tête les USA, le Japon suit de près.

Au coude à coude on trouve ensuite l’Italie, la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre, la Hongrie, le Canada … ils ne sont pas forcément moins endettés que la Grèce, le Portugal ou l’Espagne. Alors, pourquoi ?

Pourquoi est-ce plus grave pour certains pays d’avoir un déficit que pour d’autres ?

Pourquoi certains « de ces mauvais élèves » arrivent à avoir une solide réputation malgré tout, ce qui fait qu’on continue de leur prêter pour éponger leurs dettes ? Simplement parce qu’ils sont réputés avoir « une meilleure capacité à gérer leur dette » ! Mais vous demande t’on, à vous, si vous avez une bonne capacité à gérer vos dettes ? Non ! Vous avez à les rembourser !

Pourquoi le premier plan de sauvetage de la Grèce posait il des conditions qui, pour ma part, étonnent ?

Etait-ce bien raisonnable lors du premier plan de soutien d’obliger ce pays à acheter du matériel militaire ? Evidemment cela rapporte à ceux qui vendent et comme ceux qui se serrent la ceinture ce sont tous les petits, on s’en fout !!!

 

 

Je continue : la France est dans une situation préoccupante. Il y a peu notre dette était de 1591 milliards de dollars et cela ne s’est pas arrangé. Pourtant notre président a alloué récemment de 400 millions d’euros à la Côte d’Ivoire. Mais pourquoi pas à la Grèce alors ? Ces euros ne pouvaient ils pas, à défaut,  puisque que notre président était porté par un élan de générosité, être affectés à La Santé, à l’Education Nationale, au trou de la Sécu !!!

 

J’ai encore plein de « pourquoi » en réserve.

 

280PX--1.JPG

 

Bugarach

 

Pourquoi puisque l’on nous promet l’Apocalypse pour 2012, pavoise t’on parce que d’ici 20 ans l’Asie devrait acheter PLEIN d’Airbus comme nous l’annonçait le journaliste du JT de 20 heures ce dimanche 26 juin ?

Cela va nous faire une belle jambe !

Ou alors selon les circonstances, convient-il de souffler le chaud et le froid ?

Faire peur pour mieux contrôler les gens, les rassurer en leurs parlons de millions dont ils ne verront jamais la couleur !

 

 

Pourquoi mener la guerre à ceux que l’on taxe d’illuminés et qui se cherchent des petits coins tranquilles pour s’installer loin de la civilisation et de ses turbulences, dans l’Aude ou les PO ? Ils ne dépouillent personne, ils « achètent » à qui veut bien leur vendre leur petit coin de Paradis. Ils ont surtout le tord de privilégier un mode de vie qui n’est pas uniquement basé sur le fric. Si l’on nous dit que c’est la peur de 2012 qui les motive, sommes nous sûr que la cause est bien celle la ?

En 2012, je crois que cela risque d’être le bazar mais uniquement parce que les médias vont tellement en parler qu’ils vont générer la peur.

Là où il y a peur, c’est le chaos. Et si en 2012 naissait un monde nouveau !

 

J’en finirai avec ce jeu des questions avec 3 points que vous jugerez sans doute légers.

Pourquoi parle t’on au tirage du Loto de bon numéro.

Le premier bon numéro, le deuxième bon numéro !!!!

Fatalement qu’il est bon puisse qu’il a été tiré au sort !

A chaque fois, je bouillonne intérieurement.

 

Pourquoi alors que les ampoules basse consommation contiennent des substances toxiques et que l’on nous recommande de les manipuler avec précaution en cas de casse, ai-je été invitée à jeter la mienne au tout venant de la déchetterie ?

 

Joncet.jpgEnfin et à usage interne au département des Pyrénées Orientales : pourquoi à Joncet sont ils aussi existés contre l’état de la route nationale qui traverse le Conflent. Il n’est pas pire qu’à Olette, Serdinya, ou Fonpédrouse ?

Il y a une telle débauche d’affichages, banderolles, tags, peintures au sol, plots partout, que nous commençons à avoir peur de traverser. Et si un jour on des faisait canarder par un excité ?

 

A vous de jouer !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 20:20

La Chapelle d’Haranbeltz

 

Haranbeltz.jpgJe ne sais pas si vous êtes un assidu de l’Emission de FR3 « Des Racines et des Ailes » ?

Si oui, l’article suivant va avoir pour vous un air de déjà vu, dans le cas contraire, après l’avoir lu, nous vous aurons peut être donné envie d’aller faire un tour à Haranbeltz.

Planter sur le GR 65 qui mène à Compostelle, quelques kilomètres avant DONIBANE GARAZI, j’ose espérer que cela vous rappelle quelque chose, la chapelle de ce lieu est une merveille. La télé ne s’était pas trompée en suivant et en nous restituant pas à pas la renaissance de ce chef d’œuvre.

En ce qui nous concerne, nous avions d’autant plus apprécié la démarche que pour une fois, « Des Racines et des Ailes » ne mettait pas en scène une œuvre d’Art appartenant à monsieur le Comte Machin-Truc ou à la Princesse Bidule Chouette comme ils ont coutume de le faire. L’émission ne manque jamais d’intérêt mais la restauration d’anciens palais ou la renaissance de mirifiques jardins comme ceux de la Côte d’Azur, à la longue, ça lasse. On se sent moins concerné !

Revenons donc à nos moutons. La chapelle a 4 propriétaires, fâchés entre eux, 4 fermes se la partagent en indivision. Ces fermes sont tout ce qui reste d’un hameau qui a périclité au fil du temps.

St-Nicolas.jpgAussi loin que l’on puisse remonter dans le temps elle a toujours été dédiée à Saint Nicolas, celui qui en compagnie du Père Fouettard vient le 6 décembre apporter des macarons, comme le dit la chanson.

Saint Nicolas n’est pas le premier venu car sans lui il y a fort à parier qu’il n’y aurait pas eu de Père Noël !

Né en Turquie au début de l’ère Chrétienne, dans ce qui était alors l’Empire Romain d’Orient, élevé dans la foi chrétienne, Nicolas est mort persécuté par les Romains. Pour éviter que sa dépouille ne disparaisse, à l’arrivée des Turcs en Asie Mineure, au XI ème siècle, des marchands italiens la ramenèrent à Bari où il est toujours vénéré.

Petit à petit, ce culte s’est répandu dans toute l’Europe et notamment dans les Pays Nordiques où il est devenu « Santa Klaus ». Les peuples se déplaçant de plus en plus, des migrants importèrent avec eux leur tradition et c’est ainsi que Saint Nicolas fit son apparition aux USA. Toujours honoré le 6 décembre jusqu’en 1860, représenté en habits rouges, comme il convient pour un évêque, son image fut utilisée à des fins commerciales et petit à petit un amalgame se fit avec la fête chrétienne de Noël.

On doit cette récupération à une firme qui a tiré sa célébrité d’une boisson brun foncé aux relents sucrés ! Vous avez deviné ?

Le Père Noël était né !

Exit pour ainsi dire Saint Nicolas.

Mais revenons à la chapelle. Elle a presque retrouvé sa superbe d’antan et il est certain que l’association qui gère maintenant sa restauration arrivera à finaliser ses objectifs. La chapelle ne retrouvera pas l’hôpital qui la jouxtait ni le bâtiment qui accueillait les pèlerins mais pour ce qui est de l’édifice religieux, le nécessaire a été fait et bien fait. Jusqu’à l’abri du sonneur, accroché au clocher mur, qui a été refait avec du bois patiné à l’ancienne.

On pénètre aujourd’hui dans la chapelle par un porche couvert et dès le premier pas on est saisi par la beauté du retable qui rivalise avec le décor en trompe l’œil du plafond et des murs.retable.JPG

Déjà en place en 1059, la chapelle a failli disparaître à la Révolution, tout le mobilier, les objets de culte ayant été dispersés.

Ce qui frappe, outre sa richesse, c’est la modernité du décor, par les lignes mais aussi par les couleurs.

Avez-vous déjà vu une représentation de Marie telle qu’ici ?

Que dire de ce soleil qui côtoie la Lune, ou de la représentation presque stylisée de Dieu le Père encadrée par les 2 astres ?

Avant de vous laisser apprécier les quelques clichés qui suivent, j’aimerais préciser que la restauration a bien failli ne jamais commencer. Elle est aujourd’hui portée à bout de bras essentiellement par 2 des propriétaires des fermes du hameau. Alors qu’ils ne sont que 4 familles à vivre à Haranbeltz, 2 étaient hostiles au projet. Certes ils sont maintenant en association, les choses sont donc plus aisées mais c’est avant tout la passion qui les anime qui permet de collecter les fonds qui assureront la survie définitive de l’édifice. Autant dire que tout ce qui permet la promotion de la Chapelle est bienvenu : brochures, affichages, manifestations artistiques etc.

Le film réalisé par FR3 aurait pu lui aussi remplir cet office médiatique auprès des visiteurs. Je parle au conditionnel parce que ce film n’est pas à la disposition de l’Association qui restaure la chapelle qui n’a pu payer les 12000€ réclamés en échange par la chaîne de télévision !

Un comble quand même ! non ?

Do

 Marie.jpg

                                                        Vierge à l'enfant

                                                                  Soleil.jpg

                                               Soleil de la voûte céleste

Baptistere.jpg

                                                              Baptistère et décor en trompe l'oeil

Repost 0
Published by Do Fredo - dans randonnées voyages
commenter cet article

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche