Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 15:40

 

 

 

Le jour d'après 9 mars 2010 (31)

 

 

 

 

 

 

 

9 mars 2010  Exceptionnel : 40 à 50 cm de neige recouvrent le département. Tout le monde n’a peut-être pas apprécié ce cadeau du ciel et pourtant… C’est si beau ! Et sous la neige, plus de saleté, plus de décharge !

             

          

          Après avoir pesté en vain contre la saleté des « gens », nous avons décidé de prendre les choses en main.

Pour les détritus qui jonchent le sol et gâchent le plaisir des balades, des randonnées, nous n’avons trouvé qu’une solution : le ramassage !

         Nous avons mis notre égo de côté et nous nous sommes transformées en éco-randonneuses

          Nous avions commencé modestement l’an passé avec ce qui semblait être une petite décharge sauvage dans une vigne… Nettoyée par nos soins, elle est réapparue presque aussitôt… Nous en avons été très démoralisées. Nous avons réitéré plusieurs fois puis décidé d’abandonner le combat. Pourquoi se mettre la rate au court bouillon pour une absence totale de résultat? Et puis un jour nous sommes passées sur les lieux et avons constaté que la décharge avait été nettoyée par quelqu’un d’autre que nous ! Encourageant, non ?

         Nous avons donc repris du service… De temps en temps, nous partons avec un grand sac poubelle, des gants,  et nous ramassons ce qui traîne, canettes, emballage, paquets de cigarettes, etc… Nos deux sacs sont vite pleins ! Evidemment, cette action reste très localisée… Nous nous contentons de « notre coin », dans un rayon d’action de deux ou trois kilomètres ; mais si chacun en faisait autant, la campagne aurait vite fait de changer d’allure.  D’ailleurs, nous commençons à faire des émules…

         Inutile d’attendre les grandes décisions des pouvoirs publics pour la protection de l’environnement ; elles ne viendront peut-être jamais. Ce sont les petites actions individuelles, en se multipliant, qui auront le plus d’efficacité et qui remporteront peut être l’adhésion des élus. Nous, nous avons rencontré notre maire et avons eu son accord pour obtenir de l’aide des services municipaux pour enlever les « encombrants » que nous pourrions trouver lors de nos expéditions !

        Réclamons à nos maires des opérations « nettoyage » qui utiliseraient toutes les bonnes volontés des villages pour débarrasser la nature de toutes ses souillures… Chez nous toujours, il nous a été conseillé de contacter la fédération de la chasse qui prête volontiers son concours pour de semblables circonstances. A adapter donc au cas par cas, là où l’on réside.

      Soyons humbles ! Arrêtons de laisser des traces de notre passage partout où nous allons ! Dame nature n’a pas besoin de ça ! Le randonneur, obligé de se soulager dans la nature, doit-il pour autant laisser son papier sur place ? Si oui, ne peut-il, au moins, l’enterrer ? Jusque dans les réserves naturelles, les mouchoirs en papier, abandonnés ici et là, sont une offense à ces paysages  qui nous procurent tant de plaisir… On y interdit souvent les chiens, même en laisse… Ils y font pourtant moins de dégâts !

       Nous avons besoin de la terre pour exister... La terre à besoin de nous. Alors, agissons sans tarder...

                                                         Fredo

 

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 18:31
 copyrightfrance-logo13 
La Galerie de peinture … suivez le guide !
 
 
Palette d’ocres.
Palette-d-ocres.jpg 
 Les couleurs m’enchantent, elles me parlent. Cependant même si je mets toute mon âme à ce que je tente d’exprimer jamais je n’atteindrai la perfection que nous offre la nature. Essayez de faire se côtoyer un bleu profond et un vert bien vert sur une toile sans que cela ne soit une offense au regard !
Pas facile ! Impossible !
Pourtant chaque jour l’alchimie subtile et parfaite de la Création nous distille des merveilles. Parfois même devant un paysage sublime, je me surprends à me demander « mais comment il a fait ça ? ».
C’est dans la nature que je puise essentiellement mon inspiration. La Lumière !
Je tente donc de concocter la palette personnelle qui me semblera idéale non pour égaler la Nature mais pour me faire plaisir et réjouir un tant soit peu ceux qui découvriront mes toiles.
 
Celle-ci, je l’ai intitulé « Plein soleil » car ce qui m’intéressait était de restituer le bonheur qu’il y a à se fondre dans la Lumière et la chaleur tout en communiant avec la terre.
 
Copie-de-plein-soleil.jpg
 
 Comme les Grands, je me suis offert le luxe d’un modèle, Frédo, qui a bien voulu poser pour moi. Esquisses, croquis au crayon puis aux pastels et pour terminer le plaisir de laisser le produit fini se fondre dans le paysage.
Paname !
Je vais essayer de vous relater les différentes mises en œuvre qui se sont succédées tout au long de ces 5 mois de gestation !
Tout a commencé avec le souvenir que j’avais gardé de Paris vu de l’Observatoire de Meudon, une de nos petites balades citadines d’avant.
Nostalgie ?
 
Les-collines-de-Meudon.jpg
 
Des esquisses jetées sur un carnet de croquis en tenant compte du format du cadre choisi et du rendu souhaité pour déterminer l’allure générale du tableau. Un croquis un peu plus précis pour équilibrer la composition puis un dessin à la mine de plomb fouillé pour servir de support lors du tracé des grandes lignes du paysage sur la toile.
Enfin une esquisse un peu moins fouillée mais en couleur, pastels ou aquarelle, pour déterminer l’équilibre des teintes.
Le regard doit circuler sans encombre sur la toile, rien ne doit le bloquer !
 
Paname.jpg
 
Après c’est le saut dans l’inconnu car souvent le tableau a sa propre vie. Tracé au fusain sur la toile que l’on estompe (avec le plat de la main) pour pouvoir déposer la première couche de peinture : le jus !
Les couches de peinture, en général 3, se posent « gras sur maigre ». Le jus est très dilué et donne un peu l’aspect d’une aquarelle, la dernière couche ne contient plus de médium.
J’ai attaqué le tableau pleine d’enthousiasme avec une idée très précise de ce que je souhaitais rendre comme impressions et il m’a échappé. Le contraste entre l’aspect rural de Meudon et la Ville tentaculaire à ses pieds, le Noir et Blanc qui gomme la diversité et la Nature haute en couleurs, tout cela s’est imposé.
Très vite il n’est rien resté du souvenir charmant que j’avais conservé de mes années parisiennes.
J’ai même été un certain temps dans l’incapacité de travailler sur la toile, elle m’étouffait !
Cette impression a perduré jusqu’à ce que je m’attaque à la Seine. L’œil pouvait enfin circuler plus librement, la sensation d’enfermement s’est apaisée.
Je suis contente de pouvoir contempler Paris revisité sur ce tableau enfin terminé, mais je n’ai plus envie d’y retourner.
Au bout du compte, je me suis libérée de mon passé.
 
Cernay.
 
Cernay.jpg
 
A la fois la campagne, la montagne, le Midi, tout cela près de Paris.
Voilà un ressenti très personnel d’un des lieux magiques de mes années parisiennes,
où se dressent les ruines d’une abbaye fort ancienne.
Cernay a été notre bulle d’espoir, une oasis de beauté, de sérénité.
C’est un de nos coups de cœur d’avant et de maintenant.
Cernay est un de ces lieux hors du temps, vaisseau de pierre et de sang.
Jadis sanctuaire de la Foi, il est aujourd’hui celui des Oies.
Cette toile est tout cela à la fois mais c’est avant tout ma façon à moi de traduire les beautés que notre Terre nous offre avec tant de générosité !
 
Le P’tit gars !
 
Croquis.jpgVoilà, je vous présente mon petit dernier, un petit gars qui a déjà parcouru un bon bout de chemin depuis que sa gestation a commencé.
Né d’une rencontre coup de cœur sur la promenade d’Argelès, c’est pour moi une certaine image de l’enfance.
C’est aussi le résultat d’un parcours personnel qui m’est apparu avec clarté en redécouvrant les différentes étapes de cette création et que je vais tenter de vous relater.
Sur le croquis que j’ai réalisé, j’ai en fait restitué l’enfant tel qu’on se le figure généralement. Le jeu, la mère y sont représentés.
Du classique, quoi !
Lorsque je suis passée sur la toile, pour le jus, les choses ont commencé à évoluer. Le jouet moins voyant mais présence de la mère.
Jus.jpg
 
Puis je me suis lâchée et mon ptit gars a pris vie rapidement mais curieusement je suis restée « en carafe » pour la touche finale.
Le jouet, pour la simple raison qu’il me semblait que cet attribut l’entraînait vers l’arrière, un peu comme s’il le bloquait dans un certain état d’enfance a été supprimé mais ce qui me coinçait, c’était la main de la mère !
Frédé, qui me rend la pareille et donne son avis sur mes créations comme je m’exprime sur ses bouquins, partageait ce point de vue.
La main n’était pas trop mal rendue mais rien à faire l’œil sans cesse s’arrêtait dessus. Que faire ?
D’un coup la solution m’est apparue, le petit gars devait partir seul, sans personne, faire confiance à la vie, en suivre le fil.
Le voilà, accroché à son fil !
Le-p-tit-gars.JPG
 
Il a largué les amarres et est parti pour une belle aventure.
Haut, toujours plus haut, vers la Lumière.
 
Saint Guilhem.
 
Saint-Guillem.JPG
 
Voilà, je vais faire soft pour vous présenter ce tableau !
J'espère juste que je vais réussir à vous faire ressentir le bonheur que j'ai eu à restituer la Paix, la Joie, la force de la Lumière qui émanent de ce lieu.
Si cela vous donne envie d'aller y faire un tour, c'est simple: direction La Llau en Vallespir, de là le flèchage vous mènera à l'Ermitage sur les flans du Canigou.
Peut être vous y trouverez nous les pieds bien plantés en terre connectées avec le Ciel qui est si proche en cet endroit magique.
 
Zenitude, tel est le nom de ce tableau en gestation depuis le mois de septembre !
 
Zenitude.JPG
 
La montagne, à croire que je la porte en moi, a été une partie de rigolade mais la « nana », je ne vous en parle pas.
Plusieurs fois j’ai eu envie de lui réenfiler sa paire de chaussures, histoire de couper au supplice des pieds.
Et le visage !
Enfin, voilà, il est là et j’espère qu’en « lisant » ce tableau vous ressentirez le bien-être qui est le mien lorsque je foule notre Terre au pied !
Que du bonheur !
Do
 
Les réserves de la Galerie de peinture
Je fus donc séduite par le Fauvisme mais la première œuvre qui m’a inspirée et qui m’a donné envie de tâter de la peinture à l’huile a été celle d’un expressionniste allemand Macke.
D-apres-A-Macke--jeunes-filles-sous-les-ombrages.jpg
J’ai tout de suite aimé l’intensité des couleurs, la force qu’elles donnaient à la scène. Intuitivement j’ai senti que cela me correspondait et collerait avec ce que je voulais exprimer.
Au début j’ai tenté de réinterpréter des souvenirs, de les « revisiter ». C’est avec Venise que j’ai ouvert le bal !
San-Giorgio-Majore-copie-1.jpg
 
Puis il y a eu le Lubéron et « cette Palettes d’ocres » (article précédent) qui m’a fait sentir ce que pourrait être ma touche. J’ai commencé à composer mes toiles, toujours en m’inspirant de souvenirs pour les sublimer, pour les exorciser.
Des lieux forts, certains que je reverrai avec plaisir, d’autres que j’ai peints pour les graver à jamais dans ma mémoire car je n’y retournerai pas.
Etretat est un de ceux là. Un lieu fascinant mais qui appartient maintenant au passé.
 
Etretat-copie-1.jpg
 
 La marine a été un moment jouissif, tout ce bleu générait d'agréables vibrations. C'est un détail de cette toile qui a été choisi en couverture de "Blessures de Vie" par Frédo.
 
marine.jpg
 
 Pour le Mont Saint-Michel la palette d'ocres a repris spontanément du service.
 
Le-Mont.jpg
 
 Montalba est une synthèse des deux palettes.
 
Montalba.jpg 
 
Quant à l'inspiration elle reste au rendez-vous !!!
Do
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Do Fredo - dans peintures
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 17:46

         La protection de l’environnement est très à la mode en ce moment.

        Hélas pour beaucoup, médias, pouvoirs publics, il s’agirait surtout d’une opportunité de plus pour faire de l’argent. Lorsque l’on aborde ce sujet, c’est pour évoquer le développement durable, les énergies renouvelables, une économie propre et sans reproche vis-à-vis de notre planète nourricière.

        Nous qui vivons dans une région très privilégiée quant à l’ensoleillement, nous aurions pu faire installer des panneaux solaires sur le toit de notre maison. Des panneaux voltaïques, assortis d’un contrat de vente avec EDF qui rachète la production du particulier à un prix parait-il très avantageux et, cerise sur le gâteau, un crédit d’impôt. Au final, il parait que l’installation ne coûte rien, et même qu’elle rapporte ! Cela parait trop beau pour être vrai, mais nous sommes sans doute excessivement soupçonneuses !

            Le voltaïque, nous y avons pensé… Mais à vrai dire, notre objectif, n’est pas de gagner de l’argent… D’en économiser ? Oui, certainement. Mais ce que nous recherchions surtout, c’est l’autonomie énergétique. Si des panneaux voltaïques permettaient de produire sa propre électricité, de l’injecter dans son installation pour ne plus dépendre d’EDF, alors là, oui, nous l’aurions fait sans hésitation. Et même sans crédit d’impôt, d’ailleurs ! Mais il semblerait que cela ne soit pas possible. Nous avons donc renoncé au solaire, et cessé d’envisager de faire des frais supplémentaires dans le but… d’économiser ! D’ailleurs, le crédit d’impôt se réduit comme peau de chagrin, alors…

            Tempête, épisodes neigeux, fortes pluies… Tous ces incidents atmosphériques provoquent souvent des coupures d’électricité, parfois durables et dommageables… Nous avons donc envisagé, à défaut de panneaux solaires, d’acheter un groupe électrogène. Mais la plupart fonctionnent au SP 98, du moins les modèles adaptés à nos besoins … ce carburant que l’on trouve de plus en plus difficilement, et qui est appelé à disparaître  définitivement en 2016. Mais ça ne bile personne, les magasins continuent à en vendre et les gens à en acheter, sans imaginer que dans 6 ans, leur matériel, qui n’aura peut-être servi que deux ou trois fois, sera obsolète. Et lorsque nous avons renoncé à investir dans ce produit, le vendeur n’a pas vraiment eu l’air de comprendre notre point de vue… Mais quelle importance ?

            Alors, tant pis : en cas de coupure d’électricité, nous en reviendrons aux bonnes vieilles méthodes : bougies, lampes à huile ou pétrole pour l’éclairage, dynamos… Le moulin à café manuel reprendra du service... On se passera de la télé ; Internet nous manquera davantage. Pour le chauffage, on a la cheminée (tout le monde n’a pas cette chance !) et des gros pulls. Cette année, nous avons privilégié la stérilisation pour nos conserves, pour limiter les problèmes de panne de congélateur. A l’approche de l’hiver, nous imitons les gens d’ici : nous avons toujours quelques bouteilles d’eau en réserve, plusieurs paquets de pâtes, de farine, de riz… Du lait… Du sucre… Et nous voilà parées !

           

 DSCN5255Voilà quelques productions de la Bergerie...

           

 Nous, notre lutte pour la planète se résume à des petits gestes tout simples… Nous essayons d’aller à l’essentiel en traquant le superflu.

L’eau sert toujours plusieurs fois… Nous avons plusieurs citernes pour récupérer l’eau de pluie… Pour le nettoyage, nous nous servons de produits naturels, moins dommageables pour la nature : vinaigre blanc, savon noir, cendres pour l’insert… Si si, ça  marche et ce n’est pas cher !

Par ailleurs, nous tentons de créer avec notre voisinage un réseau solidaire. Magazines, livres, DVD et journaux tournent sur plusieurs domiciles, nous donnons nos surplus, nous avons un compost commun et nous comptons ne pas en rester là.

Si vous avez des idées, elles seront les bienvenues !

A bientôt

 

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 18:38

Dans notre tandem, je suis la spécialiste des « patouilles » !

Dessiner a très tôt été mon mode d’expression favori !

Mais si aujourd’hui je m’éclate avec mes tubes de couleur ce ne fut pas du tout le cas lorsque j’usais mes fonds de culotte sur les bancs de l’école.

Il n’était pas question de création !

Quel vilain mot pour les profs !

Il en allait d’ailleurs des activités artistiques comme du reste. Pas ou peu de place pour l’imaginaire. Un seul et même moule pour tout le monde.

On ne cherchait pas à développer ce que chaque élève avait d’unique et cela n’a guère changé. C’est en tout cas mon point de vue après 38 années passées au sein de l’Education Nationale (même morte, jamais plus jamais !).

Le goût de la couleur est venu spontanément en vivant les mêmes expériences que mes élèves. J’ai tâtonné, bidouillé, découvert au travers de leur regard ce que chaque artiste a d’unique mais si Picasso, n’en déplaise à un certain Thomas, Dali, Miro, Renoir, Goya m’ont emballée, la découverte des fauves a été l’élément déclencheur.

J’adore le rouge Alizarine, je me fonds dans le jaune Cadmium et si je prends aussi plaisir à surfer sur l’Outremer foncé, restituer la chaude lumière du Midi avec toute une palette d'ocres, un brin teintée de Céruléum a été un réel bonheur.

L'apprécierez vous autant que moi ?

 

Palette d'ocres

 

Palettes d'Ocres

 

A une prochaine fois pour continuer la découverte de ma galerie de "patouilles"

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans peintures
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:30

 

clip image002

Depuis le premier janvier 2011, c’est fait… « Blessures de vie » est en ligne… Allez… Cliquez sur le lien et découvrez le :

 

http://www.ilv-edition.com/librairie/blessures-vie.html

 

Dans ce livre, j’ai voulu peindre deux régions que j’aime : la Normandie, plus particulièrement le Cotentin, où j’ai passé de nombreuses vacances, et les Pyrénées Orientales, devenues ma terre d’adoption depuis 1998. J’ai passé des heures très agréables en compagnie de mes personnages et je vous souhaite le même plaisir que moi !

Dans cette histoire, j’aborde quelques thèmes qui me sont chers… Les maladresses, les malentendus qui séparent les êtres, et qui s’aggravent par manque de communication… La réconciliation et le pardon… Les fausses coïncidences et les faux hasards… Car j’en suis convaincue : rien ne nous arrive par hasard… Tout est « programmé » en haut lieu et les épreuves, les blessures que la vie nous impose nous aide à progresser, favorise notre évolution spirituelle. Il est dit que lorsque Dieu ferme une porte, il ouvre une fenêtre… Et c’est vrai.

 

 

Résumé  du livre :

 

Depuis le décès de sa femme, Nicolas élève seul sa petite fille de six ans, Charlotte. Tous deux s’accommodent d’une vie tranquille en harmonie avec la  nature dans le cadre rustique d’une vieille chaumière normande, lorsque le « hasard »  met sur la route de Nicolas, Léonor, une jeune femme blessée par la vie, fuyante et insaisissable. Avec obstination, Nicolas va s’efforcer de délivrer Léonor du sentiment de culpabilité qui la ronge tout en luttant pour préserver la relation harmonieuse qu’il a construite avec Charlotte, relation menacée par sa propre famille…

… Une gamine craquante, une mère tyrannique, un amour insaisissable… Entre Cotentin et Pyrénées Orientales, Nicolas tente d’écrire une nouvelle page de sa vie en déjouant les intrigues familiales, les incompréhensions et les malentendus.

 

Et pour le même prix, vous découvrirez sur la couverture une toile de Dominique, « Marine », Huile sur toile (détail) 2009… (à découvrir dans son intégralité dans la galerie de peintures).

 

Bonne lecture!

Fredo

 

 

 

 

 

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:17

blason-bis.pngNous sommes deux âmes jumelles,

Nées sous le signe des extrêmes,

Mi fa sol la mi ré,

Ré mi fa sol sol sol ré do...

Toutes deux profs' en r'traite,

Avec des projets plein la tête

Mi fa sol la mi ré,

Ré mi fa sol sol sol ré do...

 

Nous ne vous parlerons plus jamais d’alphabet

Nous vous emporterons où tout est toujours gai

Dans un flux de lumière pour jouer avec les mots

Pour les mettre en couleurs et apaiser vos maux

 

Nous sommes deux âmes jumelles,

Nées sous le signe des extrêmes,

Mi fa sol la mi ré,

                                                          Ré mi fa sol sol sol ré do...

                                                           Deux cœurs quatre prunelles

                                                            Surfant chaqu’jour toujours plus haut

                                                    Mi fa sol la mi ré,

                                                           Ré mi fa sol sol sol ré do...

Repost 0

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche