Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 18:02

Un court article qui pourra peut-être vous rendre service.

J’ai depuis fort longtemps été diagnostiquée comme ayant un tempérament arthrosique, cervicales douloureuses quand ce n’est pas bloqué, lombaires guère mieux et doigts des mains douloureux ce qui parfois me donnait à penser que j’aurai bien du mal à tenir mes pinceaux sur mes vieux jours ! Soit disant héréditaire, j’ai pris l’habitude de vivre avec faisant régulièrement des cures aux changements de saisons de Ribes Nigrum, un anti-inflammatoire homéopathique plus ou moins efficace dans la durée et en me tartinant d’Huile Essentielle de Gaulthérie !

 

En Mai dernier, nous avons assisté à une conférence du professeur Joyeux sur l’alimentation et en sommes ressorties ébranlées dans nos certitudes. Et si les laitages de vache principalement et les yaourts plus spécialement n’étaient pas si bons que cela ?

Certes nous pensions, comme vous sans doute, que depuis belle lurette l’homme en consomme, c’est exact sauf qu’il fut un temps où les produits laitiers étaient un peu moins trafiqués à commencer par le fait de faire bouillir le lait cru à une température et pendant une durée prolongée qui permettait d’en ôter naturellement les principes les plus nocifs pour la santé. Bien, je ne vais pas rabâcher puisque cela a déjà donné lieu à un article sur notre blog.

 

Toujours est-il que nous avons décidé de supprimer les yaourts même ceux de brebis et ou de chèvre et drastiquement limité le fromage.

Nous avons tenu plus d’un mois et en juillet nous avons cédé à la tentation juste le temps de recevoir une visiteuse. Aujourd’hui cela fait plus de 3 mois que nous sommes abstinentes et si j’ai rapidement constaté que ma ligne s’était sérieusement affinée, j’ai subitement pris conscience que je n’avais absolument plus mal aux mains et en poussant l’investigation j’ai réalisé qu’il y a bien longtemps que mon dos me laissait tranquille ! La preuve !

Alors, pas tenté d’essayer ?

 

Avant de vous laisser, un autre tuyau pour toux ceux qui ont quelques soucis de cheveux. Vous les trouvez mous et ou fins, ou les perdez ! J’ai la solution.

Dans votre shampoing, 2 gouttes de HE Tea Tree qui tonifie, 2 gouttes de HE Ylang Ylang pour la brillance et alléger et 2 gouttes de HE Laurier Noble. Vous laissez poser avant de rincer dans la mousse. Ensuite chaque jour vous vous vaporisez les cheveux avec un mélange d’hydrolat de Laurier noble (200 ml) dans lequel vous avez ajouté une quinzaine de gouttes de Tea Tree. Vous m’en direz des nouvelles.

 

Do

Repost 0
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 19:33

Dans l’article qui suit je témoigne de ce que j’ai vécu et constaté, à savoir que nous pouvons souffrir dans notre corps de troubles physiologiques qui guérissent aussi soudainement qu’ils sont apparus dès lors que l’on arrive à comprendre que notre « Moi intérieur » essaie désespérément de se faire entendre. Les maux dont nous souffrons ne sont que le signal d’alerte qu’il nous adresse pour nous obliger à ne plus le tenir pour quantité négligeable, à le respecter et à nous respecter.

Cet article n’est pas moralisateur, je ne cherche pas à pointer du doigt ceux qui vont mal en leur disant que c’est de leur faute, je veux juste montrer que le rationnel parfois n’apporte pas de solution car elle est en nous, seul ! Alors pardon si l'article vous semble indigeste, je n'ai pu faire plus simple !

Première partie

 

Le 22 mars de cette année, à la demande d’une amie, j’ai reçu pour un soin énergétique une de ses relations affectée d’un problème de peau ayant résisté à plusieurs consultations médicales. Dès leur arrivée, il était clair que nous étions en décalage total. Attitude guindée, jupe droite, coupe de cheveux réglementaire des femmes du troisième âge, gabardine bien ceinturée, elle est allée se poser sur l’extrême bout du canapé, le sac à main bien serré sur les genoux.

Nous avons tenté de donner à la conversation une certaine légèreté non sans difficulté, elle avait toujours un argument négatif à avancer ; plus le temps passait plus je me sentais mal à l’aise. Ce genre de contact est important car il permet de cerner la personnalité voir l’origine du problème, là, pas de doute cette dame était dans la colère. Or la colère est une émotion qui affecte le foie et celui ci ayant à voir avec de nombreuses affections, cutanées entre autre, la discussion a vite tourné sur un partage de conseils et indications d’huiles essentielles pour l’aider à drainer le foie et s’endormir facilement en lui permettant de sortir du bavardage mental. Si à son arrivée sa personnalité m’avait déstabilisée, son manque de bienveillance lorsqu’elle s’est échauffée vis à vis de sa fille m’a complètement indisposée. Je ne me sentais pas encline à effectuer un soin, sa colère m’agressait et me faisait peur. Pourtant alors qu’il aurait été aisé de lui dire que je ne me sentais pas capable de l’aider au-delà des quelques conseils que nous avions partagés, pour ne pas avoir l’air de déchoir, problème d’Ego ?!, j’ai fait le soin (qui a porté ses fruits), une forte appréhension au fond de moi.

Après son départ sans cause identifiée, soudainement une douleur vive dans le genou gauche m’a interdit toute marche normale. Au moment de me coucher, l’impression de froid polaire qui m’oppressait depuis le début de soirée s’intensifiant, je ne pouvais ignorer qu’une entité non ascensionnée était à mes côtés.

 

N’ayant pas le courage de me lancer en pleine nuit dans un rituel de passage, je l’ai invitée à quitter ma chambre l’assurant de mon aide le lendemain matin. Instantanément, je me suis réchauffée mais sur le coup de 7 heures une sensation glaciale m’a réveillée, la présence s’impatientait !

C’est en recherchant ce qui l’avait retenue dans le Bas Astral que tout est devenu évident. Peur, colère, incompréhension, refus de laisser des êtres chers, les raisons sont multiples qui retiennent une âme dans notre dimension et s’il ne m’importe plus de savoir à qui j’ai à faire, j’ai besoin pour pouvoir trouver les mots qui l’apaiseront de connaître son état émotionnel. A cet instant seulement, j’ai fait le lien entre la personne à qui j’avais dispensé la veille un soin énergétique et la présence non ascensionnée ! Le rituel s’est déroulé comme à l’accoutumé, je n’avais plus froid.

Si depuis quelques années, occasionnellement je soulage et ou soigne avec plaisir au sein de mon cercle relationnel, me refusant à intervenir lorsque cela me semble hors de mon champ de compétence, je venais pour la première fois d’expérimenter la peur lors d’un soin et je ne pouvais m’empêcher d’y voir un lien avec mon genou douloureux !

Petit à petit grâce à l’Huile essentielle d’Hélichryse j’ai remarché sans trop de difficulté néanmoins la douleur persistant une consultation s’est imposée. La remplaçante de notre ostéopathe a rapidement posé son diagnostic : déplacement du péroné qui ne s’expliquait pas. Je restais sur ma faim et je sentais bien qu’il me fallait en trouver la cause pour passer à autre chose. Bien que convaincue que cette femme n’avait pu me nuire, pas plus que l’entité qui lui était liée, systématiquement mes cogitations me ramenaient à ce soin.

La réponse est arrivée, par hasard ?, en lisant un article où j’ai appris que la santé de nos tendons dépendait de notre foie (encore lui) … Émotions fortes, foie, tendons … le tiercé gagnant. Nul doute que les symptômes constatés après le soin : genou, état fébrile et nauséeux avaient à voir avec le foie fragilisé par la peur ressentie au moment du soin !

Deuxième partie

En ressortant de la consultation ostéopathique je marchais presque normalement, il persistait juste une douleur au mollet, normale aux dires du praticien.

 

Parties pour l’Italie, ascensions et descentes vertigineuses ont eu raison de ma mobilité et quelques jours après notre retour, blocage total du genou et douleur indescriptible ! Reçue en urgence par notre ostéopathe enfin de retour, j’ai appris que le tendon responsable de la douleur au mollet avait « quitter » sa gaine. La lui faire réintégrer a été une vraie jouissance mais, au moins, avec l’aide de cannes anglaises je pouvais me tenir sur mes deux jambes en quittant le cabinet et surtout je commençais à comprendre ce qui se passait.

Notre corps nous parle et le langage des oiseaux permet par exemple de décrypter certains des messages qu’il nous adresse. Maladie peut se traduire par « Mal a dit », un problème de poignet renvoie à un « poids nié » et pour le genou il faut comprendre « Je-Nous ». Un problème récurrent avec cette articulation invite à réfléchir à nos modes relationnels.

Le problème affectant mon genou me ramenant systématiquement au soin que j’avais effectué alors que tout en moi s’y refusait ne pouvait que m’inciter à réfléchir à la manière de m’impliquer dans les soins énergétiques ! La nécessité de définir ce que j’étais prête à assumer en matière de soin s’est imposée.

Le jour où j’ai pu énoncer ce qu’il m’était possible d’envisager, m’autorisant le droit de refuser d’en dispenser un, définissant les limites à ne pas dépasser j’ai su que le bout du tunnel était en vue. Je progressais !

7 jours plus tard, je pouvais descendre et remonter 4, 5 marches sans assistance. Au bout de deux semaines je grimpais aisément une petite pente, la descendais moins bien mais j’étais incapable de poser le pied normalement ! 2 mois s’étant écoulés et l’embellie se faisant attendre, je me suis décidée à braver les interdits médicaux en me procurant une genouillère. Bien joli d’entendre dire qu’il est essentiel de se réapproprier sa motricité, de ne pas « mentaliser »  et de faire confiance à son corps, le mien me réclamait un soutien. J’ai désobéi et me suis lancée dans la quête de LA genouillère ad hoc. Un grand merci au conseiller de Décathlon qui m’a écouté, entendu et délivré le sésame attendu !

Troisième partie

Les premiers jours de notre virée autrichienne ont été éprouvants, le cocktail d’HE peinait à me soulager et le soulagement avec la genouillère restait temporaire. La déprime couvait quand il y a eu un rêve au cours duquel « on » m’expliquait que dans genou, il y avait « Nous » mais aussi « Je » et que je ne tenais pas compte de cette dimension. Je devais définir si j’avais un vrai désir de soin, concevoir mon implication dans des soins éventuels, m’assurer qu’il y ait accord d’âmes et un ressenti juste tant pour le patient que pour moi.

Au réveil, me remémorant le rêve, j’ai alors réalisé que si j’adore soigner les brûlures, mis à part avec des familiers ou si j’offre mes services spontanément, je ressens parfois une gêne, les énergies émanant de certaines personnes en se mêlant aux miennes se révélant perturbantes. Je me suis retrouver entrain de décrire à Frédérique comment je concevais cette mission de vie qui a à voir avec le soin. Accueillir et écouter, transmettre (des découvertes, des connaissances comme celles que nous acquérons en stages de formation sur les huiles essentielles), offrir des conseils, aider, soigner à l’occasion dans les domaines qui m’appellent … cette mission de vie se dessinait clairement !

Nous étions le 14 juin, le 15 nous avons passé toute la journée à déambuler dans Graz et si la genouillère m’a aidée en descente mais j’ai marché plus de 5 heures sans ressentir de fatigue. Depuis cette date la guérison de ce fichu genou s’est enclenchée pour de bon, début Août je reprenais la rando et le 15 je descendais un sentier escarpé et empierré sans genouillère ni bâton ! Il aura fallu quand même 5 mois pour en arriver là !


La morale de cette histoire est que dès lors que nous souffrons de problèmes de santé quelconques dont on ne voit pas l’issue et qui résistent à tous les traitements traditionnels, il est nécessaire de sortir du cadre purement médical et physiologique pour explorer des dimensions plus subtiles. Oui notre corps nous parle et ce n’est pas un mal que de savoir s’écouter (ni de désobéir comme pour la genouillère) ! C’est le parcours obligé pour sortir du tunnel !

Do

 

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans Témoignage Santé
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 13:37

Il y a quelques années j’avais passé pas mal de temps à rechercher ce que cachaient les additifs alimentaires contenus dans l’alimentation pour les animaux de compagnie. Cela faisait suite à une série d’articles traitant d’un sujet identique mais relatif à l’alimentation humaine.

Même combat, ce que j’avais découvert m’avait donné la nausée.

Aujourd’hui la situation n’a pas évolué, l’offre s’est diversifiée mais les additifs sont toujours aussi toxiques par contre ce qui semble changer c’est l’attitude de certains chiens ou chats. Nous avons autour de nous des réfractaires qui se sont mis à bouder leurs croquettes imposant à leurs maîtres de repenser leur alimentation !

Du coup j’ai recherché l’article en question. Si vous avez un animal qui rechigne sur sa gamelle, présente des symptômes allergiques, se révèle arthrosique précocement … si plusieurs animaux autour de vous n’ont pas fait de vieux os ou vieillissent mal, ce qui suit pourrait vous intéresser.

Pour l’avoir expérimenté les rations ménagères ne reviennent pas plus cher que des croquettes (mis à part les premier prix discount), elles ont également de multiples mérites que vous isolerez en lisant ce qui suit.

Peut-être serait-il temps dans tous les domaines de cesser d’engraisser tous ces laboratoires qui vendent à prix d’or sous couvert de grands mots de la « merde ». Et ne croyez pas que ce qui se pare de l’étiquette Bio soit mieux, lisez les étiquettes, comparez les prix, il n’y a pas photo. Des haricots, des carottes, du riz ou pâtes, de vrais morceaux de viande, un peu d’huile d’olive, le tour est joué !

Cela peut sembler une perte de temps, mais après tout nul ne nous oblige à prendre un animal. Partager sa vie avec un animal de compagnie est un choix, idéalement conscient et raisonné mais qui a un coût en nourriture et soins divers dont les soins vétérinaires. Une alimentation « saine » peut les limiter et les chiens ou chats nous avons bien souvent à faire avec des gourmets !

 

Certains d'entre vous penseront sans doute que ce n'est pas leur problème, soit qu'il n'ait pas d'animal, soit que la condition humaine leur paraisse suffisamment fragilisée pour se soucier de l'alimentation animale ?!

Peut-être mais tout est relié, tout est connecté ! Je me suis centrée sur les animaux de compagnie mais j'aurais pu tout aussi bien m'occuper des vaches, cochons, moutons. Les scandales ont existé, d'autres problèmes surgissent de temps à autres et ne peuvent vous laisser indifférents, non ? Les saloperies qu'ils ingurgitent se retrouvent dans leur viande et qui la mange ? Vous !

Dernière question : savez-vous quelle est la nature de la viande que l'on retrouve dans les croquettes, pâtées, bouchées de viande au poulet ? Des poussins, broyés encore vivants !

Ce que j'avance dans cet article commence à se savoir, voici un extrait d'un article dont l'intégralité est à consulter en cliquant sur ce lien :

http://www.santevet.com/articles/alimentation-pour-chiens-et-chats-les-veterinaires-plebiscitent-l-industriel

Quasiment toutes marques confondues présentent les mêmes composants : viandes, légumes en pourcentages variés, cendres ?!, vitamines D3 et A entre autre, des additifs que certaines marques présentent comme des « oligoéléments », des conservateurs et des antioxydants, sans autre précision quant à leur véritable nature.

J'ai donc creusé la question, merci Google, et recherché ce qu'étaient ces prétendus oligoéléments que l'on retrouve, par exemple chez Royal Canin, sous les dénominations E1, E2, E3 … grâce à certains sites qui détaillent la composition de leurs produits. A noter que, que ce soit des croquettes, des bouchées « gourmandes », des pâtées c'est exactement pareil !

Le E1 ou sulfate de fer mono hydraté sert d'additif alimentaire mais se retrouve aussi dans l'industrie du ciment, il est classé cancérigène et utilisé dans le traitement de l'eau !

Le E2 ou iodate de calcium anhydre ou E916 appelé aussi Lautarite se retrouve pour 0,0075 % dans le pain comme agent de traitement des farines. C'est un antiseptique utilisé aussi comme désodorisant dans les potions et onguents. Irritant pour les yeux, il est allergène pour la peau ce qui est quand même contradictoire avec les conditions d'utilisation précédemment exposées. Il génère en cas d'ingestion vomissements et diarrhées, pour un additif « alimentaire », c'est un peu raide et d'autres joyeusetés que je vous épargnerai ici.

Le E4 ou sulfate de cuivre anhydre est classé classe 4, sa toxicité est aiguë par voie orale. Dangereux pour le milieu aquatique, il est nocif en cas d'ingestion et génère des corrosions cutanées. Il est utilisé pour le traitement des mousses des piscines et des terrasses et en traitement des vignes et tomates ! Nous sommes loin des croquettes !

Le E5 ou sulfate de manganèse mono hydraté a une toxicité aiguë et selon les cas est classé dans les catégories de 1 à 3.

Le E6 ou sulfate de Zinc mono hydraté est un corticostéroïde, étonnez-vous si ensuite votre animal développe une résistance inexpliquée à de futurs traitements ! quant au E8 que certains fabricants comme Royal Canin appelle Sélénium c'est en fait du Sélénite de Sodium un composé chimique du Sélénium a effet antiseptique. Il semblerait qu'on en retrouve dans la composition des shampoings antipelliculaires !

Voilà, maintenant que je vous ai tout dit, que vous inspire cette présentation des barquettes César ? Les barquettes césar sont un véritable délice pour les petits chiens et soigneusement produites avec des ingrédients sélectionnés et de délicats morceaux de viande. Les barquettes pour chien sont idéales pour tous les petits chiens gourmets !

Ce délice contient TOUS les éléments détaillés plus haut avec en prime l'exquis Nitric de Sodium dont le lien ci-dessous vous révélera les vertus !

http://www.additifs-alimentaires.net/E250.php

Et si je ne vous ai pas convaincu, un autre clic !

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de gueule Santé
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 19:27

Chacun de nous est un être complexe qui ne se résume pas à ce que nous « voyons ».

Sans aller jusqu’à évoquer nos corps énergétiques (une réalité) nous distinguons au minimum 4 corps : le corps physique, le corps énergétique (qui nous enveloppe et est l’émanation de notre corps physique), le corps émotionnel, le corps mental.

A noter que chacun de ces corps est doté de sa propre conscience !

Le corps émotionnel est constitué de tout ce que nous avons pu intégrer comme expériences dans notre vie. Il s’agit de ce bagage affectif dont nous avons hérité de nos familles auquel s’ajoute celui que nous trimballons de nos vies antérieures (si l’on y croit) et que nous étoffons tout au long de notre vie.

Il représente notre capacité à sentir, ressentir, c’est notre relation à l’autre.

Notre corps mental est notre capacité à penser, un peu le maître d’œuvre capable de bloquer nos émotions si nous lui laissons la bride sur le cou !

Ennemi du lâcher-prise, si nous lui en donnons l’opportunité en lui déléguant nos pouvoirs, il va inexorablement prendre le dessus et, par exemple, nous maintenir dans une routine sécurisante nous empêchant de nous construire en tant qu’individu. L’imaginaire est la pile qui alimente notre mental or trop d’imaginaire nous déconnecte de l’émotionnel (d’où le danger des technologies qui misent tout sur le virtuel) pouvant faire des individus des clones au service de n’importe quelle idéologie.

Le but est donc d’arriver à se construire sans qu’aucun de nos corps prennent le pouvoir sur un autre. Trop, pas assez … vaste question.

Mais revenons en à la médecine.

Sans chercher à schématiser nous pouvons dire que la médecine allopathique s’attache à soigner les effets de la maladie. La médecine homéopathique quant à elle tend plutôt à en rechercher les causes comme toutes les médecines holistiques qui traitent à la fois le corps et l’esprit. Voilà pourquoi le médecin homéopathe s’inquiétera par exemple de savoir, alors que vous venez pour un problème de sinusite si vous avez tendance à souffrir d’entorses à répétition. Mais cela s’explique, différentes souches peuvent avoir raison d’une sinusite, c’est le cas de Hydrastis Canadensis ou Kalium Bichromicum avec une différence notoire, la seconde souche est souveraine pour les lésions tendineuses. Nos réponses aident le praticien à déterminer votre terrain, notion très importante en homéopathie, et de faire le choix du remède le plus juste possible.

De la même manière, lorsque vous consultez un homéopathe, un naturopathe ou un médecin en médecine chinoise vos états d’âme seront une de leurs préoccupations.

Ils s’attacheront à savoir si vous aimez avoir chaud, manger épicé ou si vous avez un sentiment de colère qui vous mine le mental, des regrets qui vous fouaillent les tripes !!!

Tout cela pour en arriver où je veux en venir : nos maux ne sont jamais que l’expression de quelque chose de plus intime qui peut arriver à se dessiner par petites touches avec le concours de praticiens formés à l’écoute : une blessure d’enfance, des formes pensées inculquées par votre environnement culturel ou familial, des évènements destructeurs qu’une chape de plomb a occultés.

Pour savoir écouter ce que notre corps nous dit différentes possibilités s’offrent à nous, psychothérapeutes, recours au psychogénéalogiste lorsque nos difficultés se font l’écho de troubles répétitifs de génération en génération, énergéticiens qui interviendront aussi bien sur l’alimentation, l’hygiène de vie, l’équilibre de l’esprit, recours aux médecines naturelles notamment à l’aromathérapie car les plantes tout comme nous sont des êtres vivants, énergétiquement très puissantes qui bien souvent résonnent en harmonie avec nous.

Des plantes qui ont la particularité d’agir dans notre inconscient car si nous ne pouvons mettre de mots sur nos maux, notre corps lui sait !

C’est juste ensuite une affaire de CONFIANCE !

Tout ceci pour en conclure que chacun de nous est bien évidemment libre de ses choix en matière de soins mais il est quand même difficile d’adhérer à certains propos qui tentent à assimiler les médecines naturelles (holistiques) à du charlatanisme.

Do

Repost 0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 18:34

Il a un peu plus d’un an, à la suite d’une chute j’ai réveillé un vieux traumatisme au niveau du grand ligament plantaire. Ce que l’on nomme épine calcanéenne s’est mis à me pourrir la vie.

L’ostéopathie s’est révélée impuissante à me soulager dans la durée. Refusant le traitement traditionnel dispensé par les rhumatologues, aléatoire et traitant les effets en ignorant la cause, j’ai tenté de me soigner moi-même par imposition des mains. Le résultat était perceptible mais la posture pendant le soin inconfortable.

 

Frédérique qui soigne avec les rayons sacrés, a pris le relais, efficacement ! La douleur a commencé à céder ! J’ai repris un peu de plaisir à randonner même s’il m’était impossible d’oublier que j’avais un pied droit ! Ne pouvant lui imposer

la contrainte de s’occuper de mon pied quotidiennement, après notre premier stage de formation à la connaissance et l’utilisation des huiles essentielles, j’ai entrepris de me soigner par ce biais.

Les huiles étant plus efficaces sous forme de synergie, plusieurs huiles ayant parfois des propriétés similaires mais des signatures énergétiques différentes, j’ai commencé mes expériences. Je testais avec plus ou moins de bonheur.

Parallèlement à tous ces soins, après avoir eu la chance de découvrir le film « Le Secret » tiré du livre éponyme et traitant du principe de la Loi d’attraction, nous attirons ce pour quoi nous vibrons, je me suis appliquée à vivre la guérison de mon pied par la force de la pensée ! Bingo, je ne sentais plus rien !

Petit rappel si vous le souhaitez :

http://www.longville-dofredo.com/2016/08/merci.html

C’était en Août !

Courant Septembre, à la suite d’un simple choc, évidemment sur le talon droit, la douleur est revenue et en même temps le ressenti très précis qu’il y avait quelque chose à comprendre : « On » m’adresse un message que je ne reçois pas 5/5 !

J’ai demandé à mes anges et mes guides un petit signe et ai été entendue. Au moment où je m’y attendais le moins, nous poursuivions notre formation aux huiles essentielles, un début de réponse est arrivé.

Pour rappel, nous ne résumons pas uniquement à un corps physique ! Nous sommes constitués de plusieurs corps énergétiques, imbriqués les uns dans les autres et vibrant différemment. Nos croyances, vécus, émotions affectent plus ou moins notre santé. Tout choc affectif, inscrit dans notre corps émotionnel se répercute à un moment ou un autre sur notre corps physique. C’est la maladie, l’accident !

Pour schématiser, lorsque vous vous blessez il suffit bien souvent de remonter le temps sur environ 21 jours pour découvrir que vous avez été affecté émotionnellement. Coup de colère, peur, angoisse … ces évènements s’inscrivent dans notre corps émotionnel, occasionnant un déséquilibre affectif dont l’accident est la conséquence. Je me suis mis à éplucher mes agendas, tout y est écrit, rêves, présences immatérielles, rencontres, évènements de toute nature.

Ce que j’ai trouvé m’a complètement scotchée !

Notre stage portait sur la dimension vibratoire des Huiles Essentielles car si ces merveilles soignent notre corps physique elle vont bien au-delà. Dès l’Antiquité certaines d’entre elles étaient utilisées lors de rituels religieux, elles parlent à notre âme !

Cherchant toujours ce que mon pied pouvait bien me dire, j’en suis arrivée à ce simple constat : marcher est pour moi un pur bonheur, je ressens sur les chemins un sentiment de liberté totale, j’ai dans mon sac à dos tout ce qui m’est nécessaire et je partage la compagnie de celle qui est à n’en pas douter mon âme sœur !

 

Même pas besoin de se parler, ou bien lorsque nous le faisons c’est pour constater que nous pensions la même chose.

Cette douleur était un frein à ma liberté d’être mais bien évidemment la vie, au cours de ce stage, m’avait offert une partie de la réponse que je cherchais !

L’Huile Essentielle de Géranium !

Son énergie agit au niveau de l’âme. Anti-inflammatoire moindre, elle colmate les fuites énergétiques notamment suite à des blessures (ou des interventions chirurgicales) et guérit les blessures d’abandon et de rejet ... !

Elle avait tout bon.

Mais ce n’est pas tout !

Puisque la blessure est inscrite dans notre corps énergétique avant de se matérialiser physiquement, il y avait bien évidemment des empreintes émotionnelles à guérir, des blocages énergétiques à libérer, des fluides vitaux à faire circuler. Les rayons sacrés constituaient l’autre phase de ma guérison !

Il y a donc 2 mois, j’ai commencé à appliquer l’Huile Essentielle de Géranium sur le talon et parallèlement chaque matin j’activais des rayons sacrés.

J’ai découvert alors la puissance du mental et compris pourquoi, même si les soins de Frédérique opéraient ils n’avaient pas le même impact. Je ressentais physiquement dans le pied une puissance phénoménale. Je visualisais en activant le rayon Cristal Diamant tel un rayon laser d’une précision redoutable allant déloger les cristallisations issues du traumatisme.

Le violet était une onde libératrice, une résurrection. Avec le vert, les fluides drainaient, nourrissaient mes corps, ça fourmillait.

Petit à petit 2 autres sont venus s’ajouter au soin, le Rubis doré pour éliminer tous les programmes éculés, les idées dépassées qui avaient favorisé la survenue des divers accidents et je me suis mise à terminer par une bonne rasade de bleu. Une protection, une petit cocon pour le pied et tous mes corps. A charge pour lui de ne laisser pénêtrer que le meilleur !

Au bout de 3 semaines, le Géranium avait atteint et guéri mon âme (7 jours pour soigner le corps physique, 7 jours pour l’esprit, 7 jours pour l’âme). J’ai poursuivi avec les rayons en aménageant car il était nécessaire de tenir compte des progrès et d’ancrer la guérison en moi en la visualisant.

Aujourd’hui, je remarche comme avant mais surtout j’ai guéri en moi de très vieilles blessures, allez savoir si certaines ne dataient pas d’avant ma naissance à cette vie ?

Je terminerai cette lettre par un énorme merci à Joéliah qui nous a permis de découvrir la puissance des Rayons Sacrés et à Myriam qui nous a révélé la puissance des Huiles Essentielles dont les vertus rappellent étrangement le pouvoir des Rayons !

Les stages que nous avons eu la joie de suivre à leurs côtés ont été des moments de bonheur inouï !

Merci !

Dominique

Si les Rayons sacrés et les Huiles Essentielles vous parlent au cœur, voici 2 liens qui feront votre bonheur.

https://lejardindejoeliah.com

www.formationhuilesessentielles.fr

Repost 0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 20:37

Contrairement à ce que vous pouvez penser voilà 2 choses qui ne sont pas incompatibles, au contraire même. Cette idée vous séduit elle ?

Nous avons la réponse !

Le chocolat cru.

Et comme il n’ était pas question de vous embarquer dans une quelconque galère, nous avons potassé le sujet puis testé pour vous.

 

 

Si je ne vous apprends sans doute rien en vous disant que le mot chocolat vient de l’espagnol chocolate, sans doute ne savez-vous pas que ce mot est issu d’une expression maya signifiant « Boire ensemble » qui met bien en évidence le côté convivial du chocolat. Rapporté par Christophe Colon le chocolat aux multiples vertus a gagné très vite ses lettres de noblesse sur le vieux continent où, par ailleurs, nous méconnaissons le chocolat cru.

Le chocolat traditionnel est fabriqué à chaud jusqu’à 70°, ce qui en exhale l’arôme certes mais tue certaines vitamines.

 

 

Le chocolat cru, lui, n’est pas torréfié. Chauffé jusqu’à 45° maxi, le top est de ne le porter qu’à 30° comme le faisait les Aztèques. Cette transformation classe le chocolat cru dans la catégorie des aliments « froids » (médecine traditionnelle chinoise), tous ses composants sont alors préservés et directement assimilables par notre organisme.

Le chocolat cru contient une liste impressionnante de composants hyper intéressants comme les polyphénols et les flavonoïdes, protecteurs de notre système cardio-vasculaire mais ce n’est pas tout !

Des études scientifiques ont permis de découvrir que le chocolat cru contenait une super molécule nommée « anandomide » un neurotransmetteur, normalement produit par notre cerveau, jouant un rôle dans la régulation de l’appétit, du sommeil, du plaisir et de la douleur. La liste n’est pas exhaustive, ainsi joue t’elle un rôle dans l’équilibre hormonal et dans l’implantation de l’embryon.

 

 

 

 

 

Florence Losa s’est implantée à Arles sur Tech, reprenant une activité chocolatière, jadis très active dans ce village qui a compté jusqu’à 7 chocolateries vers 1800, la dernière disparue après l’Aiguat* de 1940. Sans doute en connaissez vous au moins l’une d’entre elles de nom, Cantalou rachetée par Cémoi.

*Inondation

 

 

 

Tous les ingrédients de Florence Losa sont de premières qualités et dès que possible produits localement ; Miel, Pollen, Amandes, Roses viennent du Roussillon. Ses chocolats sont ses créations, issus de sa passion, une passion dont elle aime et sait parler. 3 heures, voilà le temps nécessaire pour réaliser 2 kilos de chocolat cru ! et mieux vaut ne pas être frileux car la chaleur est l’ennemi du chocolat, autant dire que le thermomètre ne grimpait pas bien haut hier dans l’atelier !

Si donc une petite cure de Chocolat cru vous semble nécessaire, vous pouvez retrouver Florence Losa au marché de Céret le Samedi, le mercredi sur celui de Laroque des Albères et en cette période de fin d’année sur les marchés de Noël qui commencent à fleurir, mais si vous n’êtes pas d’ici, rassurez-vous en la suivant sur son blog, vous pourrez, par correspondance, vous soigner très aisément !

Il suffit de cliquer ici !

https://florencelosachocolat.wordpress.com/

Do

 

Repost 0
Published by Do Fredo - dans coups de coeur Santé
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 19:24

Pardon pour cet article sans doute assez indigeste mais il nous a semblé devoir endosser aujourd’hui un rôle de lanceur d’alerte.

Depuis quelque temps une de nos amies vit un cauchemar au quotidien sans grand espoir d’en voir un jour la fin. Touchées par sa détresse et incapables de l’aider, parler de son parcours pourra peut-être éviter que d’autres ne rêvent que de « partir » rapidement pour en finir avec la souffrance, comme elle nous le confiait hier.

Traitée pour des troubles neurologiques depuis de nombreuses années : état dépressif puis forte dépression avant que soit posé un diagnostic, contesté, de bipolarité, notre amie s’est réveillée un matin de décembre 2015 avec des mouvements involontaires des paupières. Le phénomène s’est aggravé, douleurs et mouvements masticatoires incontrôlés, incapacité à ouvrir les yeux ... l’amenant à consulter différents praticiens jusqu’à ce que le diagnostic tombe : Dyskinésie tardive !

Un diagnostic sans appel !

Dyskinésie tardive

La dyskinésie tardive est un effet indésirable (apparemment bien connu) provoqué par les traitements neuroleptiques. C’est aussi, et cela ne dit pas, un effet secondaire chez les enfants des médicaments contre les troubles gastro-intestinaux !

Le terme tardive signifie que bien souvent le trouble apparaît alors que le patient n’est plus sous traitement !

Cet effet indésirable est de type extra-pyramidal, c’est à dire qu’il affecte les circuits neuronaux responsables de la motricité involontaire, des réflexes, du contrôle de la posture.

La vie de tous les jours se mue en survie, la vie sociale est anéantie, l’image de soi est broyée, le suicide apparaît bien souvent comme la seule porte de sortie, digne !

Pour l’heure les seules améliorations possibles mais transitoires, lorsque la dégradation reste modérée (certains doivent être nourris artificiellement car la perte de déglutition est totale) sont :

Une supplémentation en Vitamine E qui peut aussi aider mais ne guérit pas !

Des injections d’acide botulique dans les micro nerfs de la face, du cou et des autres zones concernées afin de figer les mouvements incontrôlés et de redonner un certain confort de vie.

Mais là aussi ce n’est pas simple. Ces injections ne se font pas partout et sont similaires à celles que l’on pratique pour gommer les rides de qui veut effacer le poids des ans. La demande est apparemment forte et les rendez-vous ne tenant pas compte de la nécessité « vitale » de ces injections pour certains malades, notre amie patiente depuis 3 mois dans la détresse la plus absolue. Le planning avant tout !

Dyskinésie tardive

Ce qui est carrément inquiétant c’est que dans les neuroleptiques mis en cause, outre ceux traditionnellement utilisés dans les cas de schizophrénie, bipolarités, troubles dépressifs ou anxieux ... il y a aussi les neuroleptiques « cachés » que l’on trouve dans les anti-nauséeux, anti-histaminiques ou pour des troubles endocriniens comme les bouffées de chaleur ... Vogalène, Primpéran, Théralène, Phénergan …

Plonger dans ce sujet fait froid dans le dos car au hasard des recherches ont découvre aussi que les dyskinésies ne sont pas que tardives, il y a les choréiques (maladie de Chorée). Provoquées notamment par les benzodiazépines, molécules non classées dans la catégorie neuroleptique et plutôt dédiabolisées (Xanax, Lexomil) , elles n’ont franchement rien à envier aux précédentes.

Tous ces effets secondaires sont connus des praticiens mais on continue quand même à les prescrire même si, en prime, on les suspecte d’être responsables de l’augmentation des cas de maladies d’Alzheimer (benzodiazépines) !

Dyskinésie tardive

Alors, je ne détiens pas LA solution mais il y a des faits que j’ai découvert depuis un certain temps comme le fait que certains bipolaires ne vont pas forcément plus mal sans psychotrope. Je sais aussi qu’en combinant certaines thérapies, naturopathie, régimes alimentaires spécifiques, supplémentation en oligo-éléments et vitamines, en pratiquant la méditation thérapeutique, le yoga, la sophrologie, la médecine ayurvédique, enfin toutes ces approches qui permettent de se réapproprier sa vie (soins holistiques touchant corps-âme-esprit) … il est possible de limiter la prise de médicaments et de repartir sur de nouvelles bases. Point essentiel, les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est donc important d’être acteur de sa thérapie, ce que ne favorise pas les psychotropes !

Et ça, c’est quand même une bonne nouvelle car tous ces soins ont au moins un avantage, les effets secondaires sont inexistants !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans Santé
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 16:00

Alors que nous étions en vadrouille en Drôme Provençale nous avons eu l’opportunité de découvrir la ville de Crest !

Crest du haut de sa tour
Crest du haut de sa tour

Dominée par la plus haute tour Donjon de France, la ville de Crest vit défiler de nombreuses familles dont les Grimaldi, ceux du Rocher !

Le système défensif de cette tour est impressionnant mais les aménagements intérieurs, notamment l’évacuation des eaux de pluies dans les combles et l’escalier intérieur, en bois massif, sont de pures merveilles.

Evacuation et recueillement des eaux de pluies
Evacuation et recueillement des eaux de pluies

Longtemps utilisée comme prison, elle offre aujourd’hui au visiteur de quoi satisfaire sa curiosité et une bonne mise en jambe car l’ascension de ses 52 mètres se mérite, notamment comme ce fut notre cas lorsqu’elle se fait par forte chaleur et d’une traite pour pouvoir ensuite en découvrir les trésors sans avoir trop à nous soucier de la fermeture prochaine.
Les murs sont recouverts dans les pièces qui servirent de cellules, de graffitis, caricatures, symboles ésotériques ou simples signatures difficiles à repérer car l’éclairage est vraiment intimiste ! Une semi obscurité malheureusement nécessaire pour dissuader les visiteurs de détruire ces témoignages en taguant à leur tour les parois !

Les centres d’intérêt sont divers et au hasard de notre déambulation, dans une salle consacrée au Moyen Âge, nous sommes tombées en arrêt sur le fac-similé d’un ouvrage médical, le Tacuinum Sanitatis.

Cela vous cause t’il ?

Tacuinum sanitatis
Tacuinum sanitatis

Le Tacuinum Sanitatis est un ouvrage médiéval traitant de la Santé. Inspiré d’un traîté arabe écrit au IIe siècle, lui-même devant quasiment tout à la théorie de Humeurs d’Hippocrate, nous y voilà !

Le Tacuinum Sanitatis est ni plus ni moins que l’art de vivre en santé !

L’influence des aliments, des comportements humains, des vêtements, de la météorologie, des saisons ... tout est analysé et mis en parallèle !

Un traîté qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler les préceptes édictés par la médecine traditionnelle chinoise et qui préconise aux médecins d’utiliser les aliments comme première médecine et de prescrire une alimentation adaptée à chaque pathologie.

280 articles du Tacuinum dresse un tableau de santé à partir des vertus médicinales des aliments répertoriés par catégories : aliments chauds et secs, froids et humides, chauds et humides … autant de pistes pour les praticiens du Moyen Âge !

Au final un document qu’il serait judicieux de remettre au goût du jour pour faire ainsi comprendre aux personnes que si la logique et le bon sens rentraient un peu plus en ligne de compte dans notre alimentation, nous éviterions bien des déséquilibres et donc des maladies !

Nous sommes ce que nous mangeons !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans Santé
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 16:23

Il y a une bonne vingtaine d’années, alors que nous séjournions en Alsace, j’avais été amenée à consulter un médecin pour des piqûres de tiques sur les conseils d’un pharmacien qui s’était refusé à me donner un quelconque désinfectant au motif que les tiques véhiculaient, je le cite : « une maladie invalidante peu reconnue par le corps médical français ».

J’étais sortie de la consultation avec un traitement antibiotiques, préventif, de 15 jours et des précisions sur cette affection dont je n’avais jamais entendu parler mais qui était prise très au sérieux en Alsace et plus spécialement outre Rhin où les tiques proliféraient.

Le médecin qui m’avait reçue à l’époque avait fait preuve de qualités pédagogiques certaines, dispensant ses informations sous forme de dessins très évocateurs.

Si le signe avant coureur de la maladie de Lyme est théoriquement une rougeur circulaire qui se développe autour du point de piqûre, ce symptôme passe généralement totalement inaperçu. En premier lieu parce que l’inflammation ne se manifeste pas immédiatement (parfois même au-delà du délai de 30 jours généralement admis par le corps médical), on a le temps d’oublier, ensuite parce que, les zones les plus exposées étant les membres, le cercle inflammatoire est si éloigné de la morsure qu’il a juste l’aspect d’une banale traînée rougeâtre !

De retour à Perpignan, la généraliste qui me suivait avait jugé la prise d’antibiotiques inutile, tout au plus l’avais-je amusée avec mes explications.

A l’époque, il est évident qu’elle ignorait tout du sujet.

Où sont les tiques ?
Où sont les tiques ?

Ce qui est affligeant, c’est que 25 ans plus tard, les choses n’ont pas changé.

La maladie de Lyme est toujours aussi mal diagnostiquée, la prise en charge des malades est un vrai parcours du combattant et la prévention est totalement nulle, pour preuve les faits suivants.

Pour une idée plus précise de ce que vivent les malades infectés par cette sale bestiole, 2 clics :http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2016/07/lyme-le-cri-d-alarme-de-100-medecins.html

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2016/06/ma-vie-brisee-par-une-tique-emission-mise-au-point.html

Il y a environ 2 mois, un ami, fan d’escalade, a été piqué par des tiques, plusieurs morsures sur des zones exposées. Averties, nous lui avons conseillé d’aller consulter un médecin pour avoir un traitement antibiotiques préventif. C’était un dimanche, il s’est rendu au service des urgences de l’Hôpital Percy à Clamart. Percy est une unité médicale traitant toutes les pathologies et même si leur grande spécialité reste l’accueil et les soins aux grands brûlés, ils sont pointus dans tous les domaines, hématologie, neurologie etc.

Il n’en est pas moins vrai que ce jeune est ressorti de la consultation sans aucun traitement, « on ne fait pas de prévention ! » lui a t’on dit !

Voilà, alors que l’on diagnostique très mal la maladie de Lyme, que l’on ne sait pas vraiment la soigner, on continue de vous ressortir les mêmes conseils, qui ne servent à rien et l’on se refuse à anticiper sur les faits en prescrivant des antibiotiques (que l’on met par ailleurs à toutes les sauces).

Maladie de Lyme, à quand la prévention ?

Soit !

Si par malheur pour vous, vous vous faîtes piquer par des tiques et qu’aucun médecin ne veut vous prescrire d’antibios, voilà de quoi vous préserver d’éventuelles et funestes conséquences.

Appliquer dans un premier temps une goutte de Tea Tree sur la piqûre et renouveler l’application. Ensuite prendre une capsule matin, midi et soir d’Oléocaps n° 1 pendant 7 jours, cette médication contient des composants dont de l’huile essentielle d’origan. L'HE d’Origan (goût plutôt désagréable en bouche) contient des phénols et du Thymol, composés chimiques intervenant dans la lutte contres les principes infectieux et boostant les défenses immunitaires de l’organisme.

Surveillez ensuite de très près vos piqûres !

Dernier conseil, lorsque vous allez en forêt, que la zone soit infectée ou non par les tiques mettez au sommet du crâne une à deux gouttes de HE Tea Tree (ou sur un chapeau). Vous pouvez aussi vous faire une lotion répulsive en préparant le mélange suivant : 2 doigts d’alcool dénaturée, 5 gouttes de HE Tea Tree, 5 gouttes de Lavandin, agitez et compléter avec de l’eau. En vaporiser sur votre chien est même une bonne idée !

Enfin, évitez les hautes herbes et de vous faufiler sous les frondaisons, portez des vêtements couvrant et inspectez-vous de la tête au pieds en rentrant !

A bon entendeur !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans Santé
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 19:52
De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

En médecine chinoise chaque organe de notre corps est en lien avec l’un de nos sens, ainsi l’œil est appelé l’orifice du foie. Les perceptions visuelles nourrissent l’énergie de cette organe et, stimulées, les facultés visuelles soutiennent les fonctions hépatiques. De ce point de vue, les capacités visuelles d’un individu renseignent le thérapeute sur l’état de l’énergie du foie.

De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

Sur le plan mécanique, les muscles qui soutiennent nos globes oculaires ont naturellement tendance à s’atrophier avec l’âge, un peu comme tout d’ailleurs !

Plusieurs raisons à cela, en premier lieu parce que nos globes oculaires ont tendance à se maintenir dans une certaine fixité. Alors que nos yeux ont naturellement la faculté de pouvoir balayer un large champ visuel sans aucun déplacement corporel, c’est bien souvent la tête seule qui bouge.

Ensuite beaucoup de personnes mènent une vie sédentaire, la vue n’est plus exercée à regarder loin. L’accommodation visuelle se fait sur de courtes distances alors qu’une vue normale doit nous permettre de passer en quelques fractions de secondes d’une vision lointaine à une vision nette rapprochée.

Combien d’entre nous ont encore l’habitude de porter leur regard à plus de 100 mètres de distance quotidiennement ?

De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

Souvent confiné dans un espace réduit notre regard ne se pose guère au-delà de quelques mètres. Tension nerveuse, oculaire, mauvaise irrigation des muscles, notre vision s’affaiblit, l’effort devient pénible, notre champ visuel se rétrécit inexorablement !

Lorsque nous sommes conscients de ce problème, nous, adultes, avons toujours la possibilité de consacrer quelques instants dans la journée à stimuler notre vision sans qu’il soit nécessaire de s’imposer des exercices fastidieux mais qu’en est-il des enfants qui aujourd’hui démarrent dans la vie avec un handicap majeur, à savoir une technologie qui s’impose partout ?

Voir, c’est voir PLUS que ce que l’on voit !

Chaque image vue n’est réellement perçue et intégrée au niveau mental que parce qu’elle fait appel à notre mémoire et ce sont toutes ces données visuelles que nous intégrons depuis notre naissance qui nourrissent nos facultés cognitives.

Notre champ visuel va donc de paire avec nos facultés mentales. Si le premier se rétrécit le second aussi, la mémoire se trouvant de moins en moins sollicitée. L’information n’est plus perçue dans sa globalité, les schémas de références se simplifient et comme « les choses sont telles que je les vois », notre vision mentale devient étriquée !

Or nos facultés visuelles (et auditives), correctement activées participent à notre éveil, au développement des 2 hémisphères cérébraux ce qui est un gage d’équilibre (intellectuel, physique, psychique) et permet, entre autre, une grande facilité des apprentissages (lecture, écriture notamment).

Quant à notre cortex cérébral, stimulé par nos pensées, il génère des mouvements oculaires (dont nous n’avons guère conscience), mouvements qui, nous l’avons vu, nous dopent sur le plan mental.

Tout est donc en lien, c’est le serpent qui se mord la queue !

De la médecine chinoise aux apprentissages scolaires

Mais revenons en aux enfants.

Si développer ses capacités cognitives passe par une éducation à la vision, si pour entrer dans les apprentissages il est nécessaire d’avoir un développement harmonieux des 2 hémisphères cérébraux, le tout étant inter-relié, que doit-on penser de l’introduction dès le plus jeune âge de ces technologies (tablettes, consoles, lecteurs DVD en voiture et ailleurs) qui figent le regard des enfants, qui ne leur permettent plus d’exercer leurs facultés physiques et leurs capacités mentales ?

Des technologies qui font l’impasse sur le vécu, l’expérimentation et qui plaquent des savoirs faire mais empêchent le SAVOIR à moins d'être utilisée avec pertinence.

Des technologies qui, si elles sont maîtrisées par les adultes, représentent un réel danger pour les enfants, jeunes et ados, si elles sont le seul support qui leur est proposé. Visiter un musée virtuellement n’a rien à voir avec se trouver immergé dans un espace où une multitude d’objets interpelle le visiteur. Savoir aller chercher l’information sans attendre qu’elle vienne à soi à chaque « clic » fait appel à d’autres savoirs être. Balayer du regard, repérer des détails puis opérer des tris, analyser, synthétiser, autant d’attitudes mentales qui construisent notre intellect.

Certes je me focalise sur la vue, mais c’est parce que je n’ai pas vraiment raccroché en tant qu’enseignante car il en est de même avec les autres sens !

Juste un exemple, le nez !

Savez-vous qu’avoir le nez dégagé stimule les fonctions cérébrales ?

Pratiquer des respirations narine par narine permet de développer harmonieusement la logique, liée à l'hémisphère gauche et la créativité, domaine de l'hémisphère droit (sachant que c’est la narine gauche qui irrigue l’hémisphère droit et par voie de conséquence la droite pour l’hémisphère gauche).

Donc bien respirer, combattre les nez bouchés, ce n’est pas qu’une question de confort !

Voilà, j'espère ne pas vous avoir saoulé, moi, je me régale !

Do

Repost 0
Published by Do Fredo - dans Santé
commenter cet article

Présentation

  • : Hist' toiles
  • Hist' toiles
  • : Nous sommes deux soeurs... L'une peint, l'autre écrit. Nous avons envie de partager nos vécus, nos ressentis, nos expériences; de témoigner... Nous aimons par dessus tout la nature, notre plus grande source d'énergie... Sur ce blog, nous vous présenterons des peintures, des livres, mais aussi des photos de nos voyages, de nos randonnées, des récits... Nous tenterons enfin de vous entraîner dans la grande aventure de notre vie: notre cheminement spirituel vers l'Amour et la Lumière.
  • Contact

Recherche